film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Hunger Games - La Révolte : Partie 2

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Francis Lawrence, réalisateur des deux précédents opus, livre ici le chapitre final de la saga Hunger Games. Pour des questions probablement pécuniaires, le troisième livre de Suzanne Collin, a été découpé afin d’en faire deux films séparés. Cette technique payante pour les studios de cinéma ne fait pas pour autant le bonheur des spectateurs ou des fans. Le livre est certes dense, mais pas plus que les deux autres et ne méritait pas un tel traitement. Hunger Games - La Révolte : Partie 1 s’était révélé être un long préambule à la guerre imminente entre les protagonistes et Lawrence avait promis du sang et des larmes pour le grand final. Il passe clairement à côté.

 

 

Faire une bonne adaptation ciné de nos jours n’est pas chose aisée. Beaucoup de lecteurs ne retrouvent pas dans les films ce qu’ils ont apprécié dans les livres. Hunger Games, fait partie – et cela depuis le premier métrage – des rares adaptations extrêmement fidèles et intelligentes de ces dernières années, le matériel de base étant globalement respecté. C’est assurément un bon point. Cependant, cela ne fait pas pour autant un bon film. Comme dans la première partie de ce chapitre final, Lawrence s’applique à montrer les travers d’une société et particulièrement des médias en mettant en parallèle les stratégies de communication du Capitole et du District 13. Le film s’étire donc poussivement de spots publicitaires en spots publicitaires avec quelques scènes d’action ici et là, de manière à faire monter la tension en vue de l’assaut final des districts unifiés contre le Capitole. Beaucoup de blabla, beaucoup d’introspection, peu d’action. A ce titre, on peut difficilement différencier le troisième film de cette quatrième et dernière partie. C’est dommage. Hunger Games avait réussi à réinventer les sagas marquées « ados » et proposait une intrigue plus sombre, moins « cul-cul » plus adulte, ouvrant ainsi la voie à d’autres franchises plus matures comme Divergente ou Le Labyrinthe et faisant presque oublier la niaiserie de Twilight.

 

 

Dans Hunger Games - La Révolte : Partie 2, Katniss doit mener – par vidéo toujours, jamais en première ligne – les troupes des Districts à l’assaut du Capitole. Le spectateur attend donc une apothéose de scènes d’action et de tension pour parvenir au président Snow et à sa destitution. Il reste malheureusement sur sa faim. Bien évidemment quelques scènes d’action viennent rythmer le récit et permettent de mettre en valeur des effets spéciaux plutôt sympathiques, mais à part une pauvre scène dans un tunnel qui donne un soupçon d’angoisse, le reste est bien pauvre par rapport aux scènes de dialogues interminables entre les personnages. Il est difficile de résumer ce dernier chapitre sans en dévoiler l’intrigue. Le réalisateur, même s’il garde un cadre très lisse, s’applique néanmoins à montrer que les gentils ne sont pas toujours si altruistes et que n’importe qui peut faire dire ce qu’il veut à une vidéo. Sous des dehors de sauveurs, le District 13 est-il si différent du Président Snow ? Pour un film destiné à un public adolescent, Hunger Games est un film sombre. Bien évidemment, s’agissant du chapitre final, tout le monde ne s’en sort pas. Au bout de quatre films, on s’attache plus ou moins aux personnages et le réalisateur décide ici de ne pas tomber dans la surenchère et le pathos lors des disparitions, ce qui est très appréciable.

 

 

Une grande partie de ce Hunger Games – La Révolte : Partie 2 est évidemment basée sur son héroïne et ses actions, puisqu’elle est le Geai Moqueur. En cela, Jennifer Lawrence doit livrer une prestation qui mêle la peur, la froide détermination, les sentiments – oui le triangle amoureux est toujours présent mais pas sur exploité – et surtout le fait d’être manipulée en permanence. Elle est impeccable. Même si par moment, Katniss finit par nous énerver un peu. Ce qui n’est rien comparé au pauvre Peeta, qui mettra à rude épreuve le plus patient des spectateurs. Josh Hutcherson fait le job, mais il n’est pas aidé par son personnage. Les acteurs secondaires relèvent le tout et c’est peut être eux qui manqueront le plus à la fin : Woody Harrelson et son humour, Julianne Moore et sa froide interprétation de la présidente Coin du District 13, Philip Seymour Hoffman, marionnettiste de génie dans l’ombre, Donald Sutherland reste ce président un peu mégalo et Elisabeth Banks se présente comme le personnage le plus haut en couleur de ces quatre films. Petit bonus fun : David Hallyday en guest.

 

 

Hunger Games – La Révolte : Partie 2 est trop long et manque de rythme. Cependant il clôture habilement l’histoire de Katniss, pose de vraies questions et amène une vraie réflexion, un fait assez rare dans un film adolescent pour être relevé. Malheureusement, le spectateur n’aura pas ce pincement au cœur quand une série s’arrête et n'exprimera pas de regret au moment de quitter ces personnages. Il passera à autre chose rapidement et chance pour lui, de nombreuses sagas ado sont en développement. Le film reste à voir uniquement pour connaître le dénouement de l'histoire.

Auteur : FLORA

Critique vue 4887 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 77-17

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction