film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique After.Life

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Toute nouvelle sur le poste de réalisateur, Agnieszka Wojtowicz-Vosloo n’a à son actif qu’un court métrage réalisé il y a près de 10 ans. C’est en 2008 qu’elle se lance pour son premier long métrage, After.Life. Se frayant un chemin en toute discrétion, le film a attiré l’attention du public principalement en raison de son casting 3 étoiles. Christina Ricci, Liam Neeson et Justin Long, des noms qui suffisent amplement pour attirer les projecteurs, aussi petits soient-ils. Pour sa première réalisation, Agnieszka Wojtowicz-Vosloo a choisi de traiter le thème de la vie après la mort. Original ? Non. Réussi ? Pas vraiment.

 

 

Qui ne s’est jamais demandé ce qu’il y avait après la mort ? Certains pensent que l’on s’éteint de manière purement naturelle, d’autres penchent pour la réincarnation, ou encore pour que notre âme quitte notre corps pour trouver la paix. Autant de visions différentes ancrées dans la culture populaire, la foi individuelle ou les différentes croyances à travers le monde. Le cinéma en a vu de toutes les couleurs, des nippons aux américains en passant par les hispaniques, la concurrence est rude. Le thème est difficilement épuisable et ses interprétations représentent une source d’inspiration fascinante. La réalisatrice nous propose de suivre une jeune femme qui, après un accident de voiture entraînant son décès, se retrouve dans un funérarium aux côtés du maître des lieux. Ce dernier va devoir l’aider à accepter sa mort et à reposer en paix. Sur le papier, il faut avouer que le concept est assez intriguant. Couplé avec la présence d’acteurs reconnus et une femme derrière la caméra, ce premier long métrage laissait entrevoir un joli potentiel. Malheureusement, After.Life rate sans cesse le coche et n’approfondit jamais son sujet, préférant ramer en surface plutôt que de proposer une pellicule un tant soit peu immersive.

 

 

Après une introduction bouclée en deux temps trois mouvements, quelques pièces rapportées à droite à gauche tentant d’établir une relation amoureuse entre deux êtres censés avoir partagés des moments de vie forts, la réalisatrice passe aux choses sérieuses et plante son protagoniste face à lui-même, obligé de se rendre à l’évidence : elle est bel et bien morte. Que va-t-il bien pouvoir se passer dans cette morgue ? Le face-à-face entre Christina Ricci et Liam Neeson s’annonce percutant. C’est ce que l’on pourrait croire. S’il aurait été préférable de centrer le récit sur ces deux individus pourtant primordiaux, After.Life préfère l’aérer à l’extrême et venir y greffer des personnages et péripéties qui viennent plomber l’ensemble. Entre le drame, le film de fantômes, en passant par des bribes de slasher, la pellicule se mord la queue et ne sait jamais où donner de la tête. Bien que le spectateur ait un peu de mal à savoir où la réalisatrice veut en venir, le métrage jouit d’un rythme correct et nous entraine dans cette aventure, malgré tout bien trop légère face à un thème aussi complexe et profond. Résolument premier degré, After.Life peine à convaincre.

 

 

On se retrouve avec des personnages anecdotiques – le jeune élève, le petit ami – bien trop présents proportionnellement à leur apport réel au sein de la narration. Toujours impeccables devant la caméra, Liam Neeson et Christina Ricci semblent néanmoins un peu distant et leurs personnalités n’entrent jamais dans un conflit pourtant nécessaire dans un moment de l’ « existence » aussi cruel. On peut reconnaître la capacité à laisser planer le doute sur la situation réelle de l’héroïne, résultant d’apparence plus à la multiplication des zones d’ombres, plutôt qu’à une réelle maîtrise de son récit. De ce fait, la pellicule se précipite dans un final couru d’avance, confirmant que ce qui s’est passé depuis le début n’est que bien trop accessoire. Si la narration manque furieusement de consistance, la réalisation est quant à elle maîtrisée de bout en bout et la photographie installe une froideur de circonstance, du moins pour ce qui se déroule à l’intérieur du funérarium, le reste aurait pu être coupé au montage sans que cela ne change quoique ce soit. En soi, After.Life est loin d’être un mauvais film mais son traitement ressemble plus à celui d’un DTV du dimanche soir qu’à une réelle proposition. Avec une dramaturgie inexistante et des scènes de tension totalement à côté de la plaque, le premier film de Agnieszka Wojtowicz-Vosloo souffre de bien trop de maux pour convaincre, le générique de fin entrainant un sentiment de frustration qu’il aurait fallu à tout prix éviter.

 

 

Montrant une certaine capacité à semer le doute dans notre tête et livrant un final avisé mais sujet à d’éventuelles diverses interprétations, After.Life ne tient malheureusement pas ses promesses dans l’ensemble. Bien trop bancale et incertaine, cette première réalisation n’exploite pas son sujet, aussi complexe soit-il, comme il le faudrait. Décevant.

Auteur : TIBO

Critique vue 17935 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 90+21

Votre réponse :

zarain 25-12-2012
très bonne critique tibo!... ce film est une boite à envie facile et attendue... un très bon passe temps , un distraction pour pop-corno-vores... le moins qu on puisse dire, c est qu elle voudrait nous montrer un vision des choses, alors que la conclusion du film est consensuelle... genre: "je laisse planer le doute plutôt que de montrer ce que je pense"... l art souffre de cet "à-pue-prèhisme" qui certes fait vendre, mais qui ne propose rien de profond. aucune prise de risque éthique, tout dans des code esthétiques vus et revus... heureusement c est un premier long métrage... mais le deuxième sonnera juste ou faux... moi j avais compris que Émile était le tueur... bon pour sa défense : un putain de jeux d acteur, et un code photo impeccable... ça me fait penser à un film d ' école qui servirait de "maitrise de cinéma"... il y a le cinéma pour drogués et "le Cinéma".... ce film est un bon cacheton, mais loin de finir au menu des art et essaie.
steve 02-11-2012
tibo , tu trouve le film décevant , c est jutement par ce que tu n a rien compris a la mise en scene et là où voulait en venir l auteur de ce film ... que l on ai le doute du début a la fin et rien de plus , et c est réussi .. la preuve en est sur le net , où il y a plein d interpretations différentes ...

life 11-09-2012
tibo c'est toi qui est largué lol

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction