film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 2

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

On peut dire sans trop s'avancer que la saga Harry Potter au cinéma n'a jamais vraiment brillée autrement que par son immense succès commercial. Pour deux premiers volets sympas mais trop gentillets, un quatrième assez mouvementé mais peu réussi, et les suivants mous et niais malgré les immenses enjeux développés dans les romans, on n'a au final qu'un très bon Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, dû à l'excellent Alfonso Cuaron – auteur de Les Fils de l'Homme – qui n'est pas un manchot, loin s'en faut. Aussi quand David Yates, celui qui a ramolli la saga depuis le cinquième volet est toujours annoncé aux commandes des deux derniers volets – le livre est coupé en deux parties –, le pire est à craindre. Et si la première partie d'Harry Potter et les Reliques de la Mort nous prouve qu'on avait raison d'avoir peur, la seconde, elle, se révèle être une vraie bonne surprise et donne même à la saga son meilleur film. Tout vient à point à qui sait attendre.

 

 

La quête des horcruxes  – ces parties de l'âme de Voldemort qu'il a dissimulé des années auparavant dans divers objets afin de s'assurer plus de puissance – retient toujours l'attention d'Harry Potter et ses amis, Ron et Hermione. Leurs recherches va les obliger à cambrioler une banque et à affronter Voldemort lui-même au sein même de l'école des sorciers, Poudlard. Harry va se rendre compte qu'il est intimement lié à Voldemort et que son combat va être encore plus brutal que tout ceux qu'il a déjà eu à donner. De nombreux sorciers vont y laisser leur vie tandis que les forces du mal se rapprochent au fur et à mesure qu'Harry et sa bande détruisent les horcruxes. Rythmé, doté d'enjeux cruciaux, spectaculaire et adulte, ce dernier film de la saga Harry Potter nous offre un show de tout premier ordre. Quand bien même il s'agit d'une suite directe, il est autrement meilleur que sa première partie qui se contentait surtout de poser les enjeux. Là, chaque combat se veut brutal et nerveux. Là, on frémit pour Harry et ses comparses qui semblent lancer dans une course désespérée. Car oui, tout dans cet Harry Potter est sombre et empreint de l'emprise des forces du mal incarnées par un Voldemort dont la présence transperce l'écran. 

 

 

Cette fois, on sent que vu que tous les éléments sont en place, seule l'action compte. Et on est pas déçu ! Dragon dantesque, araignées et orcs géants, duels de magiciens, décors massivement détruits. Tout ou presque dirait-on pour compenser la faiblesse des précédents opus. Et le duel final entre les deux ennemis jurés, Voldemort et Harry Potter tient toutes ses promesses, avec d'un côté un sorcier démoniaque sûr de sa toute-puissance et de l'autre un jeune homme en proie à la peur et aux doutes, mais armé d'un courage sans faille et d'un honneur certain. Pour un peu, on se croirait dans Le Seigneur des Anneaux. La quasi totalité du métrage se déroule de plus de nuit ou dans l'obscurité, donnant un aspect apocalyptique au film, qui délaisse complètement – comme le roman d'ailleurs – la chronologie habituelle – rentrée des classes, etc –. Même si cette volonté d'ancrer ce dernier volet dans un réalisme plus prononcé que les précédents – les coups font vraiment mal – se fait parfois un peu au détriment de la compréhension – quoi de plus difficile à discerner que des gens en habits sombres dans le noir? –, elle ne dessert donc pas le film, Yates mettant avant tout un point d'honneur à mettre l'action en avant. Le scénario lui en laisse la pleine mesure, se focalisant sur la lutte entre les deux clans de sorciers, ce que tous les lecteurs attendaient et redoutaient à la fois depuis les premiers livres.

 

 

Depuis le premier Harry Potter, un homme s'est chargé des adaptations, Steve Kloves. Par conséquent, difficile jusqu'alors de juger son travail réel, vu le peu de réussite des divers metteurs en scène qui se sont succédés. Excepté Alfonso Cuaron, peu ont su mettre en valeur les scénarios, ou bien ceux-ci n'ont jamais été extraordinaires, et seul le matériau de base – dû à J.K Rowling  – suffisait à assurer une certaine tenue et cohérence à l'ensemble. David Yates reprennant le travail pour la quatrième fois, on aurait soit pu miser sur une amélioration de son approche – mais comme les deux parties ont été tournées en même temps, peu probable –, soit sur une histoire originale qui évite au métrage de sombrer vers des séquences longues ni ennuyeuses. Une seconde option davantage envisageable afin de justifier la qualité de ce Harry Potter et les reliques de la Mort - Partie 2. Si auparavant, les atermoiements amoureux adolescents monopolisaient les scripts, ils sont ici relégués au dernier plan, le destin des personnages méritant plus de vision, d'autant que beaucoup vont en souffrir.  Niveau technique, rien d'inchangé et on notera que les comédiens manifestent une envie communicative, empreinte même de tristesse quand viendra le générique de fin. Tristesse de quitter ces personnages, mais également de ne pas avoir eu à l'écran les films qu'ils méritaient.

 

 

Harry Potter et les reliques de la Mort - Partie 2 conclu la saga en beauté, sur des notes à la fois sombres et optimistes. Le métrage se profile de plus comme une véritable adaptation du dernier roman de la saga littéraire, contrairement aux trois précédents volets. Yates met en avant la guerre promise depuis longtemps, et offre un spectacle de magie haletant et prenant. Il était temps.

Auteur : TONTON

Critique vue 5309 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 56-1

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction