film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Grave Encounters 2

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Les fantômes vous font peur et vous êtes à la recherche d’un film angoissant ? Ce métrage n’est pas fait pour vous. Si avec le premier, nous tremblions et grelotions, ce n’est visiblement pas le cas ici, on a chaud. Se creuser les méninges réchauffe le corps et l’esprit, notamment lorsque l’on se demander pendant tout le film quel est le but de l’histoire. Ou plus simple, s’il y en a un tout court.

 

 

 

Du côté de l’histoire, Grave Encounters 2 ne présente rien de transcendant. Le même endroit - jusque là, rien d’anormal, ça pouvait même être chouette -, une nouvelle équipe avec à sa tête un personnage insupportable, le même projet, à savoir passer une nuit dans l’hôpital glauque. Et puis le film commence. Que dire ? C’est long, la bonne première partie se passe hors de l’hôpital. Et encore, si les scènes avaient un quelconque intérêt pour la suite. Il n’en est rien : les déboires alcoolisés des personnages sont loin d’être passionantes. Mais surtout, que cela vient-il faire ici ? Alors, on attend, quinze minutes, une demi-heure… Les minutes passent, on se lasse. Quand enfin l'équipe rentre dans l'hôpital, nous sommes déçus. Pourquoi ? Parce-que nous connaissons déjà les lieux, ce qui minimise les effets de surprise, et les personnages vont bien évidemment s'aventurer eux mêmes endroits « à risque » que dans le premier.

 

 

Ainsi, quand une fenêtre s'ouvre, nous nous y attendons. Cette dernière s'était déjà ouverte au même endroit dans le premier opus. L'équipe est à la recherche de preuves et veut savoir ce qui c'est réellement passé lors du tournage de l'émission « Grave Encounters », sans croire vraiment à la possibilité « fantômes ». Une fois de plus, rien de nouveau. Nous savons pertinemment qu'ils vont se retrouver piégés par l'établissement et par l'apparente obligation d'y croire. Bien sur, ils se perdent - nous aussi d'ailleurs - et dédallent dans le bâtiments comme des âmes en peine. Et justement de la peine on aimerait bien en ressentir un peu. Aucune sympathie pour cette équipe campée par des personnages fades, pénibles, énervants et ennuyeux. Les adjectifs ne manquent pas. On en vient même à espérer qu'ils meurent tous. On se demande même qui est le plus perdu dans l'histoire, les personnages, nous ou le réalisateur ? Pour sûr, les trois. Mais n'oublions pas d'ajouter à ce trio errant, un quatrième groupe : les scénaristes – The Vicious Brothers -, qui ont cédé leurs poste de réalisateurs pour s'occuper uniquement du scénario. Vous ne rêvez pas, ceux qui avaient fait du génial Grave Encounters un immanquable film du genre offrent un scénario cauchemardesque, et pas dans le sens ou nous aimerions qu'il le soit.

 

 

C'est certain, des cauchemars vous n'en ferez pas la nuit qui suit le visionnage du film. Cette fois ci, l'équipe est à la recherche d'une porte magique qui devrait leur permettre de sortir puisqu'aucune porte du bâtiment ne semble  liée à une autre, redéfinissant de ce fait la spatialité du bâtiment. La recherche de cette porte est une quête inutile et fait basculer le film dans le grotesque. Cette suite aurait pu être davantage exploitée sans faire intervenir un élément aussi inadapté au contexte du film.

 

 

La fin du métrage est sans doute la partie la plus chaotique et la plus désespérante du film. Du grand n'importe quoi. C'est sensé être le moment où, poussé par la pression psychologique, la tension et la peur, nous, spectateur, nous nous demandons « jusqu'où irions-nous pour rester en vie? ». A cet instant, on se demande plutôt « pourquoi le personnage agit de cette façon? ». Notons qu'ici nous ne ressentons pas grand-chose. De l'effroi peut être, mais d'un tout autre ordre. Effroi quant au temps perdu, à la qualité de ce deuxième volet. En regardant ce film, si toutefois vous trouvez le courage de le faire, vous vous demanderez qui sont les vrais fantômes du film : les personnages, les esprits maléfiques, le réalisateur ou les scénaristes ?

Auteur : ANNE LAURE

Critique vue 9125 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 63+5

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction