film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique La Maison des 1000 morts

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Difficile de trouver un réalisateur plus déjanté que Rob Zombie. En effet, si sa musique très trash heavy metal, black, death, hard - rayez la mention inutile - en repousse plus d’un, ses films le sont au moins autant bizaroïdes. Et pourtant, ils ne sont pas dénués de qualité, et témoignent d’un style unique. La Maison des 1000 Morts en est le parfait exemple.

 

 

 

La Maison des 1000 Morts est le premier film sorti par Zombie en tant que réalisateur. Le scénario de base est pourtant banal. Deux couples à la recherche de fun le soir d’Halloween. Pas de soucis pour eux, question horreur, les jeunes vont être servis, puisque leur périple va croiser celui de la famille Firefly, qu’on retrouvera dans The Devil’s Rejects. Cette mini saga autour de cette freaky family psychopathe incarne très bien le style Rob Zombie dans le cinéma d’horreur.

 

 

Fortement inspiré par les sagas classiques de l’horreur comme Massacre à la Tronçonneuse, Rob Zombie parvient à ajouter sa touche personnelle dans un premier temps grâce à la musique. Une évidence, puisqu’il s’agit de ses propres morceaux. On entend en outre de très bons titres des années 70, avec un accent country de l’amérique profonde. Un choix appréciable car cela permet à son travail de se détacher de la vague horreur pour ado des années 2000, portée par des projets comme Scream ou Souviens-toi… l’été dernier. Pour information, La Maison des 1000 Morts a été tournée en 2000 mais est sorti seulement en 2006 chez nous. D’où le parallèle avec des films qui commencent à dater. Nous sommes donc transposés en 1977, avec ces deux gars, accompagnés de leurs copines, à la recherche du grand frisson : le docteur Satan, une légende urbaine. Comme souvent, un orage survient, ce qui contraint le groupe à se refugier chez des inconnus, individus qui paraissent sympas de prime abord. En fait, ils sont carrément flippants, mais accueillants ! Bienvenue au domicile de la famille Firefly. 

 

 

C’est à ce moment que l’on découvre une panoplie de personnages malsains, et assurément originaux. Le genre de protagonistes qu’on pourrait qualifier de cultes. La famille est constituée du capitaine Spaulding, clown sinistre et foufou incarné par le vieux Sid Haig, la mère, allumeuse sur les bords, la sœur, Madame Zombie en personne qui emprunte le doux surnom de Baby, et son frère Otis, au physique particulièrement flippant. Un homme grand, maigre, aux cheveux longs blanchâtres et à la langue bien pendue. Les deux derniers cités sont sans doutes les plus caractériels et les plus dangereux de la famille, notamment concernant Otis et sa passion pour les rites sataniques en tous genres. Sans oublier le frère discret brûlé de partout, difforme, et le docteur Satan, sorte de légende vivante adepte des pires tortures. L’humour noir est prépondérant, et constitue le seul intérêt de ses méchants, vraiment cruels pour le coup. Les scènes de violence le sont aussi, la famille Firefly ne faisant pas dans la dentelle. La perversité règne sur le métrage de Zombie et aucun sujet n’est tabou, pas même la religion, que cette bande de monstres traite avec la même légèreté que la notion de vie d’autrui. 

 

 

La force de La Maison des 1000 Morts est d’avoir su rallier l’humour noir et l’horreur, en donnant un côté déjanté à ses meurtriers, à l’inverse du classique tueur en série silencieux qui reste tapis dans l’ombre. Autant dire que cela à eu l’effet d’une petite bombe dans le monde du cinéma d’horreur. Le tout, dans un climat de seventies, poussiéreux et peuplé de personnages sales, mais dans le bon sens du terme.

Auteur : QUENTIN

Critique vue 8332 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 96+37

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction