film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Lone Ranger, Naissance d'un héros

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

En attendant un énième épisode de Pirates Des Caraïbes et histoire de varier un peu, Hollywood a donné à Gore Verbinski, réalisateur de la saga précédemment citée, la mission de ressusciter un héros inconnu chez nous mais qui est paraît-il une icône aux états-unis. The Lone Ranger, vraisemblablement inspiré de Zorro, est un justicier masqué aux allures de cowboy accompagné d’un indien un peu particulier. Déjà plusieurs tentative d’adaptation ont été effectuées sur cet univers, parfois avec succès, parfois non. On pourrait se demander pourquoi un tel acharnement. Disney tente en tout cas le maximum en mettant du gros casting à l’affiche, notamment avec le binôme Johnny Depp / Helena Bonham Carter, que les amateurs de Tim Burton connaissent bien, ou encore Hans Zimmer à la musique. Le rôle principal est quant à lui proposé à un acteur peu connu, Armie Hammer, aperçu entre autres dans The Social Network.

 

 

Comme son nom l’indique, Lone Ranger : Naissance d’un Héros conte les débuts de notre zorro du désert, alors avocat, fervent défenseur de la loi, naïf et refusant toute violence et utilisation d’armes à feu. Tout le contraire de son frère, Texas Ranger et véritable héros du village. Un peu sous la forme d’un conte, le film est en fait narré par le compagnon du Lone Ranger, le vieil indien nommé Tonto. Ce vieux Comanche nous raconte donc son passé, ses aventures et celles du Lone Ranger, John Reid, ce guerrier masqué légendaire et comment ils ont ensemble combattus les vilains. Les deux personnages sont principalement à la recherche d’un seul et même ennemi, Butch Cavendish, un cupide bandit sans pitié qui va même jusqu’à manger le coeur de ses victimes... Magnifiquement interprété par William Fichtner que vous avez pu voir entre autres dans Prison Break dans la peau de l’agent Mahone. On assiste donc à la création du personnage, de son évolution et comment il passe du brave avocat au héros solitaire. Sur le papier, c’est plutôt pas mal, d’autant qu’on nous vend le film comme un véritable western, nous en sommes pourtant bien loin.

 

 

Empli d’une mièvrerie et d’un assemblage de clichés déconcertant, Lone Ranger : Naissance d’un Héros ose même nous balancer chaque minutes des scènes d’actions pré calculées de façon totalement improbable sans inhibition aucune. Côté scénario, tout y passe, le héros niais, le triangle amoureux, la relation basique père-fils, le gentil qui est en fait un méchant corrompu, sans compter toute la partie pseudo sociale totalement manichéenne sur les relations blancs/indiens. Le pire est que tout passe à peu près bien car tout est pensé pour nous faire rire, voilà pourquoi nous sommes bien loin d'un western. Le personnage de Tonto, l’amérindien un peu farfelu et interprété par Johnny Depp possède exactement la même personnalité que Jack Sparrow, on a alors l’impression de regarder Pirates des Caraïbes au far-west. Lone Ranger : Naissance d’un Héros est un film contrasté, cet humour est à son tour balancé par une violence parfois très forte, sans aller dans l’effusion de sang, certaines scènes frôlent le carnage.

 

 

L’affiche n’est absolument pas représentative du film, d’ailleurs, Helena Bonham Carter, présente sur cette affiche, n’a qu’un rôle très secondaire et n’apparaît que très peu tout du long. Côté réalisation, on sent évidemment le cinéma hollywoodien, ça pète de partout, c’est impressionnant et très bien mis en scène, même si le manque de tumbleweeds et de duels au pistolet nous rappelle que nous ne sommes pas en présence d’un véritable western.

 

 

En somme, Lone Ranger : Naissance d’un Héros est un bon divertissement, drôle et bien rythmé mais tristement dénué d’intérêt de par son manque d’originalité. Si le casting fait tout, le personnage en lui-même du Lone Ranger donne peu l’impression d'être un véritable héros et ne fera rêver que les plus jeunes amateurs de cowboys.

Auteur :

Critique vue 4177 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 87-24

Votre réponse :

tonton 24-01-2014
Pas trop d'accord car j'ai vraiment pris mon pied - contrairement aux Pirates- devant ce western visuellement magnifique et surtout dont le plaisir pris devant l'écran de révèle contagieux! l'un des meilleurs films de 2013 et dont l'échec est injustifié.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction