film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Divergente 3 : au-delà du mur

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Tris is back ! A peine un an après le second volet de cette trilogie pour adolescents, Divergente 3 : au-delà du mur reprend exactement où le précédent opus s'était arrêté. Le laps de temps très rapproché entre les deux sorties s'explique par le fait que le réalisateur Robert Schwentke a enchainé les tournages des deux films. Un confort pour les fans, qui devront néanmoins faire preuve de patience, car comme pour toutes les adaptations de ces dernières années, l'ultime tome du livre de Veronica Roth a été coupé en deux longs pour satisfaire aux exigences des producteurs. Sous couvert bien sûr, de produire le meilleur final possible pour les spectateurs.

 

 

Divergente fait partie de ces adaptations réussies. A l'instar d'Hunger Games ou du Labyrinthe, elle est également lucrative. Proches des bouquins pour ne pas perdre les fans de la première heure et assez épiques et bien foutus pour les nouveaux arrivants, les films font en général coup double. Ils sont également dans l'air du temps et mettent en avant une héroïne à poigne – aka Katniss dans Hunger Games –, même si cela n'est pas synonyme de succès à chaque fois – Cassie dans La 5ème Vague  –. Mais tout n'est pas fait pour plaire au plus grand nombre : l'histoire a en effet des petits côtés très énervants qui font que ce Divergente 3 : au-delà du mur reste quand même très axé public adolescent. Pour ce qui est de la coupure du dernier tome en deux volets, le film évite cependant l'écueil des deux derniers Hunger Games et reste très rythmé et cohérent. On ne s'ennuie pas un seul instant, la fin laissant deviner un dernier opus épique et magistral.

 

 

Le film reprend donc où s'était arrêté Divergente 2. Tris, avec l'aide de Quatre, a réussi à arrêter la folie de Jeanine, la responsable des Erudits. Les sans factions ont renversé le pouvoir établi et notre héroïne a découvert qu'il y avait un monde à l'extérieur du mur et que Chicago n'est en réalité qu'une vaste expérience. Elle souhaite donc aller voir ce qui se passe dehors. Seulement Evelyn – la mère de Quatre et chef des sans factions – ne l'entend pas de cette oreille et interdit toute incursion au-delà du mur. Mais bien sûr, rien n'arrête Tris... L'un des gros points forts de ce métrage est de changer complétement de décor, d'incorporer de nouvelles intrigues, de nouveaux personnages, une toute nouvelle dimension. On a vraiment l'impression de découvrir une nouvelle histoire. Même si la ville en ruines de Chicago est une réussite, les terres dévastées version post apocalyptiques, teintées de rouge contrastent parfaitement avec l'îlot de verdure et de technologie futuriste du « Bureau du Bien être Génétique ». On découvre ainsi que Chicago n'est qu'une toute partie d'un monde partagé entre les terres toxiques, la Marge – habitants déficients génétiquement vivants sur ces terres – et les personnes du Bureau, qui sont génétiquement purs. A cela s'ajoute Providence, cité futuriste aux lignes épurées. On finirait presque complétement perdus dans ce flot de nouvelles infos.

 

 

Outre les nouveaux décors et les arcs narratifs développés, il y a également de nouvelles têtes. Exit Kate Winslet – qui était très convaincante en femme maitresse – bonjour Jeff Daniels, directeur du Bureau du Bien être génétique. Sa bonhomie naturelle colle bien à son personnage dont on ne se méfie pas. Bienvenue également à Bill Skarsgard, nouveau beau gosse, qui concurrencera peut être Theo James dans le cœur des jeunes adolescentes. La force du casting de Divergente 3 : au-delà du mur tient comme les films précédents à ses seconds rôles, Miles Teller et Octavia Spencer en tête. Ansel Egort donne également vie à un Caleb Prior très empoté et assez naïf, insufflant un peu de légèreté au tout. Cependant, à l'instar de Jennifer Lawrence qui commençait à énerver dans Hunger Games, Shailene Woodley est à la limite. Heureusement, les scènes d'action sont là pour faire oublier les petites platitudes de l'histoire d'amour du duo d'héros. Toujours très maitrisées, elles sont assez nombreuses et rythment le métrage de bout en bout. Les poursuites en voitures ou en aircraft sont spectaculaires et se partagent la vedette avec les combats rapprochés très millimétrés. A ajouter trop de nouveautés, le réalisateur passe peut être cependant un peu vite sur certaines explications et laisse peu de place à la psychologie des personnages.

 

 

La coupure du final en deux films pouvait laisser craindre un métrage poussif. Divergente 3 : au-delà du mur évite cet écueil en ajoutant de nombreuses nouveautés et en gardant un rythme semblable aux deux premiers films. Le tout est réussi, on ne s'ennuie pas et on le spectateur sera heureux de découvrir un tout nouvel univers. Il reste à espérer que la tension amenée à la fin du métrage reste bien présente dans le quatrième film et que celui-ci n'achève pas cette franchise comme un soufflé mal cuit.

Auteur : FLORA

Critique vue 5528 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 96-30

Votre réponse :

François 03-02-2018
Ce film est un navet. Le départ de Kate Winslet est très regrettable. La nouvelle Evelyne est nulle. Ce film sort complètement de l'univers original de Divergente. Autant les 2 premiers étaient pas mal, mais celui-ci est raté. Violent, bête, sans intérêt, décevant. Ce film m'a profondément déçu! Je déconseille ce film déjà aux moins de 12 ans, et du point de vue de la qualité du film, je le déconseille même aux adultes.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction