film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Dark Shadows

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Après l’affligeant Alice aux pays des merveilles, qui pourtant reste à ce jour le plus gros carton du réalisateur, Timothy Walter Burton revient en force avec un nouvel univers et surtout un nouveau rôle pour le grand Johnny Depp. Comme dans le précédent Sweeney Todd, ce dernier va revêtir un costume sanglant à souhait.

 

 

 

Dark Shadows est inspiré de la série télévisée du même nom créée par Dan Curtis et diffusée dans les années 70. C’est Seth Grahame-Smith qui apporte sa plume au long métrage et côté scénario, on nage dans le conte gothique avec sorcières, malédictions et tout le toutim. La famille Collins, bourgeoise et un brin égocentrique fonde une ville à leur effigie nommée Collinsport où ils vivent noblement de leur business de commerce de poisson. La jeune servante de Barnabas Collins, Angélique tombe amoureuse de ce dernier, malheureusement, il en aime une autre, Josette. Pas de chance pour notre noble héritier, Angélique est une sorcière et va donc se débarrasser de sa rivale et surtout condamner son maître à un fléau plus dur que la mort, la vie éternelle. Eternelle oui, mais sous une forme vampirique et surtout, enterré six pieds sous terre. 200 ans plus tard, Barnabas est de retour, déterminé à reprendre l’affaire familiale et à se venger de la vile sorcière qui pendant ce temps s’est chargée de ruiner la famille Collins. On a donc droit au classique citoyen venu d’un autre temps qui tente de s’habituer à son nouvel environnement et à la technologie moderne. C’est un peu Les Visiteurs version Tim burton en fait.

 

 

A défaut d’être toujours cohérent - comme le fait que sa malédiction offre tout de même une force surhumaine et le pouvoir de manipulation mentale à Barnabas - et doté de quelques scènes dont le seul mot qui vient à l’esprit est ridicule, le film nous plonge dans la romance insouciante, parfois sauvage mais avec grande légèreté d’un triangle amoureux ambigu. Côté casting, on prend toujours autant de plaisir à revoir Johnny Depp dans un rôle que lui seul peut incarner, sublimé par une Eva Green – la sorcière – irrésistible. Pour le côté commercial, on a aussi du Michelle Pfeiffer et Alice Cooper en guest. Ah oui, Mc Donald aussi.

 

 

Le film est malheureusement encore une fois entièrement centré sur l’acteur principal et certains personnages secondaires méritaient plus d’attention, comme le petit David qui semble être le sujet principal au début du film, et qui finalement se retrouve rapidement aux oubliettes, tout comme Victoria dont le passé nous est conté en l’espace de trente secondes.
Dynamisé par les clichés de la génération seventies – rock, hippies etc… –, Dark Shadows mélange agréablement fantastique et comédie et l’ambiance du film glauque et macabre n’en devient du coup jamais trop oppressante. On n’apprécie ou non selon ses préférences, reste que ce choix permet d’atteindre un large public mais dessert grandement l’aspect horrifique de l’œuvre.

 

 

Encore une fois, on à l’impression que Tim Burton joue de son image et ne prend plus la peine d’inventer ses propres univers et sa propre profondeur scénaristique, dont Dark Shadows est dépourvu. Néanmoins, la mise en scène, le soin à l’image et la sympathie des personnages vous tiendront facilement en haleine les deux heures durant, d’autant qu’au final, il propose une expérience pas si commune que ça.

Auteur :

Critique vue 7874 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 55-45

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction