film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique La Cabane dans les Bois

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Difficile de parler de La cabane dans les Bois - Cabin in the Woods - de Drew Goddard, le scénariste de Cloverfield, sans en dévoiler son mystère, savamment entretenu par l’affiche française. S’agit-il d’un nouvel Evil Dead ou le concept est-il plus proche d’un Cube, avec cette maison à plusieurs niveaux qui semblent pivoter, l’image évoquant autant le chef d’œuvre de Vicenzo Natali qu’un célèbre casse-tête cubique et coloré des années 80. Réponse : un peu des deux en fait, et cela constitue l’idée - presque géniale - de ce slasher d’un nouveau type qui dépoussière d’un seul coup tout un pan du cinéma d’horreur.

 

 

Son producteur et co-scénariste Joss Whedon, à qui l’on doit à la tv les séries Buffy contre les VampiresAngel, et au cinéma le space-opéra peu connu et sous-estimé Serenity, ainsi que Avengers, le film de super-héros choral actuellement sur les écrans, a parfaitement saisi qu’à l’heure où pleuvent des quantités de remakes - Massacre à la Tronçonneuse, Amityville, La Colline a des Yeux, Vendredi 13, L’armée des morts - pour se démarquer il faut proposer quelque chose d’inédit. Et sans révolutionner le genre, La Cabane dans les Bois propose une approche originale à partir du concept éculé de la maison isolée face à un danger intérieur ou extérieur, déjà vu avec Cabin Fever, Le Projet Blair Witch, Mortuary, Dog Soldiers, Les Messagers, etc… Ces exemples, nombreux, ont traité le sujet avec plus ou moins de talent, voir carrément de génie comme c’est le cas des deux premiers Evil Dead, Massacre à la Tronçonneuse ou d’une façon plus lointaine avec La Nuit des Morts-Vivants, premier long métrage du grand George A. Romero en 1968.

 

 

On retrouve dans le film de Goddard - non pas Jean-Luc ! - des éléments et codes bien connus : en premier, le lieu de l’action principale, qui évoque celui de Evil Dead 1 et 2 de Sam Raimi. En second, le groupe d’adolescents, qui est celui de Massacre à la Tronçonneuse ou Scream, et dont le sort est déjà connu - et a été réutilisé dans les émissions de télé-réalité d’une façon plus soft -, celui de se faire éliminer un par un. Ensuite, le livre d’incantations qui va réveiller les démons - encore Evil Dead - puis le bestiaire classique avec, en tête, des zombies qui semblent fatigués d’avoir trop imprimé les écrans ces derniers temps, et enfin la mythologie « lovecraftienne » avec les croyances et rituels ésotériques, les Dieux et les Grands Anciens. Malgré tout, l’ensemble s’avère très plaisant à suivre, en partie grâce à un script formidablement bien écrit et dialogué doublé d’une mise en scène nerveuse qui réserve quelques surprises, notamment dans son casting sur la fin.

 

 

Bien que la réussite de La Cabane dans les Bois tienne dans son ton original et son approche distanciée de l’horreur, le frisson laisse trop la place à l’humour au point de faire ressembler parfois le film à un pastiche, tendance inquiétante d’une époque totalement cynique qui ne croit plus en ses propres mythes et préfére en rire avec légèreté. En effet, il est loin le temps où de jeunes réalisateurs américains tels que Sam Raimi ou Tobe Hooper donnaient au cinéma d’horreur, pour des budgets dérisoires - ou presque - des classiques instantanés. Aujourd’hui ce sont des producteurs bien établis dans le système, comme Joss Whedon, qui font la série B du cinéma d’horreur actuel.

 

 

La Cabane dans les Bois devrait, à n’en pas douter, faire un beau succès en salle, avec le regret qu’il ne soit - malgré son concept unique et très malin - qu’un bon divertissement au lieu d’une œuvre culte qui fera date. 

 

Auteur : THIERRY

Critique vue 11144 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 52-33

Votre réponse :

Nwo 27-03-2013
Le film est simplement un clin d'œil aux personnes qui nous gouvernent..
En gros, les 5 jeunes représentent la population, les programmateurs sont les illuminatis, les monstres symbolisent tous les éléments mis en place pour nous poser des problèmes et nous contrôler!
Le dieu de la fin n'est autre que la raison, il symbolise les personnes au courant!

Voilà comment j'interprète le film.
paco 26-01-2013
Original... une fin très ambitieuse si mal exploitée, que cette dernière demi heure est aussi confuse que risible. le plus dur pour moi c'est que je n'ai rien compris à plusieurs choses :
- pourquoi cette galerie de monstres divers?
- pourquoi ce "sacrifice rituel" est télévisé? (d'ailleurs il ne le semble pas, les jeunes venant bien du monde réel, ne semblent pas connaître ce programme...)
Et rien sur le net pour m'aider... ceux qui ont aimé sont incapables de me donner le sens de ce film ou du moins alors sens très large...
Bref une grosse déception au regard des critiques

BENOIT2607 21-10-2012
Je trouve se film vraiment moyen vos critique sur certain film sont ridicule comme celle sur la sagat harry potter est vous applaudissais un naver pareil génial vos critique sot pourrie
tonton 12-06-2012
un film ambitieux qui réussit le pari de citer aussi bien le cinéma d'horreur et sa conception, la télé réalité, et nous balance - hélas un peu trop précipitamment - des tonnes de références et de scènes bandantes.
A revoir en tout cas avec du recul car une deuxième vision peut lui être fatal.

En l'état c'est un très bon film.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction