film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Passé un premier volet plutôt réussi, la franchise Détour Mortel aura pris un tournant Z bien marqué. Privées d’une partie du budget – déjà limité – octroyé au film originel, les séquelles misaient davantage sur le gore craspec et outrancier que sur une quelconque tension. Bien que relativement fun dans la forme, les deux métrages témoignaient de tous les défauts relatifs aux produits vidéo rapidement torchés. Acteurs de seconde zone, scénario prétexte à aligner les scènes de tuerie, érotisme racoleur et effets latex dégueulasses, ces deux suites s’éloignaient radicalement de l’aspect survival viscéral dont témoignait le premier opus. Mené par un tâcheron affuté au bis désastreux – Declan O'Brien, Sharktopus –, Détour Mortel 3 se profilait même en désastreux nanar, l’ensemble témoignant d’une navrante pauvreté artistique. Rebelote avec Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes, pour lequel le cinéaste rédige de plus le scénario.

 

 

Declan O'Brien est un artisan inspiré. Déjà usité jusqu’à la corde en matière de cinéma horrifique – Cold Prey 3, Massacre à la Tronçonneuse : le Commencement, Freddy : les Griffes de la Nuit –, le concept de la prequelle dévoile ici des événements dont le spectateur lambda se contrefout royalement. Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes se charge donc de revenir sur l’enfance tumultueuse des mutants débilo-congénitaux peuplant les bois des métrages précédents. L’explication tient sans surprise en quelques mots. Retrouvés à côté des cadavres dévorés de leurs parents, les trois bestioles sont placées en institut spécialisé. Etablissement dont ils ne tardent pas à s’échapper, semant mort et désolation sur leur passage. Original. Mieux, les frères zigouilleurs prennent tranquillement possession des lieux, le gouvernement ne s’inquiétant à aucun moment de la disparition de son personnel soignant. Le film se déroule par la suite en pilotage automatique. Une bande de jeunes fêtards égarés – le fameux « détour mortel » reste d’actualité – permet au cinéaste de relancer la machine sans grand effort. Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes ne présente de ce fait rien de bien novateur, la partie « enfance » restant bâclée en deux-trois coups de manivelle. Paradoxalement, cette courte introduction reste le meilleur moment de la péloche, O’Brien livrant une petite palanquée de meurtres improbables et délirants. Et inscrit par la même occasion son travail dans la directe continuité de ses prédécesseurs.

 

 

Con et cradingue, Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes témoigne de la même beauf-attitude que ses ainés. Sous titré Origines Sanglantes à juste titre, le travail de Declan O'Brien n’a pas d’autre prétention que celle d’étaler de la barbaque fraiche. L’ensemble s’avère cependant un brin moins bourrin que le troisième opus, le cinéaste prenant cette fois-ci légèrement le temps d’installer son contexte avant de se lancer dans la boucherie attendue. Rien de bien intéressant néanmoins, les personnages se limitant aux clichés habituels. Parties de jambes en l’air et inévitables beuveries de rigueur précèdent donc l’horreur à venir. Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes répond en ce sens aux instincts primitifs du mâle en rut, O’Brien plaçant de ci et là quelques naïades seins nues et autres séquences de broute-minous pseudo-érotisantes. Le côté gore pousse pour sa part le bouchon un peu loin. Là ou Détour Mortel 2 & 3 se limitaient à étaler sans ménagement la marchandise sanguinolente, le film de Declan O’Brien verse dans une violence  parfois proche du torture-porn – le lent démembrement du médecin général –. Si l’ensemble s’éloigne légèrement du côté second degré dans lequel la franchise s’était abandonnée, cette surabondance de brutalité ne présente clairement aucun intérêt au vu de la connerie du script ou de l’absence de suspens dont témoigne ce Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes

 

 

Sur la forme, Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes se rachète un brin de conduite. Evitant de justesse la réalisation / direction photo absolument dégueulasse du troisième volet, O’Brien prend le temps de travailler son emballage. Si le tout s'avère sobre et enfin lisible, ce quatrième opus conserve cependant une esthétique vidéo assez peu soignée. Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes reste un petit projet vite torché, l’équipe n’ayant clairement pas les moyens de fignoler son travail. Les maquillages sont de ce fait relativement laids, l’effet « latex » grossier demeurant néanmoins moins troublant que par le passé. Ce qui n’est clairement pas le cas des ajouts numériques – les gerbes de sang, immondes –,  qui cumulent un retard de près de dix ans. O’Brien fait au moins le bon choix de ne pas abuser de cet effet informatique qui pique les yeux.  Même nullité côté casting. Ramassés en auto-stop, les acteurs s’épanchent dans un sur-jeu constant et pathétique. A défaut d’être crédible, la direction d’acteurs se montre particulièrement fendarde, notamment en matière d’imitations de trouille. Une orientation involontairement comique qui se répercute parfaitement dans la conclusion ridicule du métrage.

 

 

Contrairement à son prédécesseur, Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes est un mauvais film plutôt sympathique. Si le côté saignant ultra-racoleur se montre parfois gerbant – la fondue bourguignonne sur patient vivant, inutilement lente –, le métrage de Declan O'Brien amuse par sa médiocrité. Le côté « origines » reste pour sa part clairement accessoire. Vite vu vite oublié.

Auteur :

Critique vue 16907 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 60-37

Votre réponse :

rgthzer 01-05-2013
ses des malades
Lilie 08-04-2013
Déçue déçue déçus, j'attendais les "origines" avec impatiente moi, savoir pourquoi, quand et ou?! :-/ Et non, du "sexe" et du sang et le scénario :-o dans le genre "oh mon dieu non, mon petit ami est en-train de se faire tuer! Tans pis, on se casse et je vais pas pleurer pour ça" :-O ptdr

clarence gerrard 04-01-2013
Assez moyen pour un film d'épouvante. Seulement les maquillages et le scénario laisse vraiment à désirer.
evy25 17-11-2012
je viens de regarder ce film NUL ARCHI NUL comment peu-t-on produire une tel connerie!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! surtout ne le loué pas, j'ai bouffer 4 euros producteur de merde....
Eternal 01-08-2012
J'ai perdu a nouveau 1h30 de ma vie a regarde un film nul nul est nul , jespere que le producteur va se retrouver a la rue car un film comme sa ne devrait même pas etre connue c'est une honte du cinéma d'horreur franchement
Aurelien 13-11-2011
Personnellement je pense que la serie detour mortel aurait du s'arreter au premier car je trouve que les acteir de seconde zone on thernie l'image de la serie...
J'ai trouver le deuxieme et le troisieme tres fade car je trouve que les avteur ne savait raiment pas jouer la comedi meme moi j'aurai pu mieu faire...
Pourquoi nous ne trouvons jamais les meme mongole dans les detour mortel...
Bref je pense que sa va etre un flope total comme le second et troiseme volet...
Je trouve vraiment demage qu'on ne vois plus eliza dushku dans les volet suivant...
C vraiment tres mal fait car pourquoi a la fin des deux premier il y a des survivant et qu'il y a jamais les fluc ou meme l'armee qui vienne ???
Car jc pas mais perso dans la vrais vie tu vis un truc comme sa mais tu les gens mais bon breff...

barbec 11-11-2011
wow...le commentaire...assez dur, cinglant mais peut-on l'être vraiment, surtout lorsque l'on est conscient que les séries Z sont ce qu'elles sont? c'est vrai l'érotisme mal fichu aurait pu laisser place a d'autres scènes d'intrigues, c'est évident... mais je pense que Ben là tu vas fort...direct to DVD ça veut dire finalement dans la tête du réalisateur "lâche-toi!!"..à vrai dire j'ai été beaucoup plus déçu par le deux précédents opus ou' c'est vrai on voyait un Rambo autour d'un scénario parfois ridicule et alors une suite ou' three-fingers semble sortir du Muppets-Show. mais pour le quatrième, bon c'est vrai... la lourdeur érotique nous contraint à penser que le réalisateur bossait en se disant " tiens on va mettre la scène de cul là...puis tu coupes et fais gicler le sang, tu recoupes puis CUL-SANG-CUL... " ainsi de suite sans que l'on puisse se rattaché à du sérieux tel un film légèrement gore à la réalisation plus subtile. cependant,outre ce gros soucis, le délire fait que bizarrement perso j'ai accroché.l'horreur absolue , le bon sang bien rouge façon André le Boucher pousse aux souvenirs des fins 70 années 80 ou' le mal fichu côtoyait le moins bidon..mais ça faisait passer des moments drôles et en ces jours de mois de novembre(difficiles-mais non y'a pas de crise , maiis non) on peut dire que Détour Mortel 4 peut faire passer des moments rigolos entre potes et éviter Derrick quand on est seul! mais en y repensant encore Wrong Turn aurait sans doute mérité autre chose que le direct to DVD

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction