film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Captain America : First Avenger

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Le pari pouvait sembler risqué. La mise en chantier de l'adaptation de Captain America par Joe Johnston laissait en planer un fort doute quant à la bonne tenue du projet. Le cinéaste est en effet capable de tout, du génial Jumanji comme d’un catastrophique Jurassik Park 3. Quel traitement allait réserver Johnston au porte étendard du patriotisme américain ? Si l'amour porté à la bannière étoilée peut dégouliner et mettre à mal un long métrage si manié de façon maladroite, ce dernier parvient pourtant à faire de Captain America : First Avenger un bon divertissement qui ne sombre jamais dans les clichés.

 

 

Captain America n'est pas le super héros le plus connu de Marvel, et s’était vu rangé parmi les icônes ringardes et hors du temps. Celui qui avait été créé pour renforcer le sentiment patriotique lors de la seconde guerre mondiale avait depuis longtemps été mis au placard. Lui redonner une seconde jeunesse n'était pas chose simple dans un contexte ou l'impérialisme Américain n'a plus la cote. Incarné par un Chris Evans efficace, Steve Rogers rêve depuis toujours de s'engager au sein de l'armée par idéalisme et pour rendre hommage à son père. Ses multiples tentatives pour s'engager se heurtent à chaque fois au même verdict lors de la visite médicale, ce dernier étant constamment recalé. C'est par ses qualités de cœur que Steve Rodgers parvient à convaincre les rétifs, dont le scientifique chargée de créer une race de « super soldats », et à devenir Captain America. Une fois cette étape - classique et sans grande inventivité - passée, le réalisateur nous offre une autre vision du super héros. Surpuissant et amélioré en tout point, Captain America est dans un premier temps utilisé pour attirer les foules, distraire les enfants et collecter des fonds pour l'armée. Loin de ses rêves de batailles et de gloire le voilà transformé en pitre et méprisé par les soldats qu'il admire et rêve de rejoindre sur le champ de bataille.

 

 

C'est un Steve Rodgers mourant d'envie de faire ses preuves qui nous est offert ici. Loin du patriote infaillible, Captain America : First Avenger présente un homme naïf qui n'a d'autre choix que de désobéir aux règles qu'il aime tant pour pouvoir faire ce qui lui semble juste. Le héros est certes capable de détruire une base d'Hydra, l'unité scientifique créée par Johann Shmidt - Hugo Weaving, qui allie caricature et méchanceté dans la plus pure tradition des vilains de comics -, mais a cependant du soutien moral comme logistique de ses coéquipiers pour survivre. Au fur et à mesure que grandit la légende de Captain America, Steve Rodgers mûrit et s'affirme. Maladroit avec les femmes, fervent défenseur de la justice et de sa vision manichéenne de l'humanité, il est forcé d'apprendre à faire des compromis et à s'endurcir mentalement et plus seulement physiquement. Chris Evans passe donc du pantin au service d'hommes politiques au super-héros de façon progressive et convaincante, aidé en cela par des personnages secondaires efficaces et parfois drôles. Mention spéciale à Dominic Cooper qui incarne un Edward Stark aussi génial qu'imbu de lui même, offrant ainsi un parallèle très habile avec le Tony Stark que nous connaissons.

 

 

Force est de constater que la réalisation, sans être admirable, est très efficace. Le New York des années 40 est parfaitement maîtrisé, et les inventions d'Hydra se coulent parfaitement dans l'univers sans tomber dans un look steampunk qui dénaturerait l'univers Marvel. Globalement de bonne facture, les effets spéciaux détonnent parfois dans un film prenant place durant la seconde guerre mondiale mais parviennent tout de même à conserver un ensemble crédible et plaisant.

 

 

Captain America : First Avenger bénéficie de l'effet de surprise. On craignait un navet glorifiant l'Amérique, on tombe sur une vraie bonne adaptation.  Joe Johnston nous livre ici un film d'action de très bonne facture et redore le blason de Captain America tout en lui laissant la possibilité de continuer son apprentissage d'un monde qu'il découvre. Sans être un chef d'œuvre, ce Captain America : First Avenger apporte sa pierre à l'édifice et consolide la base de films qui donnera naissance aux Avengers.

 

Auteur : BEGZ

Critique vue 6466 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 63-33

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction