film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Paranormal Activity 3

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Débarqué de nulle part et emballé avec trois cacahuètes, Paranormal Activity s’était rapidement présenté comme un investissement particulièrement lucratif pour ses producteurs. D’autant plus que le petit film amateur d'Oren Peli aura rapidement su donner naissance à une véritable franchise répondant aux exigences d’une société de surconsommation parasitant plus que jamais le cinéma de genre. S’empressant de récupérer la place du « métrage d’halloween » auparavant occupée par Saw et ses séquelles boursouflées, Paranormal Activity en duplique sans vergogne le stratagème commercial. Avec un nouvel opus tous les douze mois, la série ne s’entache pas d’une véritable profondeur scénaristique ou artistique. A la différence près que le premier opus s’avérait déjà ici tout à fait inintéressant. Paranormal Activity 3 parvient pourtant légèrement à rehausser l’intérêt d’une saga qui tourne malgré tout globalement à vide. 

 

 

Paranormal Activity 2 avait su allonger la sauce en ajoutant de ci et là quelques éléments nouveaux. Si le métrage restait particulièrement handicapé par d’interminables longueurs, le travail de Tod Williams avancait timidement quelques véritables pistes de réflexion concernant l'origine des phénomènes. Rien de bien passionnant néanmoins, le tout se limitant à épaissir de manière grossière l’histoire de protagonistes jusqu’ici rapidement brossés. Paranormal Activity 3 s’engouffre donc sans surprise tête la première dans une tentative d’explication vis-à-vis du passé des sœurs Kate et Kristie. Les obscurs inconnus Henry Joost et Ariel Schulman articulent logiquement le tout sous la forme d’un préquel, subterfuge cinématographique devenu quasi-indispensable au sein de nombreuses franchises. Leur approche du projet ne révolutionne pourtant en rien les codes installés par ses prédécesseurs. Paranormal Activity 3 reste un film « d’ambiance », le métrage recyclant grossièrement le déroulé et le fonctionnement des deux premiers opus. Une petite poignée d’intervenants, une maison pseudo-hantée, un couple progressivement pris par la paranoïa, Joost et Schulman ne se risquent à aucun moment dans une quelconque tentative d’originalité. Le métrage s'avère à ce titre plutôt morose, les cinéastes tentant une nouvelle fois sans grand succès les jump-scares de circonstance. Les errances nocturnes d’une fillette ainsi que les apparitions spectrales suggérées viennent cependant agrandir la famille des effets faciles, manifestations paranormales plus promptes à installer un semblant de suspense que les portes qui claquent et autres casseroles possédées des précédents volets. 

 

 

Si Paranormal Activity 3 se profile une nouvelle fois comme un film de trouille plutôt faiblard, force est de constater que Joost et Schulman parviennent à emballer le meilleur volet de la série. Ou le moins pire. Le métrage reste un brin plus copieux en ce qui concerne l’histoire en elle-même, qui bien que relativement simple parvient à imposer quelques revirements notables. Paranormal Activity 3 propose enfin un véritable twist final, le métrage s’avérant même presque audacieux quant à l’orientation de ce dernier. En quelques minutes, les cinéastes réorientent probablement la franchise vers des horizons nouveaux et parviennent à offrir un semblant d’explication à l’ensemble. Moins paresseux en terme de développement scénaristique que ses ainés, Paranormal Activity 3 n’en reste pas moins longuet. La majorité du film se contente de superposer dialogues inintéressants et apparitions fantomatiques insipides, le tout assorti d’une certain sentiment d’improbabilité. Difficile de rentre crédible la mystérieuse propension qu’ont les différents membres de cette famille maudite à filmer les moindres recoins de leurs maisons respectives, et ce bien avant l’apparition des premiers événements étranges. Paranormal Activity 3 se risque au moins à sortir rapidement des sentiers battus en proposant une rapide séquence de sex-tape, malgré tout bien prude. 

 

 

Artistiquement parlant, Paranormal Activity 3 reproduit à la lettre près le « travail » d’Oren Peli. Toujours capturé sur un modèle found-footage lassant, le projet de Joost et Schulman propose néanmoins de rares choix un brin plus originaux, à commencer par une séquence capturée par un appareil mobile. L’idée a au moins le mérite d’imposer un semblant de tension à un métrage par ailleurs très « fixe » et lassant. Paranormal Activity 3 reste même plutôt lisible, évitant l’écueil des plans parkinsoniens souvent inhérents aux métrages abusant de la caméra portée. Le casting tient par ailleurs plutôt bien la route, un exploit au vu des dialogues vides de sens qui émaillent abusivement le métrage. Le jeune débutant Christopher Nicholas Smith parvient d’ailleurs presque à rendre le personnage de Dennis attachant, une première pour la franchise. 

 

 

Globalement brodé sur le même canevas que ses prédécesseurs, Paranormal Activity 3 ne révolutionne en rien la genre. Relativement pénible à visionner en raison d’une trop longue période de développement pré-climax, le métrage d’Henry Joost et Ariel Schulman présente au moins une conclusion digne d’intérêt. Si ce point « final » rend l’expérience plus dynamique que par le passé, Paranormal Activity 3 reste un film de genre anecdotique, bricolé vite-fait bien-fait avec trois bouts de ficelle. Les afficionados apprécieront eux certainement le produit confectionnés par des studios désireux de faire exploser les tiroirs caisses avec un investissement minime. 

Auteur :

Critique vue 10029 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 73+20

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction