film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Les Chroniques de Blanche-Neige : Le Chasseur et la Reine des Glaces

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Le Chasseur et la Reine des Glaces est la suite – ou prequel, on ne sait pas trop – du lucratif Blanche-Neige et le Chasseur sorti en 2012, qui avait réalisé des recettes plus qu’honorables. Cependant, exit Blanche-Neige pour ce second opus, l’histoire se concentre sur le chasseur et deux terribles sœurs / reines / sorcières. Selon le studio, ce changement de personnage principal n’a rien à voir avec le scandale de l’idylle entre le précédent réalisateur, Rupert Sanders et son actrice Kristen Stewart… On y croit moyen. Cependant, au final, on y gagne au change. Le poste de réalisateur est revenu à Cedric Nicolas-Troyan, français exilé aux Etats-Unis, et on échange la mono-expressive Kristen Stewart contre Jessica Chastain.

Faire les chroniques de Blanche-Neige sans Blanche-Neige, il fallait quand fallait quand même oser. Les scénaristes et les producteurs ne sont cependant pas complètement fous et ont gardé les personnages forts du premier opus , à savoir le chasseur / Chris Hemsworth et Ravenna, la méchante reine campée par Charlize Theron. L’histoire creuse donc un peu plus du côté du fameux chasseur et l’on comprend mieux pourquoi il était perturbé au début de Blanche Neige et le Chasseur. Malgré tout, la narration est un peu déroutante au départ. L’histoire transporte le spectateur bien avant la naissance de Blanche Neige, puis s’attarde un peu sur l’histoire du premier film pour revenir enfin au présent. On en découvre un peu plus sur Ravenna et sa sœur Freya, dotée elle aussi de pouvoirs magiques. Cette dernière, à cause d’un cœur brisé, décide de se créer une armée de parfaits chasseurs en enlevant des enfants à leurs parents. La raison est certes un peu tirée par les cheveux et l’on passera rapidement outre, de même  que sur l’histoire d’amour entre les deux héros, Eric et Sara, que l’on voit venir à trois kilomètres à la ronde. Très clairement, l’intérêt du Chasseur et la Reine des Glaces ne réside pas dans son scénario, trop téléphoné et sans surprises.

 

 

Incontestablement,  les femmes commencent à prendre le pouvoir au cinéma – merci les dernières sagas teenage –. Ce film donne d’ailleurs la part belle aux rôles féminins. Chris Hemsworth, aussi massif qu’il soit, ne fait pas le poids face aux trois femmes de caractère qui l’entourent.  Charlize Theron, déjà présente dans le premier opus, est toujours impeccable et d’une classe incroyable dans son rôle de Ravenna. Jessica Chastain joue quant à elle une guerrière particulièrement habile. Plus discrète mais non moins crédible, Emily Blunt complète le trio. Et au milieu de ce casting féminin trois étoiles, le chasseur. On peut penser ce qu’on veut du jeu d’acteur de Chris Hemsworth, mais force est de constater qu’il ne prend pas ombrage du fait de se prendre raclée sur raclée par des femmes et de jouer le lourdaud de service. Parce que oui, il a l’air benêt mais il est assez drôle. Le Chasseur et la Reine des Glaces est définitivement féministe :  même chez les nains, se sont les femmes qui ont le pouvoir.

 

 

Le premier épisode se voulait sombre et un peu effrayant. La forêt dans laquelle se retrouvait Blanche-Neige en était un parfait exemple. Pour Le Chasseur et la Reine des Glaces, le réalisateur a voulu montrer un univers moins obscur et propose donc un métrage plus coloré et lumineux. Les couleurs tranchent bien avec le vert toujours très présent dans ce type de film. Cette volonté est également renforcée par des dialogues plus légers et funs.  Avant de passer derrière la caméra, Cedric Nicolas-Troyan était superviseur des effets visuels sur des films comme Maléfique ou Pirates des Caraïbes. Cela se ressent dans la qualité visuelle indéniable du métrage. Les effets spéciaux sont bien maîtrisés – merci le budget de 200 millions de dollars – mais pas non plus omniprésents, ce qui est fort appréciable. On peut également noter la qualité des scènes de combats, chorégraphiées à la perfection, tout comme celle des costumes, que se soient ceux des deux reines ou de l'armée de chasseurs, radicalement différents. En résumé, on ne s'ennuie pas une seconde durant la projection, le film étant bien mis en scène, assez rythmé et soigné au niveau des détails.

 

 

D'un point de vue purement technique, Le Chasseur et la Reine des Glaces est une réussite. Pour son premier long métrage, le frenchy Cedric Nicolas-Troyan livre un film propre et bien maitrisé. L'histoire reste malheureusement d'une banalité affligeante et s'avère prévisible. De là à dire que le film n'a été fait que pour engranger du pognon il n'y a qu'un pas... On verra si le réalisateur arrive à faire mieux avec son prochain long, Highlander, remake du film de 1986.

 

Auteur : FLORA

Critique vue 5455 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 99-10

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction