film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Le Territoire des Loups

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Réalisateur, scénariste, monteur ou producteur, Joe Carnahan multiplie les casquettes. Une polyvalence qui lui aura ouvert les portes du cinéma indépendant puis celles de la machinerie Hollywoodienne. Le cinéaste ne répondra pourtant qu’à l’appel du pétaradant L’Agence tous Risques, quelques années après avoir été envisagé sur le multi-reporté Mission : Impossible 3. Un blockbuster fendard, mais sans réelle âme. L’expérience poussera peut-être Carnahan à revenir vers un cinéma plus intimiste. Un besoin matérialisé par Le Territoire des Loups, œuvre tendue et personnelle réservée à un public averti. En pleine pré-production de Narc 2, le cinéaste livre un survival haletant proche dans l’idée de The Thing ou de La Route.

 

 

Quelques hommes, des étendues gelées à perte de vue. Le Territoire des Loups n’est pas sans rappeler le travail de John Carpenter. La menace est cependant ici différente, et se base sur une situation moins fantasque. Un choix qui confère certes au travail de Joe Carnahan une plus grande conformité, mais en renforce parallèlement le potentiel dramatique. Ermite volontairement isolé au fin fond de l'Alaska, John Ottway protège les employés des forages contre les attaques des animaux sauvages. Lorsque le vol vers Anchorage qu’il prend avec ses collègues s’écrase dans l’immensité du Grand Nord, les rares survivants savent qu’ils n’ont que peu de chances de s’en sortir face aux meutes de loups rôdant aux alentours. Ottway est convaincu que le salut est dans le mouvement et que la forêt offrira un meilleur abri. Mais tous ses compagnons d’infortune ne sont pas de son avis et aux dangers que la nature impose, s’ajoutent les tensions et les erreurs des hommes. Le postulat de base se veut simple, épuré à l’extrême. A l’image du décor, qui tient dans Le Territoire des Loups une place primordiale. Carnahan avance avant tout avec le souhait d’imprimer sur ses mètres de bobines un aspect sensitif. Sombre, froid et torturé, son travail se range aux côtés de La Route parmi les métrages qui se vivent davantage comme un ressenti plutôt que comme la simple fusion d’un déroulement conventionnel, d’un climax et d’un cliffhanger de rigueur. Le Territoire des Loups ne laisse pas vraiment de place à la surprise tant sa conclusion semble connue d’avance. Carnahan contourne pourtant l’obstacle et parvient à faire de son métrage une passionnante carte postale.

 

 

Si sur le fond, Le Territoire des Loups joue la carte d’une totale sobriété, le cinéaste prend le temps de développer ses protagonistes à l’extrême. Eléments centraux du bon fonctionnement de l’histoire, ces derniers instaurent au métrage une tension ainsi qu’un réalisme palpable. Confrontés aux multiples dangers extérieurs, les survivants dévoilent des facettes diverses et inattendues, Carnahan parvenant à dresser une étude de mœurs plutôt crédible. Le cinéaste imprime de ce fait un côté viscéral à son projet, peuplé de protagonistes cabossés par la vie. Le Territoire des Loups instaure rapidement un suspens au potentiel dramatique angoissant, sans pour autant user de séquences d’attaques répétitives. Le réalisateur joue davantage sur une suggestion pleinement maitrisée, confinant à son métrage une forme propre au film de siège. Et greffe une dimension presque claustrophobe à un récit pourtant capturé à ciel ouvert. Les affrontements n’en sont que plus impressionnants, chaque assaut des loups étant soigneusement amené par une montée en puissance du sentiment de danger permanent. Habile.

 

 

Esthétiquement, Le Territoire des Loups se profile comme une éclatante réussite. Joe Carnahan prend le temps de capturer ses images, emballant l’immensité de l’Alaska avec une certaine maestria. Ce dernier se montre pourtant moins à l’aise lorsque le rythme s’emballe, ses séquences témoignant à quelques rares occasions d’un aspect légèrement brouillon – la première attaque des loups – qui tranche avec le côté par ailleurs très posé du métrage. Des dérapages anecdotiques, et rapidement rattrapés par le beauté rugueuse des paysages. Côté casting, Liam Neeson se fend d’une interprétation redoutable d’intensité. Difficile de ne pas voir dans le personnage de John Ottway le propre reflet de l’acteur, confronté il y a quelques années au décès brutal de sa compagne dans un accident de ski. Neeson livre une prestation cathartique, ce dernier abordant son personnage comme un véritable exutoire. Si la distribution – quasi-entièrement masculine –  s’avère par ailleurs brillante, le charisme et le désespoir du personnage central occupe indiscutablement tout l’espace. Troublant.

 

 

Le Territoire des Loups s’avère peut-être légèrement trop long. Un « défaut » mineur, tant le travail de Joe Carnahan s’impose comme une expérience cinématographique rare. Un survival de haute volée, preuve que le cinéma n’est pas uniquement affaire de scénarios novateurs ou inutilement tarabiscotés.

 

Auteur :

Critique vue 7009 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 91+23

Votre réponse :

10-03-2016
Pour moi un tres bon film a conseler
korku 13-07-2013
Se film Le Territoire des Loups est très ennuyant même quand il se passe quelque chose on se fait chier.

Akalhiyahana 18-05-2012
Une précision qui à tendance à échapper à certaines critiques ...
surtout ici pour "le territoire des Loups"
La bande-son !! ... ou ici reste froide et simple (très suffisante)
mais où les bruitages de grognements ne sont pas toujours bien répartits, (Cratère de la Forêt surtout)...
voire trop présents et presque surréalistes (point négatif pour moi)
Peut-être faut t'il voir le film en salles ou en Dvd (pour ma part)
mais avec un Home-Cinéma énorme pour profiter des variantes de sons ...

Akalhiyahana

Mais très bon Trip en tout cas,
avec un final à la limite du Twist névrotique !

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction