film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Escapade Fatale

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Honnête artisan de l’industrie hollywoodienne, David Twohy a depuis longtemps prouvé ses talents de scénariste et réalisateur multi-facette. Relativement méconnu, le cinéaste sortira de la relative pénombre dans laquelle il évoluait auparavant avec le diptyque des aventures de Riddick, l’excellent Pitch Black ainsi que sa suite, Les Chroniques de Riddick. Bien qu’ayant depuis longtemps prouvé de ses affinités avec le milieu du fantastique, Twohy s’attaque aujourd’hui avec Escapade Fatale - A Perfect Getaway - à un style tout autre. Faux survival construit sur un développement assez casse-gueule, son dernier long en date se profile comme un divertissement appréciable, mais non totalement exempt de défauts.

 

 

Garantie probablement valable auprès des producteurs, l’expérience de Twohy en matière de grosses machineries  - Waterworld, pour lequel il assurera le scénario - n’est surement pas étrangère à l’excellence du casting qui vient prendre part à cette petite production indépendante. Désormais coutumière de la série B camouflée - Resident Evil -,  Milla Jovovich forme donc avec l’atypique Steve Zahn le couple plongé dans un enfer vert humide et menaçant. Facteur indispensable, les performances des acteurs constituent ici le point névralgique du métrage, Escapade Fatale articulant son intrigue autour des personnalités de ses protagonistes. Malgré l’immensité des décors, Twohy joue en effet sur les contrastes et construit son métrage sous la forme d’un huit-clos trouble au sein duquel évoluent deux meurtriers présumés, difficilement indentifiables parmi les trois couples amenés à partager les mêmes sentiers de randonnées. Escapade Fatale déroule un développement habille au sein duquel chaque personnage présente son lot d’aspects soupçonneux, les personnalités de chaque participant au jeu macabre se voyant dépeintes avec brio par leurs interprètes respectifs. Timothy Olyphant et Steve Zahn, véritables porteurs de l’intrigue, témoignent dans leur jeu de contrastes schizophréniques, tant ces derniers parviennent à retranscrire à l’écran des variations de caractère quasiment antagonistes. Suffisamment étranges pour éveiller le doute, parallèlement constamment disculpés par certaines autres actions, l’ensemble des personnages laissent planer le doute sur la véritable identité de chacun jusqu’à un twist de mi-parcours qui laisse Escapade Fatale s’orienter vers une toute autre direction.

 

 

La grande force d'Escapade Fatale est de parvenir à conserver un intérêt constant sans pour autant verser dans les ressorts classiques du film de genre. Dépouillé de toute séquence gore, le métrage de David Twohy se veut tout aussi avare en matière de rebondissements et scènes d’actions, et privilégie le développement de ses personnages afin d’instaurer un jeu de questionnement permanent chez le spectateur. S’il ne se passe pas grand chose pendant le premier acte, le tout fonctionne pourtant à plein régime.  Une démarche plutôt osée qui vient prouver de la maitrise avec laquelle le cinéaste emballe son film, audace dont ce dernier témoigne dans un second temps en dévoilant dès la moitié de son développement l’identité de ses assassins. Escapade Fatale s’oriente dès lors dans les épineux sentiers du survival, affiliation dont Twohy ne s’affranchit pourtant que partiellement. L’aspect mystérieux du métrage se voyant évacuée avec l’aboutissement du climax, les carences du film reprennent le dessus pour imposer un rythme mollasson qui peine à convaincre. Si les acteurs demeurent excellents, Escapade Fatale tourne à vide et se contente d’enquiller les séquences d’agression et de poursuite sans véritable objectif. Bien que plutôt malin à éviter les pièges du gore inutile dans un premier temps, l’aspect relativement grand public dont se fend Twony dans sa conclusion désert clairement l’instauration d’une tension qui ne décolle jamais du niveau zéro : sans réelle surprise, le métrage se boucle sur une conclusion longuette et attendue. Dommage, tant le script pré-twist avait su témoigner d’une certaine maitrise à détourner les suppositions préconçues.

 

 

David Twony emballe cependant le tout dans une réalisation adaptée, et parvient tant bien que mal à maintenir un certain intérêt pour un récit qui s’essouffle en fin de parcours. Si le cinéaste adapte dans un premier temps un habillage sobre mais efficace, les séquences deviennent nettement plus rythmées lorsque tombent les masques. Le montage et les images de Twony s’adapte aux dérives allumées des timbrés de circonstance, sans pour autant se complaire dans l’épilepsie estampillée MTV des productions actuelles. Si la technique affutée dont témoigne Escapade Fatale ne suffit pas à véritablement sauver le dernier acte du métrage, le cinéaste lui confère un rythme acceptable en s’affranchissant de quelques séquences d’actions efficaces, à défaut de s’avérer réellement tendues. L’occasion pour ce dernier de tester des plans plus énergiques, notamment des split-screens, qui bien qu’un rien cheap offrent des coups de boost à un production aux encornures subitement conventionnelles.

 

 

Bien que loin de l’inoubliable, Escapade Fatale est une petite production relativement bien troussée. Honnête long-métrage vite-vu vite-oublié, le sixième film de David Twohy parvient quasiment à construire son développement sur la force de son efficace twist principal, et à se jouer du spectateur avec une certaine habilité. Plutôt appréciable.

Auteur :

Critique vue 8358 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 79+45

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction