film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique La Horde

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

A l’annonce de La Horde, suite directe du court Rivoallan, le petit monde du cinéma de genre français frétillé à l’idée de voir débarquer sur les écrans le premier -vrai- film de zombies français. Autant vous dire que pour un premier long métrage, Yannick Dahan et Benjamin Rocher ont pris des risques en s’attaquant à un genre résolument casse gueule. Néanmoins, nos deux compères ont choisi d’aborder le thème de manière différente en mélangeant les genres dans le but de ne pas livrer du déjà vu dont les fans se foutent éperdument. Pari réussi ? Bourré de défauts et foncièrement léger, La Horde reste un film divertissant qui fonctionne et qui trouvera sans aucun doute un bel avenir auprès des fans.

 

 

Quatre flics décident de faire une descente dans un immeuble de banlieue pour se venger des personnes responsables de la mort de l’un des leurs. A peine arrivés, ils vont se rendre compte qu’une nouvelle menace bien plus inquiétante est dans les parages : des zombies qui ont la dalle. L’intelligence du scénario ne se trouve pas dans son pitch mais dans le mélange des genres. Entre le polar urbain des années soixante et le film de zombies, ce premier long avait de quoi dire. Une critique sociale des banlieues et de la relation entre les différentes tranches d’âges qui, bien que présente au second plan, est totalement inintéressante. Le choix de ne pas avoir voulu traiter le sujet de manière frontale est probablement ce qui a sauvé le film, préférant laisser place à la castagne. En effet, La Horde est avant tout un film d’horreur avec beaucoup d’action. Souffrant d’un traitement beaucoup trop léger pour avoir une réelle consistance, la pellicule se limite finalement à un « simple » film de zombies, mais un film de zombies français. Largement influencé par des métrages tels que les 28 … Plus Tard, les affamés sont ici un mélange entre des zombies classiques (increvables dont le cerveau est le seul point sensible) et des infectés (rapides et nerveux), offrant ainsi aux scènes une vraie nervosité qui divertit franchement le spectateur. Globalement  lourdingue, la faute à un léger manque de cohérence et des dialogues dans l’ensemble mauvais, La Horde transpire la passion et reste un bon petit zombie-flick qui redonne un petit souffle d’air frais au cinéma de genre français.

 

 

Le premier vrai défaut de cette pellicule réside dans ses personnages. Se voulant badass, la galerie proposée ici s’apparente plus -pour la plupart- à une bande de faux caïds à la gâchette facile plutôt qu’à de vrais durs à cuire. Usant sur la longueur, les réactions des personnages ne sont que le reflet de leur réflexion assez limitée. En balançant des trucs du genre « Personne ne bouge avant mon signal, on va leur apprendre la marseillaise », leur crédibilité ne fait que sombrer un peu plus dans les abysses de la niaiserie pour ne devenir que la caricature d’eux-mêmes, le stéréotype de la battante enceinte ne se laissant pas marcher sur les pieds étant sans aucun doute le plus énervant. Seule la rencontre avec un ex-militaire barjo, campé ici  par Yves Pignot (Fanfan La Tulipe, Enfermés Dehors), apporte quelques couleurs à cette équipe un peu tristounette. Non pas que les acteurs soient tellement mauvais, mais la consistance des personnages ne leur laisse probablement pas beaucoup de marge de manœuvre, misant tout sur leurs « gueules », car sur cet aspect là, les faciès proposés disposent d’un charisme certain.

 

 

Une fois les personnages et les sous-intrigues bancales mises de côté, il reste tout de même les principales raisons du visionnement, le fun et la castagne. Et dans le genre, La Horde livre largement la marchandise. Heureusement affublé de personnages stupides et à la fois irritants, leurs agissements permettent de profiter de combats rock’n’roll et bourrins quand une bastos dans le cerveau aurait suffit à couper court à l’affrontement. Les effets gores sont extrêmement bien réussis ne lésinant jamais sur la quantité tout en conservant suffisamment de réalisme pour ne pas tomber dans l’aspersion gratuite.

 

 

Une fois passé une première partie laissant présager le pire et plutôt ennuyeuse, La Horde s’avère livrer ce pour quoi on se trouve devant l’écran : du fun, du gore et des zombies. Premier essai inégal mais divertissant,  cette pellicule nécessite une certaine tolérance si l’on veut profiter pleinement du spectacle. Sans prétention.

 

Auteur : TIBO

Critique vue 7426 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 57-33

Votre réponse :

Bass-N-Roll 19-02-2016
Y a deux fois le même paragraphe à la fin

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction