film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Burying the Ex

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Joe Dante en a encore sous la pédale. Réalisateur des mythiques Gremlins, le cinéaste se sera pourtant montré discret au cours de la dernière décennie. Probablement lassé du cinoche grand public suite à la sortie des Looney Tunes passent à l’Action, qui se profilait comme une pure œuvre de commande radicalement éloignée de son approche originelle, Dante shootait il y a quelques années un sympathique The Hole. Burying the Ex marque cependant le véritable retour du cinéaste formé à l’école Roger Corman. Monté sur un micro-budget, le métrage est bourré d’humour noir, de références ultra-savoureuses et de saillies gores gentiment craspecs. Du vrai bon Joe Dante.

 

 

Que demandent les aficionados de cinéma bis ? Un scénar’ efficace mais original. Un savant dosage de gore, peut-être quelques nanas sexy et dénudées de ci et là. Mais les amateurs des séances de minuit espèrent surtout trouver dans les œuvres indé’ un esprit irrévérencieux et décomplexé. Burying the Ex, c’est un peu tout ça et bien plus encore. Joe Dante est un pur artisan du cinéma bis, l’un de ces précieux dinosaures des eighties encore capable de livrer une pure bobine à l’ancienne, sans prétentions autre que celle de dérouler du fun par barres de douze. Son dernier long se profile presque comme un produit délicieusement périmé, le côté rétro de l’affaire se matérialisant ici dans un script simple – mais pas simpliste –, presque naïf, assurément fendard. Max est un jeune homme passionné par l’âge d’or du cinéma horrifique et les fameux universal-monsters. Post-ado banal, ce dernier a la chance de sortir avec la superbe Evelyn. Cette dernière ne partage aucunement ses hobbies, et se comporte par ailleurs en véritable cinglée psychorigide, jalouse et directive. Lorsqu’elle meurt brutalement dans un accident, Max se reconstruit petit à petit grâce à Olivia, une vendeuse de glaces qui se présente comme son alter-égo féminin. Evelyn ne l’entend pourtant pas de cette oreille, et revient sous forme de zombie afin de pourrir la vie de son ex-fiancé.

 

 

Joe Dante est un petit malin. Ce dernier sait en effet parfaitement à qui il s’adresse, et livre avec Burying the Ex une parfaite déclaration d’amour à tout un pan du cinéma horrifique. Son travail se veut clairement tourné pour les geeks du bis, Dante bourrant ras la gueule ses séquences de clins d’œil hilarants et d’indénombrables références. Sans jamais faire preuve de l’orgueil d’un Tarantino ou lorgner dans l’hommage boursouflé, le cinéaste livre un film parfaitement construit et rythmé, bien équilibré entre humour et gore, souvent hilarant. Burying the Ex est une vraie bonne comédie d'horreur, genre casse-gueule par excellence. Peu influencé par les tendances actuelles, Dante livre un produit qui ne s’abandonne jamais dans les gags pipi-caca gratuits mais privilégie un second degré moins grand public mais vraiment appréciable. L’ensemble prend ainsi le risque de réduire considérablement sa cible, mais s’avère nettement plus subtil que les productions de grands studios. Si le côté hautement décalé / old-school du film titillera la nostalgie des fins connaisseurs de bobines horrifiques, Burying the Ex s’apprécie plus globalement comme un simple divertissement barré, voire comme une parfaite voie d’accès à certaines œuvres désormais datées et oubliées de la jeune génération – La Nuit des Morts-Vivants en tête de liste –. Du tout bon.

 

 

Niveau nanas aux formes bien rebondies, Burying the Ex fait plutôt fort. Les sublimes Alexandra Daddario – le dernier Massacre à la Tronçonneuse – et Ashley Greene rivalisent ici de charme(s) et imposent au métrage un côté véritablement sexy sans jamais sombrer dans la vulgarité. L’excellent Anton Yelchin est par ailleurs brillant dans la peau du Monsieur tout le monde dépassé par les événements et soudainement convoité par deux bombes atomiques. Le trio amoureux fonctionne du feu de dieu, un véritable régal. Joe Dante emballe le tout avec sérieux. Si ce dernier n’a jamais fait preuve d’une très grande singularité dans la style, Burying the Ex est très bien réalisé, et surtout totalement dénué de CGI dégueux qui torpillent trop souvent l’esthétique des œuvrettes à petits moyens.

 

 

Burying the Ex est une excellente surprise. Drôle, frais et dénué de temps morts, le métrage fait dans le divertissement pop-corn rigolard mais jamais gras. Joe Dante est définitivement de retour sur un terrain qu’il affectionne depuis toujours, inutile de bouder son plaisir. Une petite perle de cinoche bis.

 

Auteur :

Critique vue 5333 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 57-40

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction