film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Assaut sur Wall Street

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

On ne présente plus Uwe Boll, sacré réalisateur le plus nul de toute l’histoire du cinéma et à qui l’on doit une ribambelle de nanars impossibles, pour la plupart adaptations de jeux vidéos à succès. En 2013, l’ami Boll signait Assaut sur Wall Street, un DTV pure souche qui, sans en arriver à remettre en question la réputation du réalisateur, mérite tout de même qu’on s’y attarde, autant pour ses quelques qualités que pour ses tares symptomatiques du cas Boll.

 

 

Assaut sur Wall Street vient clôturer une trilogie informelle initiée par Uwe Boll en 94 par Amoklauf puis poursuivie avec Rampage, probablement son film le plus connu. Cette trilogie que l’on pourrait simplement décrire par « un homme pète les plombs » trouve son couronnement avec cet ultime assaut, la cible étant cette fois Wall Street. L’homme en question qui va péter une durite sera Jim Baxford, un convoyeur de fonds. Les raisons de la colère ? – la rédaction s’excuse pour ce jeu de mots débile mais trop tentant – : suite à l’effondrement du système boursier américain, Baxford perd toutes ses économies, son job, sa maison et ne parvient plus à assurer le traitement de sa femme cancéreuse. Lorsqu’elle succombe, Baxford décide de s’en prendre directement aux fumiers en col blanc de Wall Street qu’il juge responsables de sa débâcle. Rien de bien transcendant somme toutes et on ne vise clairement pas l’oscar du meilleur scénario. Pourtant, il faut avouer qu’une certaine magie opère, du moins durant les deux tiers du film, et l’on se surprend à suivre avec un certain intérêt l’évolution de la trame.

 

 

Le premier miracle qui arrive dans Assaut sur Wall Street c’est que pour une fois, on s’identifie aisément au personnage principal et à son calvaire. Ici, il ne s’agit pas d’un psychotique qui se met en tête de tuer son voisin pour le fun comme dans Amoklauf. Ce n’est pas non plus un ado frustré qui se fait pisser dessus par un boss tyrannique ou rejeté par ses pairs qui ne peuvent plus le saquer comme dans Rampage. Que ce soit par conscience ou par pur opportunisme, Boll a eu la bonne idée de placer son film dans un contexte très actuel, celui de la crise des sub-primes et le raz de marée qui en a résulté. Le personnage principal est un quidam ordinaire qui se fait bouffer par la vie et arrive difficilement à joindre les deux bouts avant de se voir totalement démuni du jour au lendemain. Une situation qui pourrait arriver à n’importe lequel d’entre nous, surtout dans la conjoncture actuelle moribonde. D’où une empathie immédiate avec Baxford. Le deuxième miracle qui se produit dans ce film c’est que Boll arrive à contenir suffisamment longtemps ses penchants autodestructeurs et prend le temps de poser ses personnages, d’installer une ambiance, une pression croissante et même d’esquisser un semblant de propos. Et il y arrive très bien dans le sens où, durant toute sa première partie, Assaut sur Wall Street se rapproche plus du drame que du film d’action bourrin. La présence de Dominic Purcell dans le rôle principal est aussi pour beaucoup dans la réussite du film, sa prestation offrant ce qu’il faut de gravité et de justesse pour remporter l’adhésion totale.

 

 

La deuxième partie d’Assaut sur Wall Street quant à elle verse dans ce que Uwe Ball sait faire le mieux : un carnage à grand renfort de pétoires et de gros ketchup numérisé giclant des têtes de diverses personnes. Durant une quinzaine de minutes, il orchestre une tuerie aux proportions épiques, au rythme sec et violent. Si le bougre à l’habitude de ce genre d’excès, cette expédition punitive semble pour une fois trouver un sens et s’inscrit presque normalement dans le cadre de l’histoire qu’il nous raconte. Boll écrit même un monologue auquel se livre le méchant trader qui se révèle d’une justesse effarante, voire même prophétique. Malheureusement, dans les toutes dernières minutes Boll saborde totalement son travail par un dénouement gerbant de bêtise. Et au film de passer en un battement de cil de passable à totalement crétin. C’est comme si le réalisateur s’était fait rattraper par ses démons intimes et laissait tomber le masque pour révéler sa vraie nature de connard fini, alors qu’il avait toutes les cartes en main pour réussir enfin un vrai film cohérent quoique simpliste. Du vrai gâchis.

 

 

Assaut sur Wall Street est un film hybride qui lorgne plus vers le drame que vers l’action et y réussit très bien durant sa première partie. Malheureusement, il est desservi par un message totalement crétin et une fin nanardesque symptomatiques du réalisateur allemand qui viennent plomber le tout, et ce à quelques minutes du finish line.   

 

Auteur : ATEF

Critique vue 3948 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 85-3

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction