film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Tintin au cinéma, on en a presque tous rêvé. Entre deux très mauvais films avec Jean-Pierre Talbot en reporter et des dessins animés tout aussi mauvais, le héros d'Hergé n'a pas eu vraiment de chance contrairement à Astérix. Mais avec un réalisateur tel que Spielberg (qui en possède les droits depuis trente ans, suite à la découverte de la bande dessinée quant on lui fit la remarque qu'Indiana Jones possédait des similitudes avec le héros d'Hergé) aux commandes, l'aventure, au sens propre comme au figuré, ne pouvait qu'être de qualité. Si Steven Spielberg n'avait jamais touché à l'animation, et encore moins à la 3D, il nous offre pourtant le plus formidable film d'aventures depuis son Indiana Jones et la dernière Croisade, qui date tout de même de 1989. 

 

 

Tintin, reporter intrépide achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, et se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret. En enquêtant sur une énigme vieille de plusieurs siècles, il contrarie les plans d’Ivan Ivanovitch Sakharine, un homme diabolique convaincu que Tintin a volé un trésor en rapport avec un pirate nommé Rackham le Rouge. Avec l’aide de Milou, son fidèle chien , du capitaine Haddock, un vieux loup de mer au mauvais caractère rencontré alors qu'il est ivre sur son propre bateau, et de deux policiers maladroits, Dupond et Dupont, Tintin va parcourir la moitié de la planète, à la recherche d’une épave engloutie qui semble receler la clé d’un immense trésor. Condensé de trois albums d'Hergé – Le Crabe aux Pinces d'Or, Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rackham le Rouge –, Les aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne est ce qui pouvait arriver de mieux au cinéma en ces temps de disette pour tout ce qui touche au merveilleux ou à l'aventure. A part La Momie et sa suite – de moindre qualité –, nous n'avions pas eu droit à tant de bonheur dans le genre depuis un petit moment – qui a dit Benjamin Gates ? –. Action, humour, émotions, angoisse, tout ces sentiments se mélangent pour un cocktail digne de Les Aventuriers de l'Arche Perdue. Tintin acquière enfin une présence autre que celle qu'on lui a toujours connue, sur papier-. Et onous n'entrerons pas dans le débat sur la nature même du film de Spielberg, car qu'il soit jugé comme film avec acteurs en chair et en os ou dessin animé, Les aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne s'apprécie avant tout et surtout comme un film. Rien d'autre. Une bonne histoire mise en scène avec génie – oui n'ayons pas peur des mots – et tellement universelle que même les novices en Tintin pourront y prendre un grand plaisir,

 

 

Spielberg revient à un cinéma qu'il connaît parfaitement et pour lequel, il faut croire, il avait perdu l'envie. Aussi, ne faut-il pas être surpris que ces Aventures de  Tintin soit un peu condensé de tout ce dont il est capable en terme d'entertainment et que, par conséquent, les personnages d'Hergé soient avant tout le moteur de ce retour au pur divertissement. Les puristes ronchonneront devant ce melting-pot d'albums de Tintin – sans compter les références à d'autres moins visibles – et les retouches apportées à l'univers de Tintin ainsi que l'oubli de certains passages. Mais Spielberg fait son adaptation et cela doit être vu comme tel. Mieux vaut un film réussit malgré quelques largesses qu'un film raté mais fidèle à la ligne. Ainsi, il faut noter le nombre, assez conséquent, de trouvailles visuelles ou de mise en scène. Spielberg s'amuse comme un petit fou avec ses nouveaux outils et nous entraîne avec lui. Le générique d'ouverture rappelant celui d'Arrête moi si tu Peux est significatif. Dès sa conclusion, il enchaîne sur une idée géniale de montrer un dessinateur ayant les traits d'Hergé qui croque Tintin façon BD pour mieux nous scotcher avec l'apparition du véritable personnage. La caméra, libre de toute contrainte matérielle ,est virevoltante et permet à Spielberg de se lâcher lors de scènes d'action époustouflantes.

 

 

Mais Les aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne, outre l'évidence de sa réussite technologique, propose surtout une aventure très drôle et divertissante. Ainsi, le capitaine Haddock est à la hauteur de son personnage de papier et possède un indéniable potentiel comique , ici bien exploité. On sent bien que les auteurs n'ont eu aucun scrupule à le mettre en avant par rapport à un Tintin, certes malin et courageux, mais qui sert plus de déclencheur à l'action. Ce dernier reste d'ailleurs un peu en retrait par rapport aux fortes personnalités qui l'entourent, comme Haddock donc, mais également les Dupont et Dupond ou bien encore Sackharine. À ce titre, c'est l'affrontement entre Haddock et ce dernier qui clôturera l'aventure, démontrant que l'essence de ces aventures de Tintin n'est pas le petit reporter mais ceux qui l'accompagnent et en font toute la saveur. Rythmé – et quel rythme d'ailleurs à l'écran – par la formidable musique du fidèle comparse de Spielberg, John williams, Les aventures de Les aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne bénéficie d'un patte technique originale et inimitable, plongeant le cinéma dans une nouvelle ère technologique encore bien supérieure aux prouesses d'Avatar. Weta –  studio néo zélandais d'effets spéciaux – qui avait auparavant frappé fort avec  Avatar ainsi que la trilogie du Seigneur des Anneaux  nous éblouit devant tant de savoir faire et de génie visuel. Les productions suivantes du même type auront fort à faire pour avoir autant de crédibilité artistique quand on voit le fossé entre ce Tintin et les derniers films du pionnier en la matière, Robert Zemeckis – Scrooge, Beowulf –. 

 

 

Si le succès est au rendez-vous aux USA, ce qui n'est pas gagné vu le peu de notoriété du personnage, un deuxième volet verra le jour – avec Peter Jackson à la barre –. En attendant,  ce premier opus fait fort non seulement techniquement mais avant tout d'un point de vue plaisir. Et si vous êtes à la recherche de plaisir justement, ne le boudez pas devant ce que le cinéma à grand spectacle est capable à son meilleur niveau quand autant de talents se regroupent pour donner vie à un héros culte de notre enfance. 

Auteur : TONTON

Critique vue 7012 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 81-29

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction