film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Edge of Tomorrow

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Passé d'acteur bankable a « has been » au cours des deux dernières décennies, Tom Cruise se ressource depuis quelques films dans le domaine de la science fiction. Après un Oblivion plutôt intéressant le revoici en tête d'affiche pour Edge of Tomorrow. C'est à Doug Liman qu'a incombé la tâche d'adapter la nouvelle japonaise All you Need is Kill. Davantage habitué au format série, Liman est néanmoins responsable de films creux tels que Mr. & Mrs Smith ou encore Jumper. C'est donc avec une curiosité doublée d'inquiétude que l'on guettait l'arrivée du Major Bill Cage, héros du métrage.

 

 

Dès les premières images, le spectateur est balancé dans une ambiance post apocalyptique mélangeant réalité et fiction de façon à faire vivre au mieux la brutalité dans laquelle la Terre semble avoir sombrée. Les responsables : les mimics, extra-terrestres dont on ne saurait cacher la parenté avec les sentinelles des frères Wachowski. Chargé du plan média de l'union des forces armées terrestres, le major Bill Cage - Tom Cruise donc - se voit déchu de son rang et parachuté sur le terrain bien malgré lui. Le voici donc face à face à l'horreur du conflit pour son baptême du feu. Baptême qui tournera court, avant de recommencer... Edge of Tomorrow s'attaque en effet au phénomène de boucle temporelle bien connu du cinéma. Bill Cage se voit contraint de revivre la même journée encore et encore. Au fur et à mesure que son expérience grandie, son espérance de vie s'améliore. Après moultes morts tantôt héroïques tantôt stupides, ce dernier rencontre Rita alias « Full Metal Bicth », l'héroïne des forces armées qui lui apprendra à mettre à profil cette capacité dans le but de sauver l'humanité.

 

 

Au delà de ce pitch convenu et attendu, Edge of Tomorrow utilise la boucle temporelle pour provoquer surprise et amusement dans la première partie du film, notamment en mettant en opposition un Tom Cruise vivant la même journée pour la énième fois à ses interlocuteurs le rencontrant eux pour la première fois. De situations cocasses à franches maladresses, Bill Cage parvient vaille que vaille à arriver à ses fins. Efficace et bien amenée, la progression du héros tire sa cohérence de la bonne utilisation par le réalisateur des ellipses temporelles offertes par la boucle, sans que ce dernier ne se reposer dessus. Une fois la phase que l'on peut considérer comme celle d'apprentissage terminée, la boucle temporelle est quelque peu mise de côté et l'ensemble perd légèrement son originalité, le film muant vers un schéma classique où le héros tente de sauver la planète. On peut tout de même souligner les dernières minutes du films, qui sortent de l'ordinaire et laissent un sentiment rafraîchissant.

 

 

Sans tenter d'en faire trop, Doug Liman nous offre ici un divertissement efficace, explosif sans être bourrin, pas moralisateur pour un sou. Edge of Tomorrow ne réinvente pas le genre et ne cherche pas à faire réfléchir les spectateurs. Du traditionnel instructeur inspiré par Full Metal Jacket à l'inéluctable défaite des méchants aliens, l'issue du film est  courue d'avance. C'est d'ailleurs à la fois la principale qualité et le défaut majeur du film : il n'y a aucune réelle prise de risque. Que ce soit les personnages principaux, les aliens ou bien encore la boucle temporelle, une fois l'histoire mise en place, aucun de ces aspects n'est approfondi. L'émotion est absente et ne permet pas de s'attacher aux protagonistes qui auraient pu mieux mettre à profit les acteurs qui les incarnent, Tom Cruise et Emily Blunt se contentant d’interpréter des militaires sans reliefs bien que laissant parfois échapper quelques relents de sentiments rapidement dissimulés.

 

 

Au final ce qui ressort d'Edge of Tomorrow, c'est un sentiment d'inachevé. Le film remplit son office tout à fait correctement et nous fait passer un bon moment, mais ne parvient pas à ajouter les ingrédients qui le ferait passer d'un bon film divertissant à un classique du genre. A croire que les critiques liées à ses précédents long métrages aient empêchées Liman d'apporter une dimension supplémentaire à sa pellicule.

 

Auteur : BEGZ

Critique vue 5523 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 65+27

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction