film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique My Soul To Take

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Absent des toiles depuis cinq années et les sorties simultanées de Cursed / Red Eye, Wes Craven semblait avoir rejoint la caste des réalisateurs cultes désormais peu inspirés. Mais si le parcours en tant que cinéaste rejoignait inexorablement la route déjà empruntée par George A. Romero ou Dario Argento avant lui, le mythique artisan des Griffes de la Nuit avait pourtant trouver un nouveau souffle à travers ses activités de producteur. Doté d’un flair plutôt remarquable pour dénicher des faiseurs doués – Alexandre Aja sur La Colline à des Yeux ou encore Dennis Illiadis pour les besoins de La Dernière Maison sur la Gauche –, Craven avait su remettre au goût du jour ses gloires passées en suivant la conception des projets au plus prêt. Ramené sur le devant de la scène par l’annonce fracassante de son ralliement au projet Scream 4,  le vieux briscard signe en attendant un projet longuement attendu sous le nom de 25/8. Victime par le passé des pressions et des re-shots imposés par les exécutifs sur Cursed, Wes Craven livre ici un métrage dont il reste seul maître à bord. Si l’ensemble n’est pas parfait, My Soul To Take réinstaure enfin ce dernier dans la liste des cinéastes à suivre.

 

 

A la fois Scénariste, Réalisateur et Producteur, Wes Craven aura pris toutes les dispositions nécessaires pour accoucher d’un métrage à son image. Monté par un studio indépendant, My Soul To Take se profile de ce fait comme un projet plus discret que les dernières super-productions capturées par Craven, mais se montre parallèlement bien plus proche des envies et des inspirations de ce dernier. Brodé autour d’un canevas simple et efficace – Un serial-killer ressurgit quinze ans après sa disparition pour tuer les sept enfants nés la nuit de son arrestation –, le synopsis s’attarde de nouveau sur des thématiques propres au géniteur des Griffes de la Nuit. La problématique du passage de l’adolescence à l’âge adulte occupe sans surprise un rôle primordial au sein du développement, le cinéaste projetant ses probables expériences personnelles à travers les yeux du paria de circonstance. Si l’approche ne s’avère pas foncièrement originale, My Soul To Take fleure bon les glorieuses eighties. Le métrage de Wes Craven colle en effet de près au schéma traditionnel des slashers parfois un brin impersonnels – les séries des Halloween ou Vendredi 13 en tête de liste – capturés à la chaine au cours de l’âge d’or, et s’accorde par son respect des codes propres au genre un indiscutable capital sympathie. L’ensemble s’autorise pourtant quelques légères dérives fantastiques, le côté surnaturel apportant au déroulé une relative et appréciable imprévisibilité. A l’instar de son Freddy Kruger, Craven propulse au cœur de son travail un croquemitaine plutôt inattendu et intriguant, ce dernier étant davantage esquissé comme un « esprit maléfique » que comme une véritable entité physique. Une condition qui permet au cinéaste de s’éloigner légèrement des carcans du slasher lambda, et d’accoucher d’une œuvre plutôt chiadée et accrocheuse.

 

 

Bien que classique dans le fond et la forme, My Soul To Take s’habille de fioritures scénaristiques particulièrement bien aiguisées. D’une redoutable efficacité, le script de Wes Craven fait preuve d’une pléiade de séquences tendues et imprévisibles. Témoignant d’un suspens très bien maitrisé, My Soul To Take s’affranchit de quelques moments de trouille bien troussés, à l’image d’une introduction furibonde et transcendée d’une bonne demi-douzaine de sursauts incontrôlés. Des qualités qui occultent partiellement un certain nombre de ficelles plus grossières, à commencer par les différents liens entre le tueur et les adolescents massacrés, révélations quasi-attendues depuis la mise en place des personnages. Un brin regrettables, les explications concernant la teneur du psycho-killer passant progressivement au second-plan jusqu’à être rapidement bâclées par un final assez décevant. Bien que fantastiquement mis en place au cours des premières séquences, le croquemitaine de service ne dévoile en effet jamais clairement les clés d’une personnalité complexe et mystérieuse, Craven préférant ici laisser des questions en suspens au profit de la libre interprétation de chacun. Un choix osé, plutôt déroutant, mais également propice à retenir l’attention sur un métrage souffrant occasionnellement de quelques longueurs et autres bla-bla adolescents dispensables. 

 

 

Esthétiquement, Wes Craven tient enfin de nouveau le bon bout. Bénéficiant de la maitrise cinématographique de son géniteur, My Soul To Take parvient à faire oublier son maigre budget en limitant les besoins. Exit les CGI foireux et datés dont témoignait Cursed, Craven profite ici de l’aspect résolument terre à terre de son scénario pour privilégier les maquillages maisons – exception faîte d’une assez laide gerbe de sang numérique –. Brutal sans sombrer dans l’utra-violence gratuite, l’ensemble s’avère surtout parfaitement emballé. Craven maitrise incontestablement son sujet, et s’affranchit d’une copie visuellement alléchante et riche en teintes claires-obscures, toujours propices à laisser naitre l’angoisse et autres réactions épidermiques. Si la direction d’acteur se montre relativement banale – les interprètes s’affranchissent de leurs obligations sans génie particulier –, l’interprétation reste de bonne facture. Une qualité supplémentaire qui permet à My Soul To Take de s’imposer comme un ride horrifique plaisant et rondement mené.

 

 

Si My Soul To Take n’égale à aucun moment les maitres-étalons de la filmographie de Craven, le métrage s’avère indiscutablement divertissant. Un bon moment de fun cinématographique, qui ne néglige ni le fond ni la forme. Bien qu’académique dans son approche globale, le cinéaste n’en oublie pas l’essentiel : raconter une bonne histoire. Mission accomplie.

 

Auteur :

Critique vue 4860 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 58-38

Votre réponse :

Léna 10-04-2011
Je l'ai trouvé bien ce film. Bon c'est vrai qu'il y a quelques passages, (enfin plutot des informations) qui ne tiennes pas la route,ex" quand la fille croyante regarde par la fenetre de la classe, et quelle vois le tueur, alors que le vrai tueur est en classe, "etc, mais bon rien est parfait, surtout qu'en plus il avait pas un gros budget
Trust 06-03-2011
C'est pas le pire de Craven mais on en est pas loin. Quelques séquences sont assez bien ficelées, mais le croquemitaine manque grandement de charisme et le final est bâclé au possible. Vraiment déçu.

TIBO 04-03-2011
Pareil pour moi. Pas du tout aimé. La réalisation s'en sort pas mal mais le scénario est vraiment foireux.
Tonton 04-03-2011
Pas aimé du tout ce nouveau Craven qui fait craindre le pire pour Scream 4. C'est surtout le tueur qui foire l'ensemble. Craven nous a habitué à mieux en termes de monstres cinématographiques ( freddy bien sûr mais également le shocker ou les cinglés du sous sol de la peur)

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction