film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Predestination

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Remarqués suite au délirant bricolage cinématographique Undead, les frères Spierig avaient su prouver avec Daybreakers qu’ils pouvaient s’affranchir d’une œuvre horrifique sérieuse, complexe et artistiquement poussée. Malgré une certaine prédisposition à capturer sur bandes des images crépusculaires, les deux frangins s’orientent pourtant aujourd’hui vers des horizons inédits. Et embarquent dans l’aventure Ethan Hawke, qui tenait déjà le haut de l’affiche sur leur précédent long. Imaginé comme un thriller fantastique, Predestination explose littéralement les barrières du film de voyage dans le temps en faisant preuve d’une audace folle ainsi que d’une incroyable finesse d’écriture.

 

 

Le concept de la distorsion temporelle et de l’installation de réalités alternatives est plus ou moins éculé. Si l’habile Looper présentait un synopsis plutôt bien articulé, le métrage s’appuyait majoritairement sur des rebondissements téléphonés. Sur le papier, Predestination semble lui aussi s’engouffrer tête baissée dans un déroulé ultra-classique et sans réel éclat. Hawke incarne ici un agent du temps chargé d’empêcher des attentats et meurtres avant qu’ils ne soient perpétrés. Lors d’une opération de désamorçage, ce dernier est gravement brulé. Son visage est alors remodelé. Alors qu’il s’apprête à se retirer de l'agence, le voyageur est contraint à une ultime mission : recruter son successeur. En dévoiler d’avantage sur le script serait compromettre durement le remarquable suspense dont s’épaule le film des Spierig. Car passée une mise en place des éléments légèrement poussive, Predestination installe un climax remarquablement troussé et multiplie les rebondissements. Hypnotique, frénétique, passionnant de bout en bout, le film profite d’un scénario hallucinant d’inventivité pour se profiler comme un œuvre solide et extrêmement exigeante.

 

 

Le principe de boucle amène une théorie discutable quant à la possible naissance de paradoxes temporels – si j’empêche ma naissance dans le passé, comment puis-je être né pour le faire ? –. S’il joue constamment avec cette notion, Predestination évite pourtant toute explication rationnelle à l’inextricable situation dans laquelle se trouve embarqué son protagoniste phare. Ou plutôt ses différentes « versions ». Les Spierig n’ont pas l’ambition de s’affranchir d’une bande scientifiquement plausible – la possibilité de voyager dans le temps restant par définition purement hypothétique –, mais témoignent d’une réelle rigueur dans l’articulation de leur travail. Malgré certains détails prévisibles, Predestination se dévoile progressivement sous la forme d’une énigme nébuleuse. Au delà de la seconde moitié du métrage, les possibilités semblent presque infinies. Passé et futur se brouillent avec une rare maestria, les versions de l’agent temporel interagissant les unes avec les autres. Malgré son cheminement labyrinthique, le métrage retombe pourtant magnifiquement sur ses pieds. La lisibilité narrative de l’ensemble est en effet à souligner, les Spierig livrant une œuvre aisément compréhensible malgré son développement hautement sibyllin.

 

 

L’une des grandes forces de Predestination est de ne répondre à aucune tendance et de s’épauler d’une vraie personnalité. Les Spierig livrent en effet un métrage « à l’ancienne », un divertissement puissant et vertigineux qui ne se repose à aucun moment sur des effets faciles ou décoiffants pour s’imposer. L’ensemble est sobre, formellement très simple mais diablement efficace. De l'excellent travail. L’implication des acteurs par ailleurs totale. Si Ethan Hawke est une nouvelle fois parfaitement juste, la jeune Sarah Snook est irradiante de charisme. Cette dernière se donne corps et âme dans un multi-rôle nécessitant un jeu presque bipolaire, l’actrice insufflant à « ses » personnages d’étonnantes subtilités. Chapeau bas.

 

 

Bien que doté d’une enveloppe budgétaire limitée, Predestination est un très grand film de science-fiction. Réinventant complètement des concepts vus et revus, le dernier métrage des Spierig associe intelligence du script et approche grand public au service d’une narration exemplaire. Tout simplement immanquable.

 

Auteur :

Critique vue 63057 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 89+36

Votre réponse :

BEN 31-10-2015
Bonjour CMon. Au moment de la rédaction, je pensais que le point relatif au recrutement du futur agent était clairement annoncé dès le début du film. J'ai revisionné le film récemment et constaté que ce n'était pas le cas, même si l'identité de la recrue reste prévisible. J'ai modifié la phrase en conséquence. En ce qui concerne ce film, je pense en effet qu'il est préférable de ne lire aucun résumé ni même de visionner le trailer avant de se lancer dans l'aventure.
CMon 21-10-2015
Énorme spoiler!
Comment peut-on dévoiler le twist final sur l'identité de la recrue dès la deuxième paragraphe juste avant de se défendre d'en dire trop afin de ne pas gâcher le suspense?
Désolé, mais si quelqu'un tombe sur cette analyse avant de voir le film verra son plaisir complètement gâché.
Je suis conscient qu'on ne devrait pas lire une analyse avant de voir un film, mais une petite mise en garde en début d'analyse ne serait pas de trop.

benou 31-08-2015
C est la que la phrase prend tout son sens dans le film...qui de l œuf ou la poule est le premier...
Vanelloppe 11-05-2015
En lisant vos commentaires et en m'appuyant sur mon analyse du film, je comprends à peu près l'histoire de la boucle temporelle, par contre un truc m'échappe comment le Jane /John/Ethan a pu naître alors que le géniteur est John, le moi de Jane du futur qui fécondera jane, la il y a un énorme paradoxe car si l'enfant deviendra Jane, c'est incompréhensible car le géniteur n'existait pas avant sa naissance et en même temps le bébé est la même personne, c'est vraiment tres bizarre, si quelqu'un peut éclairer ma lanterne :).
Kris 07-05-2015
Sérieusement,vous pensez vraiment qu'il y a une explication plausible?C'est là que réside la force du film.Le scénario nous secoue , nous fait cogiter ,mais à la fin il faut prendre du recul et accepter ce tour de force qui remet en cause notre logique.Ce qui est amusant ce que la majorité se penche sur le voyage temporel,mais aucun remet en cause la compatibilité biologique d'un seul et même donneur sperme ovule...
mc-fly 07-04-2015
salut a tous,
j'ai vu le film pour la 1ère fois tout à l'heure, il me semble qu'il y a quelques incohérences mais j'avoue que j'ai aimé rien que pour le fait que ce film à eu le mérite de bien me retourner le cerveau.
Sinon personnellement et n'hésitez pas à me dire si je me trompe mais je ne crois pas vraiment à la boucle temporelle qui impliquerai que Jane=John=Ethan donne naissance indéfiniment au bébé (qui serait alors Jane=John=Ethan), je m'explique : pour moi le bébé meme si il peut etre génétiquement identique à Jane ne peut pas etre elle (tt au mieux un exact clone), sinon cela signifierait qu'elle/il ont toujours existé.
Donc pour moi la boucle s'effectue dans les générations de clones (et il y a forcement eu une 1ere fois dans la vie de Jane où la boucle a été installée) et ça expliquerai l'intéret de l'agence de manigancer tout ca pour avoir des agents sans attaches (donc sans personne pour s'inquiéter d'eux), que l'on connait sur le bout des doigts (à qui on a fait passé des test de personnalité de capacités physiques et intellectuelles) et que l'on peut renouveler sur plusieurs générations car ils pourraient s'auto-reproduire.
Et là je tombe sur 2 incohérences:
1.lorsque Ethan kidnappe le bébé et le ramène dans le passé : le meme jour où été trouvé Jane au meme orphelinat.... donc ce jour là l'orphelinat aurait du trouver 2 enfants appelées Jane et possiblement des clones (comme des vrais jumeaux) et donc Jane aurait du nous parler durant la longue scène du bar qu'elle avait une soeur jumelle, bref une incohérence pour moi
2.si Jane possède à la base 2 organes sexuels male et femelle (le femelle au début de sa vie car l'organe mal est dit non développé et l'organe male quand elle devient John), rien ne dit que l'enfant engendré par Jane et John (Jane plus vieille en mec) donnerait un enfant clone de Jane, meme je pense que ça pourrait etre possible, il y a beaucoup d'autres possibilités (mais encore une fois je me trompe peut-etre)
Ah oui j'allais oublier, en lisant tous les commentaires je n'ai toujours pas compris pour quelle(s) raison(s) Ethan à la fin du film, après qu'il se soit tué plus vieux (dans la laverie) deviendrai t-il le tueur a la bombe pour sauver des vies ? Perso j'avais compris qu'en vieillissant Ethan était devenu fou (avec tous les voyages fait pendant sa carrière et comme lui avait dit son médecin).
Bronbro 24-02-2015
"DUCK-BRO" ce serait pas lié à cette fameuse phrase si bien répétée dans le film : "l’œuf ou la poule" ???
DUCK-BRO 31-01-2015
Très bonne explication du film Mathieu, merci à toi, j'étais un peu dans le flou mais ton commentaire ma bien aidé !
Juste un point qui me perturbe un peu :
- Comment Jane peut tomber enceinte (avec John du coup) d'elle-même, enfin je veux dire si on suit cette logique de boucle sans fin, cela veut dire que l'enfant qui naît en période 21 est issu de Jane, donc lorsque que celui-ci est ramené en période 0, il s'agit de l'enfant de Jane, mais pas d'elle, alors certes on peut considérer que son enfance sera similaire à celle de Jane mais cet enfant n'est pas Jane, et en vieillissant il s'agira d'une autre personne, d’où une rupture de la boucle non ?
Je sais pas si je suis bien clair, mais si quelqu'un pouvait m'éclairer à nouveau ou souligner cette incohérence du film se serait sympa !
Enfin très très bon film qui fait bien cogiter !
Lolol 24-01-2015
Mathieu un seul mot... MERCI!!!!!
Mathieu 15-01-2015
En fait, à la fin du film une fois que tout est expliqué, il y a plusieurs plans de tous les personnages mis dans l'ordre chronologique. Le bébé > Jane enfant > Jane femme > Jane en transformation > John > John brulé > John avec son nouveau visage > Ethan Hawke.
La chronologie est assez compliqué vu que y'a pas vraiment de début.
Mais le plus simple c'est de partir à la naissance.
-Le bébé à une période 0.
-Période 20 (j'imagine les âges/chiffres), Jane rencontre John
-Periode 21, Jane à un bébé. Ce bébé est ramené à periode 0 par un inconnu. 1ere "boucle".
-Période 40, John rencontre Ethan.
-Ils sont ramené dans le temps à la période 20. John rencontre Jane.
-Ethan tente plus tard d'arrêter le Fizzle Bomber. Echec.
-Ethan repart en période 21, et ramène le bébé en période 0.
-Ethan repart ensuite en période -30 pour finir sa vie. J'reviens dessus à la fin.
-Suite, période 20 mais plus tard, John est engagé définitivement. Il doit poursuivre la mission.
-Période 20 encore plus tard, John empêche l'explosion de l'usine, mais se brûle le visage.
-Ici alors qu'il est brûlé, il rencontre Ethan qui avait tenté d'arrêter l'explosion mais qui a echoué.
-Ethan comprend et l'aide à retourner dans futur, parce qu'il comprend que c'est ca qui le fera exister en gros.
-Il part dans le futur ou la technologie lui permet d'avoir un nouveau visage. Il devient Ethan. On est en période 35.
Ce Ethan étant maintenant dans le futur, doit trouver un moyen d'empêcher ce qui va se passer dans le passé.
Ethan, sait que étant John, il avait réussit à empêcher l'explosion. Donc, seul John peut empêcher l'explosion. C'est pourquoi, en tant qu'Ethan, il va chercher à recruter John.
Donc période 40, Ethan rencontre John.
Et ainsi de suite.
A là fin, Ethan à tout compris. En fait, il doit devenir le Fizzle Bomber. Il retourne en -30, et donc en période 20 (au moment de l'explosion) il est vieux. Il doit devenir le Fizzle Bomber, parce qu'il sait que c'est lui. Il sait qu'il a tué le Fizzle Bomber, donc il sait qu'il va à son tour se faire tuer par lui même. Le Fizlzle lui dit "si tu me tues, tu deviens moi". Il le tue. Et se fera tuer plus tard. Et là seulement il a fini sa mission. Il tue le Fizzle Bomber. Et il a fait que John empêche l'explosion. Pour ça il a dû, et souffrir, et se faire souffrir. Aussi quand il tue le Fizzle Bomber vieux, Ethan est encore jeune. Donc le Fizzle Bomber va quand même exister. Il retarde l'échéance, mais la finalité reste la même. La bombe n'a pas explosé. Le Fizzle Bomber est mort. En fait, tout est prévu par Robertson, qui en gros sacrifie son agent pour la réussite de la mission. Ce que sous-entend Ethan vieux à la fin. Et à la fin pour moi Robertson prend limite une toute autre dimension, parce que pour réussir à prévoir ce qui va se passer, mais aussi ce qui s'est pas encore passé, et prévoir les sentiments et les actions du/des personnages, c'est fort. Robertson sait même que Ethan deviendra le Fizzle bomber. Il lui fait croire que sa machine sera désactivée, alors que non. Ca permettre à Ethan de partir dans le futur, voir les autres morts qui vont arriver. Se convaincre qu'il doit faire l'attentat de l'usine pour empêcher ces morts en question. Puis retourner dans le passé poser la bombe dans l'usine etc etc.
Mariette 12-01-2015
Tout ceci reste très énigmatique, j'imagine que c'est le but.
Merci énormément !
BEN - Strange Movies 11-01-2015
Le Space Agent est né Jane, avec un double système d'organe féminin / masculin. Lorsque Jane tombe enceinte de lui-même (sa version du futur, envoyée par Ethan Hawke), la grossesse détruit son système féminim et il est opéré pour devenir homme. C'est pour ça qu'Ethan Hawke, qui a été opéré au visage suite à l'attaque du « fizzle bomber » (encore lui même, encore plus loin dans le futur) porte une cicatrice sur le ventre à la fin. La version masculine du Space Agent, celle qui séduit Jane, doit porter la même.
Comment est-ce possible ? Ça ne l'est tout simplement pas. Le Space Agent est la résultante d'un paradoxe temporel , d'une erreur du temps. En effet, comment aurait-il pu naitre à l'origine s'il est la résultante ramenée dans le passé par lui-même de la rencontre de lui même avec une version du futur de lui-même ? Mais avec le voyage dans le temps, les théories ne restent que des théories...
Mariette 10-01-2015
Wow, merci pour votre réponse rapide !
C'est plus clair dans mon esprit à présent. Un détail cependant subsiste, insaisissable. L'Agent interprété par Ethan Hawke est Jane, comment -est-ce possible? Dans quelle temporalité? C'est réellement ce dernier twist de fin, avec les cicatrices qui le perturbe. Désolée d'insister de la sorte mais j'ai re regardé le film deux fois tellement il m'obsède.
Encore merci pour cette réponse limpide et bienvenue.
BEN - Strange Movies 10-01-2015
ATTENTION SPOILERS - Bonjour Mariette et merci pour ton commentaire. Je vais essayer de replacer tous les éléments et vous livrer « mon » explication de manière lisible. Ethan Hawke est donc un agent temporel chargé de se recruter lui même dans le passé. Sa version du passé lui informe qu'il était une femme, Jane, mais que suite à une grossesse son « système féminim » a été engagé et qu'il a été dans l'obligation de devenir un homme. Le Space Agent propose alors à sa version du passé de revenir au moment ou lui-même, Jane, a rencontré l'homme qui a détruit sa vie. La version du passé tombe alors sur Jane et en tombe amoureux, il se rend compte que l'homme qu'il recherchait n'est autre que lui-même. Sa destinée est donc inévitablement liée à cet événement, qu'il ne peut empêcher puisque dans le cas contraire il ne pourra exister dans sa forme masculine. Le Space Agent s'empare de plus du bébé de Jane et de sa version du passé, qu'il ramène encore plus loin dans le passé. Le spectateur constate alors que ce bébé n'est autre que le Space Agent, qui est donc l'enfant de lui-même avec lui-même. C'est ce que le personnage de Noah Taylor explique lorsqu'il dévoile au Space Agent qu'il est le résultat d'un paradoxe temporel : en théorie, il ne peut pas exister. Dernier point, le « fizzle bomber » est également le Space Agent, mais dans le futur. Ce dernier cherche à empêcher des attentats / catastrophes en commettant des crimes moindre, c'est donc encore lui même qui défigure le Space Agent du présent et l'amène à changer de visage, ce qui l'engage sur la voie de sa dernière mission - recruter sa version du passé -. J'espère que tout ceci n'est pas trop nébuleux !
Mariette 10-01-2015
Bonjour,
merci Ben pour votre super critique.
Par contre quelque chose me chiffonne, sur TOUS les commentaires que j'ai pu lire sur ce film, les auteurs affirment que le scénario est cousu de fil blanc et très compréhensible. Cependant, je n'ai rien compris, mais vraiment rien. Total mindfuck. Alors soit je suis particulièrement stupide, soit l'internet est extrêmement intelligent, mais dans tous les cas des explications seraient appréciable, surtout venant de vous car j'adore vos chroniques. ;)
(bon j'ai quand même compris un peu, hein. Mais c'est surtout le dernier twist avec Ethan Hawke qui se révèle être également Jane qui reste ténébreux). Merci à vous de lever le voile et de me sortir (ainsi que quelques connaissances) de longues nuits de triturations psychologiques.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction