film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Jason Bourne

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Dès le premier épisode, sorti en 2002 et réalisé par Doug Liman, le nom de Jason Bourne a été rattaché au renouveau du film d'espionnage, là où l'autre espion star, James Bond, sombrait dans le grand n'importe quoi. Il faudra pourtant attendre l'arrivée de Paul Greengrass pour que la saga Bourne prenne son envol et dépoussière en profondeur le film d'action. Sur le fond d'abord : sujets plus en phase avec l'actualité et les peurs contemporaines, mais aussi sur la forme, Greengrass apportant tout son bagage documentaire pour filmer ses métrages d'une façon proche du cinéma vérité, caméra à l'épaule, collant au plus près de ses acteurs. Un style qui aura fait des émules, copié à tour de bras et exacerbé - y compris par Greengrass lui même - jusqu'à l'abstraction. Après un troisième épisode qui avait tout dit et la tentative - ratée, mais intéressante - d'un spin-off, la série semblait partie pour un repos mérité. La surprise et l'excitation qu'a provoqué l'annonce du retour du duo Damon / Greengrass pour un nouvel opus auront pourtant vite fait de laisser place à la perplexité quant au résultat final, voire à la déception pure et simple.

 

 

Que l'on aime ou pas, la saga Bourne a révolutionné le film d'action, genre moribond et très mal en point à l’orée des années 2000. Trusté en grande partie par les hong-kongeries américanisées - Matrix pour le meilleur, Roméo Doit Mourir, Cradle 2 the Grave, The One pour le pire -, l'actioner est en bien piètre état et le shoot d'adrénaline administré par Grenngrass se révèle salvateur. Il change la donne de façon tellement drastique que même le mythique James Bond devra se plier aux nouveaux codes établis et amorcer un reboot plus badass avec l'ère Daniel Craig. Seulement voilà, le dernier volet de la trilogie, La Vengeance dans la Peau, remonte déjà à presque dix ans. À l'échelle hollywoodienne, autant dire une éternité. Entre temps, la recette a été pillée à tort et à travers et l'on ne compte plus la ribambelle de contrefaçons qui ont proliféré comme du chiendent  dans un potager et dont la laideur formelle est presque devenue la norme. Le premier défi de ce nouvel opus est donc celui-ci : recréer l'excitation des anciens épisodes et apporter du sang neuf du point de vue plastique. C'est aussi le premier échec de Jason Bourne : son incapacité totale à offrir quoi que ce soit de nouveau ou un tant soit peu original.

 

 

Jason Bourne opère comme un quasi reboot, cachant à peine ses intentions opportunistes de nous resservir une nouvelle trilogie. Pourquoi pas après tout, nous avons eu droit à bien pire dans le genre suites inutiles. Le hic, c'est qu'au lieu d'adopter - au moins - un nouvel angle de tir, les scénaristes nous resservent exactement et sans sourciller la même soupe, probablement de peur de changer une formule qui a déjà fait ses preuves. Or, ce n'est pas blasphémer que de le dire : cette formule s'était vite usée jusqu'à la corde et atteignait ses limites au bout de trois films seulement, chacun plus faible que le précédent et aboutissant à un troisième volet poussif mais heureusement fort en adrénaline. Pour s'en convaincre, il faut passer l'épreuve de la première partie de Jason Bourne, où l'ennui se la dispute à l'agacement pur et simple, alors que se déroulent sous nos yeux les sempiternels flashback en délavé - censés nous remettre dans le bain - et nous assènent un retcon complètement débile pour ne pas dire contraire à tout ce que la première trilogie avait bâti. Le plus dur sera sans conteste la nécessité de se farcir une énième fois ces scènes en salle(s) de contrôle avec une équipe de cracks qui fixent plein de moniteurs en se triturant les cravates et se faisant engueuler par le boss qui ne demande qu'une chose : « Retrouvez-moi Bourne ! ». Du vu et du revu, partout, de la trilogie initiale à la toute dernière production DTV pourrave de chez Millenium. Autre redondance gonflante, la structure narrative immuable : l'ex black' op est encore la cible d'un tueur de choc commandité par une figure paternelle de la CIA qui veut se débarrasser de cet enfant illégitime et encombrant pour pouvoir mettre à exécution ses plans très anticonstitutionnels pour la sauvegarde de la sécurité nationale. Dans sa fuite, il sera aidé par une alliée en interne variablement bienveillante et, à la fin, la justice triomphe. Le casting sera bien évidemment choisi en accord. Nous reviendrons sur ce point plus loin.

 

 

Il est franchement déroutant de voir avec quelle facilité ce Jason Bourne succombe aux codes de la suite vulgos. Dès les premières minutes, Greengrass, qui n'a visiblement pas que ça à foutre, décide d'exploser l'enjeu premier de son film, à savoir les retrouvailles avec Bourne, dans une intro expéditive en mode Rambo III.  Pas question de faire monter le suspense. Vous le voulez ? Il est là. Ce sera du coup l'occasion de mesurer l'évolution du personnage Jason Bourne depuis sa première apparition en 2002. Au quidam amnésique dépassé par les évènements et en quête de réponses s'est peu à peu substitué un espion létal et mutique, puis dans cette cinquième mouture, à une sorte de machine de mort totalement hermétique qui terrasse de l'arménien d'un simple coup de poing. On ne le dit pas assez, mais ce qui rendait le personnage attachant c'était le fait que ses prouesses étaient aussi impressionnantes pour lui qu'elles ne l'étaient pour nous. Au bout du deuxième film, elles sont déjà devenues de plus en plus banales. Greengrass tente bien de donner une dimension humaine à son héros, mais la tentative est d'un ridicule consommé : une petite crise d'angoisse après un fight clandestin et personne n'en reparlera plus. On est loin de la quête de repentir qui transcendait celle de la vengeance dans La Mort dans la Peau. Banales sont aussi toutes les scènes d'action de ce cinquième volet, une prouesse en soi. Des innombrables - et interminables - courses poursuites aux combats mano a mano, nous sommes en terrain ultra balisé et convenu. Un comble pour Greengrass dont la réalisation est devenue presque fonctionnelle. Difficile de s'empêcher de bailler devant les set pieces que l'on nous assène toutes les vingt minutes et difficile de ne pas ricaner gentiment - pour rester poli - devant ce climax d'une ringardise affligeante qui se déroule pépère jusqu'à la fin. Et au milieu de ce naufrage, les acteurs n'en mènent pas large, Matt Damon en tête, ne desserrant pas les dents une seconde, les cernes épaisses, tout comme celles de Tommy Lee Jones et Vincent Cassel qui se demandent bien ce qu'ils foutent ici. Difficile de déterminer qui est le plus à plaindre entre ces deux derniers - oui parce que pour Damon, le gros chèque à la clé le disqualifie d'office - : Jones qui se contente presque de faire de la figuration, coincé dans un costard visiblement trop serré, ou Cassel, qui perd son temps et gâche son talent dans un énième rôle de bad guy et n'arrive pas à la cheville de celui de Karl Urban qui avait pourtant deux fois moins de dialogues que lui dans le deuxième opus. Du côté des co-stars féminines, ce n'est guère mieux : les retrouvailles avec la trop rare Julia Stiles - seul lien avec la trilogie précédente - seront écourtées de façon brutale. Seule Alicia Vikander semble tirer son épingle du jeu grâce à un personnage ambigu mais dont l'écriture est grossière et qui sera évidemment appelée à revenir dans de futurs épisodes. Encore faut-il avoir quelque chose à raconter à l'avenir...

 

 

Suite bancale qui se contente de reprendre ad nauséam une recette éculée sans une once d'imagination, Jason Bourne n'a rien d'autre à offrir que du vulgaire fan service qui ne fera pas illusion longtemps. Scénario cousu de fil blanc, réalisation impersonnelle et un casting de gueules lessivées, pas de doute : le retour de Bourne est complètement raté.

 

Auteur : ATEF

Critique vue 3703 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 63+36

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction