film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Man of Steel

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Superman n’a plus de slip rouge. Et c’est bien là l’une des rares bonnes idées de ce reboot made in Zack Snyder. Préparé par une partie des artisans à l’origine de la renaissance du mythe de Batman – David S. Goyer et Christopher Nolan signent ici le scénario -, Man of Steel s’articule sur les mêmes idées fondatrices. A savoir reposer les bases afin de livrer un métrage plus moderne, réaliste et surtout humain, objectifs que le Superman Returns de Bryan Singer avait partiellement loupés. Malgré une petite palanquée de bonnes idées, le métrage de Snyder pousse pourtant à leur paroxysme tous les défauts constatés sur les précédents travaux du réalisateur. Difficile en effet de ressusciter un héros quasi-invincible sans sombrer dans une pétarade ininterrompue et assurément fatigante.

 

 

Exit Brandon Routh, Bryan Singer, ainsi qu’une grande partie des acquis relatifs à la franchise. Si la dualité Clark Kent / Superman n’a aujourd’hui plus de raison d’être tout comme la question de savoir comment l’intéressé dissimule une cape sous un costard bien taillé, Snyder conserve néanmoins une trame narrative bien connue. Sauvé in-extremis de la destruction de son monde, le jeune Kal-El découvre sur Terre qu’il possède des pouvoirs surnaturels. Remontant progressivement aux origines de son espère, ce dernier va être amené à défendre son peuple d’adoption lorsqu’un vieil ennemi de sa famille attaque la planète bleue afin d’y créer une nouvelle Krypton. Bâclé vite-fait bien-fait, le script de Man of Steel reste assez léger. Snyder couche bien de ci et là une petite douzaine de séquences chargées de présenter le passé douloureux du jeune Kent, sans pour autant parvenir à imprégner ses morceaux de péloche d’une quelconque émotion. Le montage, souvent maladroit, n’aide pas à rendre le personnage particulièrement attachant. Man of Steel fonctionne en effet sous la forme de flashbacks pour dessiner la construction du super-héros, souvenirs souvent inscrits dans le registre de l’anecdotique – les discours moralisateurs de Jonathan Kent, à qui Snyder réserve un destin ridicule –. Poussé par un hologramme à revêtir le costume, Kent devient donc Superman sans être passé par de véritables phases de troubles et autres remises en question habituelle, le réalisateur semblant plus pressé de faire exploser la terre entière plutôt que de creuser ses personnages.

 

 

Zack Snyder est un sale gosse. Et si le geek le plus immature de l’industrie Hollywoodienne aura livré une impressionnante série de métrages burinés et jouissifs – 300, Sucker Punch –, le cinéaste pousse ici ses obsessions à un niveau encore inégalé. Man of Steel n’a en effet plus grand-chose à envier au jeu vidéo, tant l’ensemble fait preuve d’un sur-bourrinage à la limite de l’imbuvable. La puissance du super-héros est en effet l’occasion pour le cinéaste de shooter un métrage aussi maousse-costaud qu’une production Emmerich, Man of Steel compilant avec une frénésie épileptique les destructions massives et autres interminables bagarres titanesques. Si la formule fonctionne un temps – l’introduction, dantesque –, l’explosivité et l’abondance gerbante des effets spéciaux amène rapidement une certaine lassitude. Man of Steel est l’un des métrages les plus bruyants et assomants de la décennie, Snyder tournant sa relecture comme un beat’em all décérébré qui s’affranchit passé son premier tiers de tout développement scénaristique. Une bonne partie des protagonistes clés – Loïs Lane en tête de liste – traverse donc le métrage sans que cela ne soit vraiment utile à la bonne tenue du projet, qui se profile davantage comme une pure démonstration technique que comme un film doté d’un semblant d’intensité dramatique.

 

 

Cette volonté de tout raser sur son passage passe ici par un traitement particulièrement horripilant du son. Man of Steel est à ce titre une véritable torture pour les oreilles, le score, certes intense, écrit par Hans Zimmer étant utilisé à tort et à travers. Côté images, Snyder couche certes de belles prouesses techniques, mais s’oriente sans surprise vers une construction mitraillette assortie d’une impressionnante quantité de plans tremblotants qui nuisent assurément à la lisibilité de l’ensemble. Il reste en effet parfois complexe de distinguer les extraterrestres dopés aux amphétamines dans le fatras d’explosions et d’immeubles s’effondrant que Snyder essaye d’intégrer à ses images. Malgré cette écrasante volonté de surcharger constamment le métrage en action, Henry Cavill s’en sort par contre étonnamment bien en campant un Clark Kent extrêmement charismatique et attachant. Tout le contraire d’Amy Adams – Loïs Lane –, handicapée par des lignes de dialogues sans intérêt malgré l’importance cruciale de son rôle. Dommage.

 

 

Avec Man of Steel, Zack Snyder livre un métrage impressionnant, mais habillé d’une puérilité confondante. Si l’ensemble opère un lifting intéressant sur bien des points – du costume à la technique de vol du Kryptonien –, le film aurait gagné à faire preuve d’une plus grande sobriété. Un déluge d’effets spéciaux visuellement décoiffant, mais particulièrement abrutissant.

 

Auteur :

Critique vue 4929 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 76+42

Votre réponse :

korku 19-10-2013
Man of Steel j ai trouvé se film super ennuyant c long plu 1h25 pour apprendre d ou il vient qui sont c vrai parents puis les méchant on va dire ressemble au méchant de x-or ou bioman voila j aime pas dire d un film que c nul mais la c le cas
tonton 11-07-2013
Un superman plutôt bon j'ai trouvé mais à qui il manque, on le sent, pas mal de séquences pour en faire une oeuvre digne de celle de Richard Donner. En l'état, c'est rythmé, fun et jamais ennuyeux, ce qui est déjà pas si mal.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction