film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique 2000 Maniacs !

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Herschell Gordon Lewis est aujourd'hui reconnu comme un précurseur du cinéma gore. En son temps, les critiques ont pourtant été nettement moins tendres avec son travail. Fustigé pour l’amateurisme de sa réalisation, le cinéaste s’attire par ailleurs les foudres des critiques en raison de l’aspect voyeuriste et dérangeant de son premier métrage, Blood Feast. Le film rencontrera pourtant un immense succès public, et lancera définitivement son géniteur sur un registre horrifique à l’époque encore balbutiant. Son second long, 2000 Maniacs ! témoigne d’une approche plus ou moins similaire à celle de son prédécesseur. Techniquement maladroit et doté d’une enveloppe budgétaire restreinte, le film marque les esprits en affichant une violence frontale, certes parfois purement gratuite mais nécessaire à l’instauration d’un climax malsain au possible.

 

 

Bien que considéré comme un objet de culte par aficionados du genre, 2000 Maniacs ! n’a pas marqué l’opinion publique au même titre qu’un Massacre à la Tronçonneuse ou que La Dernière Maison sur la Gauche. Si les foules ne sont à l’époque pas encore prêtes à considérer un métrage horrifique comme une œuvre culturelle à part entière, l’absence de véritable charge politique n’est sans doute pas étrangère à l’effacement partiel de 2000 Maniacs ! de la mémoire collective. L’engagement contesté des Etats-Unis dans la guerre de Viêt Nam sera véritablement amorcée l’année de la sortie du film, et la renaissance du mouvement de la droite conservatrice ne sera engagée au niveau national qu’en 1981 avec l’accès de Reagan à la Présidence. S’il brosse bien en « méchants » une furieuse galerie de rednecks sudites présentés en mauvais rebuts de la période Sécessionniste, 2000 Maniacs ! reste abordé sous la forme d’un métrage qui exfolie volontiers toute critique sociale trop appuyée au profit du grand spectacle. Herschell Gordon Lewis tricote néanmoins son synopsis autour d’une vieille légende née à la fin du conflit entre le Nord et le Sud. Persécutés, mutilés et violés par des troupes Yankees, les habitants d’une étrange petite ville autrefois fidèle au Général Lee piègent chaque centenaire des touristes descendus des Etats du Nord afin d’exercer un « droit de vengeance ». Simple et efficace, le script est l’occasion pour Lewis de construire une œuvrette brutale et déjantée.

 

 

La volonté de choquer à tout prix – surtout à l’époque – reste encore aujourd’hui contestable. Herschell Gordon Lewis n’abuse néanmoins pas du gros rouge qui tache avec une écrasante insistance, et calibre parfaitement la violence de son métrage afin de laisser naitre d’une ambiance étrange et dérangeante. 2000 Maniacs ! est en effet un produit horrifique des plus particuliers : intégralement tourné de jour, l’ensemble prend le risque de multiplier les personnages menaçants à l’extrême et d’user de manière appuyée d’un humour noir hautement décapant. L’aspect comique empêche de ce fait le film de s’épauler d’une véritable tension dramatique, mais le cinéaste habille cependant le tout d’une rythmique menée tambour battant. Concis et percutant, 2000 Maniacs ! déroule son intrigue à toute berzingue et affiche un petit chapelet de mises à mort délirantes, esthétiquement très poussées, parfois peu réalistes mais jouissives. Le côté comico-gore et presque niais insuffle à l’œuvre un fun certain, dimension de plus renforcée par l’interprétation pour le moins hasardeuse des acteurs.

 

 

2000 Maniacs ! est un petit budget qui rassemble un casting plus ou moins professionnel. La plupart des habitants du village sont en effet incarnés par de simples figurants recrutés dans les alentours du tournage. Certains « acteurs » campent donc ici des ploucs dérangés pétris de clichés fendards, le fond bad-ass des tueurs sanguinaires étant souvent prétexte à une suraccumulation de grimaces et de rires plus beaufs que véritablement inquiétants. La jeune Connie Mason, playmate remarquée dans les pages centrales du célèbre magazine coquin, évite heureusement le surjeu et se montre parfaitement convaincante. Côté réalisation, Gordon Lewis fait son possible mais imprime à ses séquences un nombre incalculable de maladresses techniques. Tourné en à peine quinze jours, 2000 Maniacs ! compte en effet de multiples plans mal-cadrés et complètement flous – la poursuite finale, risible –. L’approche artistique bâclée et furieusement bis de l’ensemble lui confère malgré tout aujourd’hui un charme particulier.

 

 

S'il reste imparfait, 2000 Maniacs ! est un morceau de péloche historique. Herschell Gordon Lewis livre pour l’époque un film politiquement incorrect et bien articulé. Assez gore et efficace, son 2000 Maniacs !  bénéficie d’un script original qui ne s’essouffle à aucun moment, le cliffhanger final s’avérant de plus des plus convaincants. Un indispensable.

DVD disponible chez Zylo.

 

Auteur :

Critique vue 4971 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 92-13

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction