film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Dead Snow 2

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Les Nazis zombies sont de retour. Au vu de l’été pourri que nous as réservé dame nature quoi de mieux que de retourner dans le grand froid ! Chose faite avec Død Snø 2, ou Dead Snow 2, ou Dead Snow : Red vs Dead. Une suite du film culte qui réserve bien des surprises.

 

 

 

 

Nous retrouvons avec ce Dead Snow 2 le survivant du premier opus, Martin, au cœur du désert glacé Norvégien. Premier point positif, pour une fois nous n’avons pas une suite plombée par une ellipse aussi grosse que les fesses d’un obèse Américain bourré au McDo. On nous épargnera aussi le  classique « 3 ans plus tard ». La suite reprend pile à la fin du premier épisode, c'est-à-dire avec un Martin dans la mouise. Mais le scénario tordu va lui offrir des renforts inopinés. A commencer par un membre appartenant à Herzog, commandant Nazi déchu lors d’une bataille en Norvège, dans la petite ville de Narvik. Mais attention, pas un soldat membre, le MEMBRE du Soldat ! Un bras, qui va prendre place là où Martin avait perdu le sien. Un fardeau au départ qui lui permettra ensuite, en plus d’acquérir une force surhumaine, de réveiller des morts pour les mettre à son service. Et pour cause. La zombification ne touche pas que l’extrême droite, mais aussi son penchant de gauche : les communistes revanchards ! On n’en espérait pas tant dans le genre grand guignolesque.

 

 

Car il faut bien l’admettre, le prétendu scénario ne sert que de prétexte à la boucherie qui va suivre. Néanmoins il est très  appréciable de ne pas avoir une suite qui se contente de balancer une copie conforme du premier Dead Snow. Alors que le film initial relevait plus de la pochette surprise,  au final on avait été enthousiasmés par le style inédit qui a largement fait  ses preuves - Zombieland, Tucker & Dale fightent le mal -,  le deuxième manque évidemment de l’élément de surprise mais continue dans la lancée du précédant opus. Le réalisateur Tommy Wirkola a poussé son délire à fond les manettes, ce qui au vu du résultat semble être un très bon choix. Pas de place à l’ennui, les bonnes surprises s’enchainent à un rythme soutenu. L’histoire ne se prend plus au sérieux et les scènes cocasses qui en résultent sont détonantes. Autre atout de taille dans ce Dead Snow 2 : l’arrivée de la dream team de geeks exterminateurs de zombies, qui tombera de haut face aux véritables morts vivants qu’elle devra affronter. Un trio à l’apparence certes ridicule mais qui devient vite attachant à grand renfort de second degré et des gags bien sentis, en particulier lorsqu’il s’agira de prendre leur courage à deux mains pour affronter la horde. Que le meilleur gagne, et du sang à foison !

 

 

Contrairement au premier volet qui oscillait de manière assez bancale entre comédie et horreur sérieuse, ce Dead Snow 2 se veut plus parodique et assume son statut gore outrancier. Le réalisme est volontairement mis aux oubliettes et les scènes d’horreur bénéficient de ce côté fun et exagéré propre à des classiques comme Brain Dead ou Bad Taste. Un style presque absurde mais qui se révèle hyper fendard tant l’humour décalé fonctionne à merveille et le postulat simpliste sse veut assumé à fond. Ainsi, on s’accommodera sans problèmes aux motivations du héros qui, n’ayant plus rien à perdre, prendra son courage à bras le corps – excusez le jeu de mots – et s’en ira dézinguer du germanique avec son nouveau joujou nouvellement greffé. Le film se permet même un brin de psychologie, le gentil ayant subitement une soif de violence et de vengeance qui le ferait presque passer du côté obscur de la farce. L’affiche a d’ailleurs de la gueule, et l’on devine le duel annoncé avant même de visionner la bande annonce.

 

 

Dead Snow 2 est peut être le début – ou la fin – d’une saga déjà culte de l’horreur comique qui gagnera certainement en notoriété dans un genre finalement encore très peu exploité. Quoi qu’il en soit, ce deuxième volet consolide tous les atouts de son prédécesseur tout en plaçant la barre encore plus haut dans le spectacle gore et poilant. Normalement, pas de suite de prévue, mais si il y en a une, il va falloir redoubler d’idées farfelues, ce qui ne sera pas chose facile. Une série B qu’on pourrait noter avec un beau A !

Auteur : QUENTIN

Critique vue 6186 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 67+19

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction