film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique I Spit on your Grave 2

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

I Spit on your Grave avait fait grand bruit en 1978. Usant d’une scène de viol particulièrement dérangeante en guise d’élément déclencheur, le film de Meir Zarchi avait par la suite donné lieu à une avalanche de copycats étiquetés « Rape and Revenge » et uniquement désireux de proposer les scènes les plus choquantes possibles. Bien qu’extrêmement désagréable à visionner, le métrage originel avait cependant pour intention de porter un discours féministe en installant une héroïne forte au premier plan. Débarqué en pleine « Saw-mania », le remake du classique de Zarchi est resté plus discret, la cruauté visuelle passant désormais inaperçue en ces temps de course à la violence gratuite. Si cette relecture comptait autant d’admirateurs que de détracteurs, le message restait plus ou moins intact. Tout le contraire d’I Spit on your Grave 2, qui se présente aujourd’hui comme une séquelle opportuniste absolument gerbante.

 

 

Meir Zarchi avait annoncé au moment de la sortie du remake son souhait de voir naitre une suite au film originel. Les producteurs avaient cependant privilégiés une relecture, l’âge du métrage de Zarchi rendant un second opus difficilement défendable commercialement. La porte restait cependant ouverte en cas de succès. Si I Spit on Your Grave 2010 a bénéficié d’une visibilité convenable auprès des amateurs, sa violence quasi-inégalée l’aura condamné à une distribution éclair. Directement destiné au marché vidéo, I Spit on your Grave 2 s’habille donc des oripeaux habituels de la suite au rabais. A commencer par un synopsis permettant d’éclipser les protagonistes du premier volet. Nouveau départ donc pour l’indécrottable Steven R. Monroe, qui conserve son poste de réalisateur. Ce dernier centre ici son récit sur le personnage de Katie, serveuse dans un restaurant New-Yorkais et mannequin en devenir. Fauchée, cette dernière répond à l’annonce d’un photographe proposant des clichés gratuits. Une affaire louche, qui va évidemment conduire la pauvre jeune fille à être victime de viols à répétition, doublés de quelques sévices et autres brutalités chargées de rendre le film ultra-racoleur. Monroe duplique donc paresseusement la trame narrative du précédent film, ajoutant de ci et là une petite poignée de retournements stupides afin de s’affranchir du minimum syndical en matière de twists. Sans surprise, I Spit on your Grave 2 est donc deux fois plus brutal, deux fois plus pervers et deux fois plus insoutenable. La finalité et le message sont cependant aux abonnés absents, contrairement au volet précédent.

 

 

Sous couvert de proposer une expérience coup de poing, I Spit on your Grave 2 se profile comme un film malsain, voyeuriste et purement gratuit. A l’instar du premier opus, la partie « rape » est souvent irregardable. En bon artisan du spectaculaire, Monroe en profite pour la rallonger inutilement, multipliant pour ce faire les agressions physiques, souvent sexuelles, cadrant plus que de raison sur la nudité de son actrice. Si certains cinéastes sont parvenus à démontrer que la violence exacerbée d'un premier acte pouvait par la suite offrir un terreau fertile à une véritable réflexion – Laugier avec Martyrs –, l’aspect « revenge » du métrage est ici abordé avec un je m’en foutisme absolument révoltant. Revenue miraculeusement d’entre les morts, l’héroïne entreprend donc d’éliminer ses bourreaux sans aucune pitié. Monroe se contrefout pourtant complètement du discours féministe d’antan et se contente de capturer une série de meurtres idiots sans aucune volonté autre que celle de faire dans le graveleux et le politiquement incorrect. Pire, I Spit on your Grave 2 multiplie les choix hasardeux et les invraisemblances avec une écrasante insistance. Entre le mec qui se détache sans grande peine après un éclatage de burnes en règle, l’héroïne trimbalée des USA jusqu’en Bulgarie aux yeux et à la barde de la douane ou encore sa renaissance post-viol dans les égouts de la ville, le métrage sombre dès sa seconde moitié dans un n’importe-nawak qui fait véritablement peine à voir.

 

 

Steven R. Monroe avait joliment emballé son remake. Malgré les coupes budgétaires, ce dernier livre ici un métrage parfaitement tenu. I Spit on your Grave 2 n’en devient pas pour autant meilleur ou plus agréable à visionner, mais la réalisation est au moins sobre, lisible et accompagnée par une direction photo superbe et soignée. Il est par ailleurs regrettable que l’implication de la jeune première Jemma Dallender soit mise au service d’un projet aussi immonde et anti-artistique. L’actrice se donne en effet corps et âme dans son rôle. Surtout corps. Cette dernière passe la moitié du film à poil, mais campe par la suite une héroïne revancharde parfaitement crédible.

 

 

Dénué de fond et de morale, I Spit on your Grave 2 est une ridicule tentative de duplicata du précédent volet. Une séquelle puante et sadique au possible, imaginée par une bande de producteurs et un réalisateur aux idées plus que douteuses. Minable.

 

Auteur :

Critique vue 54619 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 96+13

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction