film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Mission : Impossible - Rogue Nation

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Après le carton planétaire de Ghost Protocol, la mise en chantier rapide d'une cinquième mouture n'était pas surprenante. Nous étions surtout curieux de voir où irait la franchise après les débordements cartoonesques - et franchement ridicules - de la version Brad Bird. Deux éléments ont attisé cette curiosité : l'annonce de Christopher McQuarrie aux commandes et le choix de la Paramount d'avancer la date de sortie de six mois, en pleine saison de blockbusters - et, comme il s'est avéré plus tard, de grosses déconvenues -, signe d'une belle confiance en son produit. Maintenant que Mission : Impossible - Rogue Nation est là, un constat s'impose : les mecs avaient raison.

 

 

La franchise Mission : Impossible ne compte en fait que deux épisodes : le premier, celui de Brian De Palma qui avait brillamment assuré la transition du petit au grand écran avec un savant mélange entre film d'auteur et pop corn movie. Et le deuxième, celui de John Woo, qui a fait le grand écart en se plaçant aux antipodes de son prédécesseur : un pur film d'action fun et over the top, sauvé de la nanardise par une exécution aux petits oignons. Entre les deux,  la série n'a jamais cessé de se chercher, de trouver la combinaison idéale entre les deux modèles cités plus haut et leur cahier de charge implicite. L'une des règles immuables étant de confier chaque épisode à un réalisateur différent afin qu'il ait son identité propre. L'intention est louable et elle a fait ses preuves. Cependant, à l'heure où sort ce cinquième épisode Rogue Nation, elle n'arrive plus à masquer l'évidente pauvreté scénaristique qui accable la série : John Woo, J.J. Abrams, Brad Bird et ici Christopher McQuarrie, tous sont condamnés à filmer - chacun à sa manière - la même histoire : Agence désavouée, disque à voler d'une enceinte hautement sécurisée, ex-agent gouvernemental devenu ennemi, terroriste-trafiquant d'armes à neutraliser. Et des cascades invraisemblables qui jalonnent le tout. Beaucoup de cascades. Mais alors, Rogue Nation n'est-il rien de plus que la cinquième resucée d'une formule éculée ? Pas tout à fait. 

 

 

Entendons nous bien, Rogue Nation ne révolutionne pas l'univers de la franchise. Pourtant, dans une série qui peut désormais rouler pépère uniquement sur son nom, l'implication affichée par la production pour offrir un produit différent et de qualité fait plaisir à voir. McQuarrie fait preuve d'une belle audace en goupillant pratiquement un sans faute. Détail révélateur - et spoiler au passage - la scène la plus barge de la bande annonce, celle de l'airbus A400 Atlas, ne constitue que l'ouverture du film, comme si le réalisateur voulait se délester d'un bagage encombrant. Détail d'importance car l'on sait dès lors que le plus important dans le film est ailleurs. Que les fans se rassurent, McQuarrie enquillera sans faiblir bien d'autres moments de bravoure, mais il n'en oublie pas pour autant de soigner son atmosphère, volontairement plus sombre. Du coup, il arrive miraculeusement à trouver cet équilibre précaire qui manquait à la série et qui mettra tout le monde d'accord. Ce film est celui qui se rapproche le plus du premier épisode dans ses thématiques aussi bien que dans son exécution. La mise en scène n'a jamais été aussi bien maîtrisée et aussi loin des travers qui gangrènent le film d'action depuis les 2000's - mis à part quelques exceptions dictées par le cahier de charges -. Tout est filmé avec un soin maniaque et un découpage au millimètre qui frôle la perfection. C'est pourtant dans la tension continue et la pression sans relâche qu'il impose au spectateur que Rogue Nation remporte l'adhésion, avec un récit malin et des retournements de situations foisonnants et bien sentis. Et au réalisateur de filer tranquillement et sans accrocs vers un climax stupéfiant de minimalisme et de tension. Il a de quoi être fier. 

 

 

Tout n'est pourtant pas parfait dans Rogue Nation et le point négatif reste indubitablement cet humour omniprésent mais extrêmement mal placé. Alors que le film pouvait sans problème choisir la carte du full dark, il décide inexplicablement de s'encombrer d'un comique de situation proprement casse-couilles qui s'échine à désamorcer une grosse partie du potentiel dramatique de plusieurs scènes. On pense bien sûr à Simon Pegg qui est devenu un régulier - là aussi de façon inexplicable - depuis l'épisode 3 et qui fait son numéro de pitre à chaque plan, mais aussi à Tom Cruise qui ne peut s'empêcher de rouler les yeux et de lever un sourcil façon « Please ! » dès que les choses se corsent. Un tic vraiment pénible hérité de l'ère J.J. Abrams qui depuis Mission : Impossible III a été promu au rang de producteur via sa compagnie Bad Robot. C'est d'autant plus frustrant que le film avait toutes les cartes en main pour remporter le jackpot, y compris un casting impeccable :  les habitués - et sous exploités - Ving Rhames et Jeremy Renner, ainsi que des nouveaux arrivants, Alec Bladwin - toujours classe - et de Sean Harris dans les pans du méchant de service, pas le plus mémorable mais quand même bien plus flippant que l'inodore  Michael Nyqvist de Ghost Protocol. La palme revient à la révélation incontestée de cet épisode : Rebecca Fergusson. Aux antipodes des faire-valoir habituelles de la série, même pas un love interest , l'actrice vole la vedette à Cruise dans le rôle d'Ilsa Faust - vive la finesse - et ses nombreuses zones d'ombre. Véritable Alter-ego féminin de l'agent Hunt, elle assure une présence indéniable doublée d'une aura de mystère que le scénario a l'intelligence d'entretenir tout au long de l'intrigue. La véritable révolution dans la franchise, c'est aussi ça, ce changement de rapports entres les membres de l'équipe, couronné par un final minimaliste au possible qui renoue avec l'esprit de la Team de la série originale. 

 

 

Tom Cruise a bien raison de s'accrocher à la franchise Mission : Impossible et s'y investir corps et biens. Si ce n'est pas l'acteur du siècle, l'homme n'en demeure pas moins un producteur avisé et l'un des derniers professionnels de l'entertainment, comme le fut Michael Douglas en son temps. La preuve, son Rogue Nation est une franche réussite : survitaminé, extrêmement fun et bien torché, il s'offre le luxe de tenter quelques touches audacieuses qui s'avèrent payantes. Néanmoins, à l'annonce de la mise en chantier imminente du sixième épisode, il serait plus qu'urgent de proposer de nouvelles thématiques et de nouveaux enjeux car la formule Mission : Impossible commence un peu à tourner en rond. 

 

Auteur : ATEF

Critique vue 3554 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 99-11

Votre réponse :

BEGZ 13-08-2015
Superbe critique qui donne envie d'aller voir le film au plus vite!

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction