film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Dylan Dog

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Dylan Dog est le héros-titre une bande dessinée italienne – un fumetto – dont les premières versions françaises parurent à la fin des années 80. Cultissime dans son pays, malheureusement méconnu en France, cette BD écrite avec talent par son créateur Sclavi estimato s'est vue citée dans le génial Dellamorte Dellamore – où Rupert Everett tenait le premier rôle, lui qui fut la source d'inspiration de Sclavi pour l'aspect physique de Dylan Dog –. Et c'est en 2010, et dans une production américaine – avec tout ce que cela sous-entend, personnages américains,  action délocalisée aux États-unis, humour différent – que Dylan Dog fait sa première vraie apparition cinématographique, dans un film dont la principale attraction, outre d'être adapté de la BD, est l'acteur principal, Brandon Routh. Oui Brandon Routh,  l'homme d'acier de Superman Returns.

 

 

Dylan Dog est un détective privé de la Nouvelle-Orléans blasé de traiter avec le paranormal depuis qu'un événement tragique l'a profondément marqué. Mais on échappe pas à sa nature profonde et Dylan Dog se retrouve mêlé à une enquête impliquant loups-garous et vampires. En effet, une jeune femme prétend avoir été victime d'un lycan. L'enquête va confronter Dylan au traumatisme auquel il tente d'échapper. Déjà, dès les premières minutes, on a peine à croire que l'on soit en présence de l'adaptation de Dylan Dog. Si l'on met à part le côté détective privé + surnaturel, rien de ce qui faisait la saveur du fumetto ne reste. L'ambiance souvent proche de certains Romero que l'on peut ressentir à la lecture de la bande dessinée a disparue. L'acolyte de Dylan, sosie physique et mental de Groucho Marx – qui s'appelle d'ailleurs Groucho –  n'est là que sous allusions rapides et la nonchalance du personnage a quasi disparue au profit d'un clonage outrancier de Constantine – le film avec Keanu Reeves en détective dépressif du paranormal –. Ne reste donc que l'idée de base qui met en scène un héros désabusé face à des forces paranormales. Pour un peu, on s'attendrait à voir l'héroïne de True Blood débarquer ! L'histoire se déroule donc mollement, mélangeant humour lourd et séquences horrifiques traitées par dessus la jambe. Vampires et loups-garous ne deviennent alors que de simples éléments d'une intrigue policière basique d'où aucune surprise n'apparaîtra en dépit d'un matériel de base aux scénarios dantesques et malins en diable. Mais voilà, vouloir adapter une œuvre est une chose. La respecter en est une bien différente.

 

 

Le minimum syndical, à défaut d'honorer l’œuvre de Sclavi, aurait été que l'action soit un tant soit peu présente, histoire que le temps perdu – oups,  dirons-nous – devant ce film ne le soit pas totalement. Hélas, la réalisation de Kevin Munroe est plate au possible et illustre péniblement des péripéties déjà peu mouvementées sur le papier. En effet, assez rapidement (heureusement diront les mauvaises langues) l'acolyte du héros – différent donc du génial Groucho de la bande dessinée – se retrouve mort-vivant et est prétexte à une série de gags peu drôles car réchauffés. On finit rapidement par se désintéresser de ce qui se passe à l'écran et on regrette amèrement l'époque des téléfilms dont le héros se nommait Howard Phillips Lovecraft, produits très proches de Dylan Dog sur le thème mais avec une qualité nettement supérieure. Forcément avec Paul Shrader derrière la caméra et Dennis Hopper en détective du surnaturel.

 

 

Kevin Munroe n'était pas l'homme capable d'adapter Dylan Dog, et on pouvait déjà le deviner en visionnant son film précédent, Teenage Mutant Ninja Turtles, un ratage de première bourre mettant en scène nos tortues ninjas préférées. Desservi par un script indigne signé par le même qui a commis le Conan de cette année, Munroe n'apporte donc aucun rythme et semble ne pas savoir quoi faire de son personnage. Côté casting, on retiendra la performance plus que correcte de Brandon Routh qui fait encore plus regretter qu'il soit le seul à s'en sortir avec les honneurs. Les autres acteurs au mieux font le minimum, au pire cabotinent – qui a dit Taye Diggs ? –.

 

 

Vous aimez Dylan Dog? Passez votre chemin, vous vous épargnerez une souffrance inutile. Vous ne connaissez pas le personnage et vous prenez votre pied devant True Blood et Buffy contre les Vampires ? Alors peut-être trouverez-vous un quelconque intérêt à ce Dylan Dog pour peu que vous ne soyez pas trop exigeant.

 

Auteur : TONTON

Critique vue 7393 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 98+26

Votre réponse :

tonton 08-08-2012
oui Tascablione, je suis entièrement d accord avec toi. en tant que fan de Dylan Dog - putain mais j'ai jamais autant ri devant les répliques de Groucho !! - ma critique reflère mon désappointement devant l'américanisation de ce génial fumetto qu'est Dylan dog même si je suis pas du même avis que toi concernant les versions françaises plus qu'excellentes ( mais mon italien est trop faible pour lire dans la langue d'origine).
ce que je regrette avant tout c'est qu'un vrai fan avec le talent de peter Jackson ou Guillermo Del toro s'attaque à cette magnifique bande dessinée trop méconnue malheureusement hors de ses frontières !! - comme Martin mystère d'ailleurs( quel horrible dessin animé d'ailleurs !!
tascabilone 27-07-2012
310 ; c'est le nombre d'albums de Dylan Dog que j'ai lu depuis 1986, +les spéciaux, hors série ect... la critique ci-dessus résume également mon sentiment, mais pourquoi faut-il donc que le sort s'acharne sur cette BD dès qu'elle a passé la frontière italienne ? ; les traductions des albums français sont d'une pauvreté affligeante et retirent complètement l'atmosphère particulière de tous ces récits, même les personnages s'en trouvent modifiés, il est vrai que T.Scalvi, le créateur a abandonné la série après le n° 100, mais on trouve encore des épisodes absolument géniaux malgrè une parution mensuelle. Je viens de voir le DVD non seulement ça n'a rien à voir, (sauf la chemise rouge... ) évidemment ceux qui n'ont jamais lu la BD ne sauront jamais effectivement à côté de quoi ils sont passés ; vous aimez Walking Dead c'est bien ? Eh bien les 100 premiers Dylan Dog -au moins- c'est encore mieux, éteignez la télé et prenez les bouquin, au bout d'un moment vous vous demanderez s'il n'y a pas un fantôme qui lit par dessus votre épaule......

Charlie27 25-07-2012
Vu le film hier soir et ai passé un bon moment.
Vampires, loup-garoux, zombies, démon, tout le monde est là sans pour autant tomber dans la noiceur (je devrai plutôt dire le côté dépressif et violent à outrance, pour ne pas dire ridicule!!!) des comics et des films d'aujourd'hui: par exemple les Batman de Nolan que toutes les critiques portent aux étoiles et devant lesquelles je me suis ennuyé au possible. Certes un loup-garou a très certainement trop regardé le Parrain mais les acteurs ne se prennent pas aux sérieux (ce qui ne veut pas dire qu'il joue mal) et Kevin Munroe non plus.
Contrairement à la critiques ci-dessus, si vous voulez passer un petit moment de détente loin des soucis de la vie quotidienne et avoir un regard amusé sur les morts-vivants, je vous conseille de le regarder: vous ne le regretterez pas.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction