film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Phénomènes Paranormaux

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Les films-documentaires ne datent pas d’hier et les réalisateurs n’hésitent pas à s’engouffrer dans le style pour donner un peu de vérité à leur bande. Beaucoup s’y cassent les dents mais certains s’en sortent haut la main. The Fourth Kind, sobrement – et stupidement – intitulé Phénomènes Paranormaux dans nos contrées – l’ouragan Paranormal Activity n’y est surement pas étranger, empreinte un chemin légèrement différent oscillant sans cesse entre le film classique et le documentaire. Olatunde Osunsanmi – le très mauvais The Cavern – tente de proposer quelque chose de neuf mais n’exploite pas son concept comme il le faudrait et met sur pied un métrage d’une légèreté étonnante qui a cependant le mérite de garder son spectateur éveillé.

 


Phénomènes Paranormaux se présente comme une reconstitution de mystérieux évènements survenus à Nome, un village d’Alaska, et s’appuyant sur des enregistrements du docteur Abigail Tyler. Entre faux documentaire, étranges manifestations, science-fiction, invasion extraterrestre ou possession, Phénomènes Paranormaux joue sur tous les plans. Là où le deuxième métrage d’Osunsanmi se vautre totalement est dans sa prétention à nous faire croire à la véracité des soi-disant étranges incidents vécus par de nombreux habitants du village et mis sur bande par le docteur Tyler. Le réalisateur tente de mettre tous les éléments possibles et imaginables en avant pour crédibiliser son vaste canular. Quoiqu’il en soit, l’introduction suffit amplement à prendre conscience que ce qui va suivre ne mérite pas que l’on y croit une seule seconde. Milla Jovovich nous présente le métrage comme une pellicule perturbante avec, en fond, une magnifique forêt tournoyante. Une entrée en matière légèrement prétentieuse qui aurait méritée d’être passée sous silence. Bien que l’on puisse accorder à son réalisateur d’avoir voulu tenter quelque chose de différent, Phénomènes Paranormaux se perd dans sa quête de vraisemblance faute à une surenchère maladroite. Volonté – feinte – de dissimuler les noms des victimes mais dévoiler leurs visages sur les enregistrements ou marteler le spectateur d’informations criant à la vérité à la limite de la propagande, autant de détails qui peuvent paraître anodins mais lorsque c’est l’authenticité qui est recherchée, ces maladresses – volontaires ou non – viennent rapidement décrédibiliser l’ensemble.

 


Dommage car l’idée de départ aurait pu aboutir à un beau morceau de pelloche. Seuls les ermites n’ayant jamais été confrontés à un faux documentaire et pour qui Le Projet Blair Witch et Paranormal Activity sont des groupes de black métal symphonique se laisseront berner par cette mystification. Le concept de base perd très vite de son mordant – qu’il n’a que sur le papier – où les vrais-faux documents sont utilisés en divisant l’écran en plusieurs parties dans le but de confronter la réalité à la reconstitution. L’intérêt ? Probablement aucun tant le subterfuge n’apporte aucune plus value ni au réalisme, ni à l’épouvante des faits. Malgré toutes ces tentatives malhabiles et en mettant de côté cette mise en scène foireuse, le film démontre tout de même des qualités non négligeables. Premier exemple dans ses vrais-faux documents qui, sortis du contexte filmique, se révèlent très réalistes grâce à un travail minutieux ou encore ses séances d’hypnotisme suivies de possessions faisant froid dans le dos et fonctionnant à merveille, à condition que le spectateur accepte de se laisser embarquer un tant soit peu dans cette aventure. La photographie se révèle plutôt réussie mais presque un peu trop léchée et lisse pour un film de cette trempe. Le jeu d’acteur est quant à lui tout à fait honnête, c’est effectivement le minimum légal quand on retrouve des comédiens tels que Milla Jovovich, Elias Koteas (Crash, Defendor), le très bon Will Patton (Armageddon, Le Plus Beau des Combats) ou encore Corey Johnson (La Vengeance dans la Peau, La Momie).

 


C’est malheureusement à peu près tout de ce que l’on peut attendre de ce Phénomènes Paranormaux. Un titre d’une banalité affligeante comparé à son homologue – The Fourth Kind. Une échelle de mesure a été mise en place il y a presque 40 ans pour marquer les différents stages de la rencontre extraterrestre : l’apparition d’un OVNI est la rencontre du 1er type, lorsque des données sont collectées c’est la rencontre du 2ème type, si un contact est établi on passe à la rencontre du 3ème type et la fameuse rencontre du 4ème type se traduit par l’enlèvement. Un gâchis plutôt triste par le fait que techniquement, la pellicule fonctionne assez bien. L’acharnement de son géniteur à nous faire croire à sa facétie se retourne contre lui dès les premiers instants, le spectateur montrant originellement une méfiance qui va très rapidement se transformer en une fâcheuse impression de foutage de gueule. Olatunde Osunsanmi se montre fin technicien rempli de bonne volonté, dommage. En réduisant ses ambitions et avec un peu de recul, Phénomènes Paranormaux aurait pu se traduire par une belle expérience cinématographique.

 


Un gaspillage désolant que ce Phénomènes Paranormaux. Les adeptes des récentes pellicules de faits inexpliqués – Paranormal Activity en tête – pourront peut être y trouver leur compte mais devront en passant faire une croix sur la sobriété et l’effet d’authenticité. Il faut tout de même reconnaître un joli travail de reconstitution. Dommage.

Auteur : TIBO

Critique vue 61428 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 61+18

Votre réponse :

manuel 19-06-2013
je trouve cette critique lamentable ce film est surement l un des + angoissant que j ai tres nettement au dessus de paranoraml activity qui donne envie de se suicider d ennui
allez vite phenomenes paranormaux frissons et stupeur garanti
Vio 29-01-2013
Nous sommes sûrement nombreux à être aller vérifier la véracité de l'histoire sur Internet, alors cela veut dire que le film n'est pas si mal!!!...

Kiaten Takeda 01-01-2013
Bon moi aussi je suis allé sur le net voir bon bin fiction sinon l'originalité viens surtout du fait que les kidnappés sont vu comme des possédés etc donc mélange entre extraterrestre et possession si non j'ai vu beaucoup mieux et dérangeant. Un film moyen
nb le logo de l'université chapman fait furieusement pensé à celui de la umbrella corp...
Michel 10-12-2012
je viens de voir ce film et je trouve cette critique injuste. C'est très bien ficelé on se demande si l'on doit y croire et bien sur on va voir sur internet pour voir si c'est une histoire vraie (La on se rend compte que c'est une fiction). Donc ce film interpelle. le jeu d'acteur et d'actrice est très bien interprété. On se demande ou est la réalité et la fiction et le processus du double sur la même scène (fiction film / fausses images d'archives) amène une certaine confusion (voulue) chez le spectateur. le seul truc qui ne va pas c'est le titre francais du film. A voir.
04-12-2012
tres bon film donne a reflechir
cyberklg 18-12-2011
j'étudie la civilisation sumerienne depuis maintenant 6 ans, et si je sais une chose, c'est que nous ne savons rien! ce que je veut dire, ce n'est pas que nous n'avons pas d'info, car il en existe beaucoup, mais plutot que la verité est sans arret discredité par les autorités internationals. peu importe la varicité des évenements du film, les abductions nous savons que le nombre de témoignages ne peuvent etre remis en cause.
les sumeriens sont humains, mais leur culture posent beaucoup de questions et leur patrimoine archéologique, encore plus! le film a le merite d'aborder le sujet, et apres meme la verité peut etre truqué...le film peut etre vrai...et la discreditation volontaire, dans mes recherche , je vois ça sans arret...et tout les gens qui s'interressent a l'ufologie vous dirons que les gouvernement n'ont de cesse que de discredité au plus vite toute information réel...la raison? je ne sais pas...mais ce film ne le prennez pas a la legere...
TIBO 01-12-2011
Salut mictazz, bien qu'à part citer deux films à titre d'illustration, je ne pense pas valoriser quoique ce soit, je donne juste mon avis, comme tu viens de donner le tien. Je passe aussi le fait que tu sembles tenir la même position que moi concernant la véracité des faits... Bref, tu n'as simplement pas compris où je voulais en venir mais ce serait peut-être trop te demander que de LIRE ma critique avant de déballer tes sources infaillibles. Comme je l'ai répété 36000 fois, je ne remets pas en question le phénomène des abductions, je remets en cause la mise en scène du film, simplement. J'aurai bien aimé avoir ton avis sur le long mais apparemment c'est plus pertinent de faire du copier-coller.
mictazz 01-12-2011
très bon film, super bien ficelé!!
TIBO arrête de commenter les films c'est pas ton truc, détruire ce film par tes critiques infondé basé sur ta pseudo culture cinématographique, pour valoriser tes références n'est pas constructif, perso moi je n'est pas aimé paranormal activitie, mais se n'est pas le sujet!!

vue sur: http://touraine-insolite.xooit.com/t608-The-Fourth-Kind-Le-Quatrieme-type.htm
La ville de Nome en Alaska existe bien, mais n’a aucun rapport avec celle qui est vue dans le film (tourné en Bulgarie). Nome est située dans le Nome Census Area à l'extrême pointe Ouest de l'Alaska, et d'après le recensement de 2000, la population est de 3 505 habitants. Comme on peut le voir sur la photo, la végétation est plutôt absente. Le film nous montre une ville entourée de montagnes luxuriantes, plutôt qu'une ville de la toundra située au bord de la mer de Béring.


Nome, vue aérienne de 1986

Le Dr. Abigail Tyler ne semble pas exister. Un site web qui n’existe plus aujourd’hui nommé «Alaska Psychiatry Journal» fournit une biographie du docteur, ainsi que de nombreux articles sur les thèmes du trouble du sommeil, de problèmes affectifs, d'hypnothérapie et de thérapie de régression. Un autre site www.alaskanewsarchive.com disparu lui aussi, disposait aussi de renseignements sur la psychologue Abigail Tyler, des éléments publié par Nancy McGuire. Ron Adler qui est le directeur de l'Institut de psychiatrie de l'Alaska (Alaska Psychiatric Institute) et Denise Dillard qui est président de l'Association de psychologie de l'Alaska (Alaska Psychological Association) ont déclarés qu'ils n’avaient jamais entendu parler du «Alaska Psychiatry Journal» ou d'Abigail Tyler... Depuis, l’actrice que l’on voit dans les images d’archives, a été identifiée, il s’agit de Charlotte Milchard.

Deux gros piliers concernant la véracité du film s’effondrent...

Cependant, il reste quelques interrogations :
Il faut noter que le FBI a bien enquêté sur une douzaine de disparitions et de décès non résolus à Nome. Effectivement, entre 1960 et 2004, (10 depuis 1990) les responsables locaux ont publié, en 2005, une liste des 20 cas de disparitions et de décès, avec une récompense pour obtenir de l’aide du public. Le procureur de l'Alaska et le commissaire d’Etat du Ministère de la Sécurité publique se sont rendu à Nome avec les responsables du FBI en Juin 2005. La cellule d'analyse du comportement du FBI, à Quantico en Virginie, a été appelée en renfort. Les victimes étaient principalement des natifs qui faisaient des trajets entre la zone commerciale de la péninsule de Seward et les petits villages de la région du détroit de Béring. Aucune enquête officielle n’avait été lancée jusqu'au début de l’année, sauf lorsque la communauté de la région fut galvanisée par le procès à sensation d’un policier de Nome, Matthew Owens, qui était accusé du meurtre d'une jeune femme (Sonya Ivanoff, 19 ans) habitant la ville, dont le corps à été retrouvé nue (sauf une chaussette) dans une gravière en dehors de la ville.
En plus du procès, une autre histoire préoccupe les habitants, celle de la disparition de Eric Apatiki, âgé de 21 ans, venu de St. Lawrence Island pour rejoindre sa petite amie enceinte.

« Une autre préoccupation exprimée par la communauté, c'est qu'il y a clairement une certaine tendance dans ces disparitions, qui pourrait être expliqué par l’œuvre d’un tueur en série» déclare le procureur américain Tim Burgess. Le FBI écarte le scénario d’un possible tueur en série sévissant dans la région, et reconnait que les disparitions sont liées aux conditions de vie locale (alcool, rudesse du climat, suicide, désespoir, brutalité, ect..) L’ancien maire de Nome, Leo Rasmusson, lui pense qu’aucune de ces affaires ne sera résolue. Il y a un climat de méfiance et de mauvais sentiments entre les villageois et de la police Nome. Le « Norton Sound Health Corp» a adopté une résolution demandant une enquête fédérale sur le nombre extraordinairement élevé de disparitions et de décès dans la zone, de l’incapacité, discriminatoire et excessif de la police de Nome à résoudre ces affaires. Le chef de la police démissionne suite au procès Owens, il est remplacé par Craig Moates qui tente de regagner la confiance des habitants par toute une série de mesures. Les Dossiers sur les morts mystérieuses et les disparitions ont été transmises au FBI par la police de Nome et l’Alaska State Troopers, ce dossier comportait 24 affaires : 17 étaient des hommes, 8 des 20 disparus et n'ont jamais été retrouvées. Selon les autorités, les motifs de suspicion dans certains décès ne sont pas clair. Pendant de nombreuses années, les résidents venant de la péninsule de Seward ont été avertis de ne pas s'aventurer seul quand ils vont à Nome. Aujourd'hui, il y a beaucoup de personnes qui sont portées disparues, sans le moindre indice. Quand à Eric Apatiki, il n’a jamais été retrouvé...

Les abductions sont bien un phénomène réel. On peut imaginer ici que le personnage du Dr. Abigail Tyler a pu être crée sur l’histoire d’un vrai psychologue ayant enquêté sur ce type d’affaire. Des spécialistes, comme le Docteur John Edward Mack, ont étudié ce phénomène qui ne peut être ignoré.
____________________________________________
TIBO 13-11-2011
@l'extra! Je ne critique en rien le sujet, je critique le film que j'ai vu. Les faits qui nous sont montrés sont faux (dans le sens où ce n'est pas un documentaire mais un film monté de toutes pièces, y compris les fausses images d'archive) et le réalisateur veut nous faire croire le contraire. Il n'y a aucune preuve à apporter là-dessus, c'est un fait. Avant de réagir, lis attentivement la critique et tu verras que je ne remets pas en cause les sumériens, la Zone 51 ou autres, je parle de cinéma, seulement de cinéma.
l'extra! 13-11-2011
Le monde avec une vie dans la peur des personnes qui ont vécu le contact avec un autre monde ça vous parle ? Dans les faits comment la peur pousse un homme a la démence ?dite moi la réponse ….Est surtout les septiques si c’est faux, donnez nous en la preuve au lieu de critiquer ceux qui l’ont vu, ou intérêt pour le sujet… C’est quoi la zone 51 ? C’est quoi selon vous ? Les esprits inférieurs en intelligence devrais se taire !le monde vas sombrer et on continue à croire que rien ne puisse le changer, a vous d’avoir votre choix de la meilleur chose à faire ou a penser selon vous…mais on ne critique pas ce dont on ignore tout
brikice 28-08-2011
Amusant, en effet, j'avoue avoir tenté de donner du crédit au fait que ce put être basé sur des faits hypothétiquement réels, mais hélas, il faut reconnaitre que l'ensemble du film jette de lui même le discrédit sur le tout.
les images d'archives en effet sont très discutables (je rejoins l'idée des noms changés mais des visages dévoilés, ce qui est assez maladroit).
Pour les motifs sur les sites archéologiques des Sumériens, évoquant fusées et cosmonautes, il me semble que ce sont tout de même de très anciens motifs qui ont pu être soumis à l'érosion naturelle donc éventuellement modifiés. De plus se sont des formes assez simples, et le rapprochement, voir le "phantasme", que ce puisse être des représentations d'êtres extra-terrestres me parait un peu facile...
Et pour finir,(mais ça c'est absolument une idée personnelle), les américains ont tout de même le mensonge dans le sang, surtout pour ce genre de sujet...
Cela dit, je pense pour ma part qu'il est évident que dans l'immensité de l'espace, il 'y a forcément de la vie quelque part, voir dans beaucoup d'endroits, mais de là à prétendre qu'il puisse venir à nous, j'en doute fort.
M'enfin bref, sinon, j'ai passé un assez bon moment en regardant ce film, même si le crédit que j'y porte se rapproche de zéro.
Une prochaine fois, retroussez vous tout de même les manches monsieur Osunsanmi.
Je suis sûr que vous pouvez faire mieux...
Fahren 08-08-2011
Un gros faux-raccord que j'ai noté dans ce film quand je l'ai analysé car je n'arrivais pas à m'en donner une conclusion. Et en trouvant ceci, je rejoins l'avis de TIBO, l'auteur de la critique sur les vrais-faux documents. Prenons la scéne à la 55ème min lorsque que le trio débarque dans la maison d'un homme déjà hypnotisé et qui semble malade, pris de panique. La doctoresse décide de faire une légère hypnose puis l'on découvre l'homme en lévitation, au dessus de son lit, la bande vidéo déchirante et des voix en sumériens.. Cependant, lors du décompte pour l'hypnose, l'heure est de 11h01min27sec jusqu'à 11H01min47sec. Lors de la lévitation, fait pause pour observer distinctement l'heure. Vous verrez alors 11h01min09sec. Que en penser alors après toute l'histoire sumérienne ? que cette civilisation à exister mais quand aucun cas ne peut être, pour l'instant, assimiler à des faits extraterrestres car faute de faits réels. Pour les bandes audio à la fin du film, je reste sur mon opinion des illusions d'optiques, hallucinations, paranoïa etc. Après, qui as raison ?
flfolflo 12-07-2011
moi jai vu se film oui on pense se qu on veut mai jai adore oui je pense que nous somme pas seul . les sumeriens on fai des dessin montran parfaitemen des fusees des homme avc des scafandre on peut etre perplexe oui maiss se son des fai averes on invante rien quand on entend la langue sumrienne dan le dictafone dsl mai qui peu avoir fait sa mis a part les .... qui parle sumerien de nos jours ... en bref jai trouver se film tres interessan et oui moi jy croi chaqun pense se kil veu :)
stef 13-05-2011
je viens de voir le film. j ai laissé mon imagination y croire. Mais alors le passage de la famille qui se fait tuer par le père, m'a fait tilter. On ne montrerai jamais ce genre d'image. (je pense à l'ombre de l'enfant abattu )Le problème c'est qu'après j avais toujours envi d'y croire. Donc j ai un sentiment plutôt mitigé en fin de film, qui finit un peu trop vite d'ailleurs. Cependant, les faits historiques (sumériens, leurs croyances, élaboration de la bible, ) et les "extra-terrestres" sont de plus en plus étudié dans le monde scientifique. Du moins certaines théories sont en voie d'être prouvées. voyage dans le temps, trou noir, matière noire, univers parallèle.... il suffit de regarder planète ou national géographie, notamment l'émission sur la possibilité à des extra terrestre de venir sur Terre. Quand vous avez les plus grands scientifiques de ce monde qui se posent la question, leurs réponses laissent notre imagination partir dans des explications théoriques sur des écrits millénaires (sumeriens) en autres. Je pense que le réalisateur de ce film doit surfer sur ces mêmes théories.
Elie 28-03-2011
J'ai vu ce film hier en compagnie de trois amis. Pour ma part, je me suis fait bernée au début du film.
Je pensais réellement que les faits relatés dans ce film était réels.
Après une petite demie-heure, j'ai sérieusement eux des doutes.
Je trouve la mise en scène un peu trop facile : Portrait cadavérique de la vraie fausse Abigail, images d'archives douteuses...
J'ai carrément changé d'avis aux moments ou un OVNI est passé sur l'écran. L'histoire de la chouette, les lévitations au dessus des lits gache un peu la tournure du film.
A la fin du générique, deux d'entres nous était malgré tout persuadée que ce documentaire était réel. (Comme quoi, le film arrive tout de même à en berner quelques un).
Après un tour sur Internet, j'ai pu constaté que tout ceci n'était qu'un subterfuge.
La ville de None aurait même porté plainte contre la production pour avoir créer des faux sites Internet nécrologiques afin de faire le buzz autour de ce film.
Je trouve le concept assez sympa, mais je ne comprends pas vraiment l'esprit des réalisateurs.
TIBO 06-03-2011
1. Je ne suis pas journaliste
2. Ce n'est pas ma profession
3. Je suis loin d'avoir la science infuse.
Je parle en tant que passionné, et ce n'est que mon ressenti, je n'ai pas aimé et c'est mon droit. A la place de ton commentaire super constructif, j'aurai plutôt aimé avoir ton avis. Mais bon, c'est toi qui voit.
Lucky 01-03-2011
on a pas du voir le même film dire que cela n'est pas réussi venant d'un journaliste ne m'étonne qu'a moitié il est vrai que dans cette profession on a la science infuse vous devriez faire autre chose a mon humble avis vous ne connaissez rien au cinéma de fantastique

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction