film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Aftershock, l'Enfer sur Terre

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Eli Roth aura grandement contribué à redynamiser le cinéma de genre. Réalisateur sans concessions porteur de projets hautement tordus – Cabin Fever, la franchise Hostel –, ce dernier aura su profiter de ses relations avec bon nombre d’artistes influents pour prendre part à de grosses productions déjantées, à commencer par le Inglorious Bastards de Quentin Tarantino. Roth conservera malgré tout un amour intact pour les petites productions indépendantes, ce dernier n’hésitant pas à investir des fonds dans une foule de projets obscurs. Dirigé par le chilien Nicolas Lopez, Aftershock, l’Enfer sur Terre, bénéficie à ce titre de l’appui total de Roth. Co-scénariste, co-producteur et enfin acteur, celui-ci multiplie les casquettes et offre une réelle visibilité à un projet certes particulier, mais assurément audacieux.

 

 

Sur le papier, Aftershock, l’Enfer sur Terre ne présente guère plus qu’un script téléphoné. Un groupe de jeunes touristes américains débarque au Chili pour profiter des filles, de la fête et du soleil. Un soir, alors qu’ils s’éclatent en boîte de nuit, un terrible tremblement de terre ravage toute la ville. Cette dernière sombre dès lors dans le chaos et la violence. Dans l’approche, Nicolas Lopez et Eli Roth proposent cependant une expérience cinématographique inédite. Aftershock, l’Enfer sur Terre se profile en effet comme un métrage hybride, à la fois spectaculaire de par l’explosivité de son élément déclencheur – les secousses sismiques – et confidentiel du fait de l’impressionnante brutalité de ses images. Car si l’aspect « film catastrophe » est exploité avec une impressionnante maestria au vu de l’enveloppe budgétaire attribuée, la dimension survival apporte au travail de Nicolas Lopez une passionnante épaisseur. Loin d’afficher les stéréotypes et autres banalités d’usages constatées dans le cinéma américain grand public, Aftershock, l’Enfer sur Terre fait preuve d’un réalisme total. Les séquences de destructions massives inhérentes aux chamboulements de la nature laissent donc rapidement place à un développement centré autour des dérives d’une humanité livrée à elle-même. Une face sombre qui permet au cinéaste l’opportunité de livrer un film coup de poing, assommant de puissance et doté d’un suspense nickel-chrome.

 

 

Aftershock, l’Enfer sur Terre est un film quasi-désespéré, malheureusement dans l’air du temps. Nicolas Lopez approche en effet son histoire « post-catastrophe » en dépeignant des personnages au mieux hautement individualistes, pourris par le fric et les nouvelles technologies, au pire perdus dans leur propre folie. Plongeant son groupe de survivants dans un maelstrom de violence, Nicolas Lopez couche sur bandes un film haletant, bardé de rebondissements sauvages. Au contraire de la saga Hostel d’Eli Roth, Aftershock, l’Enfer sur Terre ne sombre néanmoins jamais dans le gore purement gratuit ou les séquences insoutenables. L'ensemble reste psychologiquement très éprouvant, mais trouve l’équilibre nécessaire en creusant suffisamment les interactions entre les différents protagonistes. L’introduction pourra à ce titre sembler légèrement poussive, mais offre cependant le terrain nécessaire au cinéaste pour présenter les personnages de manière détaillée, et ainsi créer un véritable sentiment d’attachement vis-à-vis de ces derniers. Un travail en amont qui rend les morts de certains d’entres eux plus percutantes et efficaces, et confère ainsi au métrage une tension permanente.

 

 

Techniquement, Nicolas Lopez s’en sort avec les honneurs. Livrer un métrage crédible à mi-chemin entre film catastrophe et projet purement horrifique avec un budget de production indépendante restait un véritable défi. Et si le film ne rivalise aucunement avec un blockbuster, Aftershock, l’Enfer sur Terre affiche des effets spéciaux soignés. La réalisation de Lopez s’adapte d’ailleurs judicieusement en optant occasionnellement pour la suggestion plutôt que pour l’affichage frontal d’explosions et d’écroulements à répétition. Parfaitement lisible et efficace, cette dernière répond aux mêmes critères d’excellence que le casting constitué pour le projet. Evitant de constituer une bande de touristes uniquement composée de minets, Nicolas Lopez rassemble une bande d’américains lambdas, Eli Roth et Nicolas Martinez composant plus particulièrement deux meneurs de troupe parfaitement crédibles.

 

 

Aftershock, l’Enfer sur Terre est peut-être la meilleure production supervisée par Eli Roth à ce jour. Trépidant, bien emballé et original, le métrage de Nicolas Lopez se profile comme une gros bis furieux et bourré de bonnes idées. Une excellente surprise.

 

Auteur :

Critique vue 7381 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 95+19

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction