film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique 300 : La Naissance d'un Empire

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Étant donné la fin du premier 300, impossible de penser à une suite directe malgré son succès inattendu. Pourtant, les producteurs ont tout de même trouvé un moyen de déjouer l’histoire et de proposer non pas une préquelle ou une séquelle comme beaucoup, mais les deux en même temps. Malin non ? Si Zack Snyder n’est plus derrière la caméra, il est ici le co-scénariste et producteur du film. Rassurez-vous, c’est toujours aussi subtil. On dit bonjour au peu connu Noam Murro à la réalisation, toujours inspiré des récits de Frank Miller.

 

 

Themistocles - Sullivan Stapleton -, notre nouveau héros aux muscles saillant est un guerrier Athénien, un héros, un leader qui se bat uniquement pour survivre et pour protéger ce qui lui tient à coeur, son peuple, son pays et surtout sa liberté. En cela, 300 : La Naissance d’un Empire est plus proche de la série Spartacus dans sa narration que du 300 originel. N’allez pas pourtant croire à un scénario très travaillé, on est là pour la bagarre, le sang et la sueur. Ce nouveau 300 prend donc place parallèlement au premier, il commence avant et fini après. On prendra ainsi plaisir à recroiser d’anciens personnages comme la reine Gorgo toujours incarnée par Lena Headey - Game Of Thrones, Terminator - ou le roi Xerxes dont le rôle laissera perplexe, à la fois mis en avant de façon dantesque mais très vite renvoyé dans les abîmes de l’oubli le plus total. Themistocles va donc tout faire pour vaincre les méchants perses et sauver sa précieuse Grèce accompagné de sa bande de paysans sous stéroïdes.

 

 

De l’autre bord, Artémise, jouée par Eva Green apporte ici la seule véritable originalité du long-métrage, elle incarne la reine des perses, une guerrière démoniquement sombre et assoiffée de vengeance. Le reste du casting manque malheureusement de charisme et ne restera pas dans les annales des seconds rôles. Difficile de ne pas comparer encore avec Spartacus de Steven S. Deknight, créée en 2010 et très proche dans l’esprit et le style, mais qui surpasse ce 300 sur la plupart des points, même si celle-ci s’inspire également du premier 300, si vous suivez toujours. On a du mal à trouver un réel but à ce film, que veut-il exprimer, d’où vient-il, où va-t-il ? Ce manque de positionnement clair porte préjudice à cet univers qui regorge pourtant de chose à exploiter. Themistocles et Artémise sont les seuls personnages vraiment développés, leur relation prend d’ailleurs une dimension intéressante à quelques moments du film.

 

 

Le style visuel est quant à lui toujours présent, composé à 99% d’effets spéciaux et d’au moins 45 minutes de slow motion. Ça pète dans tous les sens, ça pourfend, ça coupe net, ça lamine, ça décapite à tout va dans des litres d’hémoglobine. Le tout est globalement très joli et impressionnant même si quelques effets 3D ne semblent pas totalement terminés. Il faut dire aussi que le film est très sombre de base et que les lunettes 3D assombrissent encore plus le tout, ce qui peut cacher quelques failles techniques. Du côté de la baston, car c’est ce qui nous intéresse, la plupart des batailles se déroulent sur la mer à coups de flottes gigantesques sur mer déchaînée. On notera également un très gros travail sur le son, accompagné de musiques imposantes et assourdissantes.

 

 

Loin d’être aussi marquant que son prédécesseur, 300 : La Naissance d’un Empire arrive un peu tard mais reste un bon film d’action pour tous les amateurs de rixes sanglante et d’amitié virile. Sans trop savoir où aller, il se perd dans ses choix et dans son cheminement, se laissant tout de même apprécié une fois le cerveau mis de côté. A réserver aux fans.

Auteur :

Critique vue 6708 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 89-34

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction