film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Macbeth

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

En s’attaquant à l’adaptation de Macbeth pour son second métrage, le réalisateur Justin Kurzel n’a pas choisi la facilité. Après s’être fait remarqué avec Snowtown dans lequel il scrutait les secrets les plus sordides d’une banlieue australienne contemporaine, il place cette fois-ci sa caméra dans les landes écossaises pour mettre en image la tragédie shakespearienne dans laquelle pouvoir, folie et meurtre s’affrontent dans une lutte sans merci.

 

 

Dans une Ecosse du début du Ier millénaire, le pays se voit livrer bataille à la Norvège. Le valeureux Macbeth, par la force de son épée et la loyauté de ses sentiments, se voit vite attribuer les honneurs de la victoire de la bataille. Sur le chemin du retour, trois sorcières lui prédisent qu’il deviendra roi. Point trop n’en faut pour qu’aussitôt, Macbeth et sa femme, mise dans la confidence, se mettent à rêver de lendemain plus glorieux. Et du rêve à la réalité, il n’y a que le meurtre de l’actuel roi. Si l’acte est facilement accompli et la prophétie réalisée, les lendemains s’avèrent plus difficiles que prévus. Culpabilité, paranoia, apparition spectrale, folie. Autant de symptômes qui ne seront bientôt que trop familiers pour le nouveau couple royal. La soif du pouvoir, l’ivresse de la réussite à tout prix, un peu de surnaturel et vous obtenez les éléments clefs et fondateurs de l’une des oeuvre les plus connues de Shakespeare à laquelle s’attèle ici Julien Kurzel.

 

 

La tâche était lourde. Le projet ambitieux. Le résultat est réussi, mais avec quelques bémols. Le réalisateur est bien conscient que toute adaptation de la tragédie Macbeth est passablement attendue au tournant. Non seulement il faut plaire aux cinéphiles mais également savoir se mettre dans la poche les hommes de lettres. Ici, le parti pris d’être le plus fidèle possible au texte original est tout à fait louable et particulièrement réussi. La force du verbe et de la tirade chez Shakespeare garde tout son poids sur grand écran. Malheureusement, la réalisation ne suit pas toujours. Paradoxalement, c’est lorsqu’il en fait trop que le réalisateur perd le spectateur, principalement au début et à la fin du film. Ces premières et dernières scènes, stylisées à outrance, détournent de l’action et du sujet. Le métrage n’est jamais plus vibrant et puissant que lorsqu’il filme à grand angle l’austérité des monts écossais brumeux, l’intime au plus prés dans toute la simplicité des décors et des costumes de l’époque. A trop vouloir imprimer son empreinte sur un texte très connu, par peur de passer inaperçu, Julien Kurzel s’égare dans sa démarche.

 

 

Le casting, quant à lui, est à la hauteur du défi. Michael Fassbender en Macbeth est époustouflant - mais cela est-il encore surprenant de sa part -. Il donne vie à un Macbeth tout en force brute et en fragilité, toujours plus proche d’une folie inexorable. Que ce soit en plan rapproché où transpire de chacun de ses pores l’angoisse de son déséquilibre mental, ou bien seul sur la plaine, il parvient à faire sien le héros tragique par excellence. Face à lui, Marion Cotillard livre une prestation sobre et émouvante. Lady Macbeth est un rôle périlleux et exigeant au théâtre, et notre actrice française s’en sort haut la main pour sa transposition au cinéma. La force de ses regards, la détermination dans la déclamation des tirades. Il ne doit déjà pas être évident de jouer dans une langue étrangère mais cela est d’autant plus remarquable lorsque le texte date du 17eme siècle.

 

 

Macbeth n’est donc pas une réussite complète. Il est d’ailleurs frustrant de voir que tous les éléments pour une adaptation ambitieuse et réussie étaient réunis mais que malheureusement, le réalisateur semble penser par moment que pour accompagner la virtuosité de la plume shakespearienne, il faille user d’effets visuels à outrance. C’est justement dans la sobriété et l’austérité que le film est le plus fort et rend vibrant le drame de Macbeth.

 

Auteur : GUILLAUME

Critique vue 3438 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 83+5

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction