film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Prémonitions

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Le projet Prémonitions est dans les tuyaux depuis 15 ans. A l’origine, le script aurait dû servir pour la suite du puissant Seven de David Fincher.  Malheureusement celui-ci n’est pas intéressé et Morgan Freeman est déjà engagé sur un autre projet. Après de nombreux changements de main, le producteur Beau Flynn fait lire le scénar à Hopkins – ils ont travaillé ensemble sur Le Rite – qui est emballé. Afonso Poyart sombre inconnu, est engagé pour la réalisation et le reste du casting se greffe facilement au projet grâce au seul nom de l’illustre interprète d’Hannibal Lecter. Avec une gestation longue et compliquée, ce thriller fantastique se révèle malheureusement très inégal.

 

 

Le postulat de départ de Prémonitions est alléchant, tout comme son casting. L’inspecteur Joe Merriwether a un problème de taille sur les bras. Il travaille sur une enquête où les cadavres s’accumulent sans que le tueur ne laisse un seul indice. Tués toujours de la même manière, un pic enfoncé à la base de la nuque, les victimes semblent toujours en vie lorsque les policiers arrivent sur les lieux. Sans aucune piste valable, Merriwether et sa partenaire Katherine Cowles doivent demander de l’aide à un vieil ami, John Clancy, sorte de médium ayant tout abandonné suite à la mort de sa fille. Seulement, le septuagénaire n’est pas vraiment chaud pour reprendre du service. La curiosité sera néanmoins la plus forte et ce tueur qui semble anticiper tous les mouvements des forces de police l’intrigue au plus haut point. Heureusement pour le spectateur, car le film n’aurait eu aucun intérêt sinon. Car oui, tout le film se base sur la confrontation entre le vieux médium et ce tueur qui a les mêmes aptitudes que lui. La question est posée : comment arrêter un tueur qui prévoit le futur ? - baseline des affiches françaises.

 

 

Le casting aussi est prometteur, il faut l’avouer. Anthony Hopkins que l’on ne voit plus que de temps en temps sur les écrans, reste une figure marquante et son charisme est toujours présent. Même si on sent que le monsieur vieillit quand même… Son opposition à Colin Farrell aurait dû être explosive. Et pourtant, on reste un peu sur notre faim. Ce dernier incarnant le tueur en série, le spectateur attend donc un vrai psychopathe, Farrell étant tout à fait de taille à jouer les tarés. Surtout face à Hopkins. Mais le réalisateur ou le scénariste a préféré lui faire jouer un ange de la mort rationnel et posé. La première rencontre entre les deux acteurs,  qui aurait dû être un moment de tension extrême, s’effondre alors comme un soufflé mal cuit. Ô déception. C’est d’ailleurs à partir de cette confrontation que le métrage s’essouffle et commence à devenir assez brouillon, voire légèrement chiant sur la fin. Tout avait si bien commencé pourtant. L’enquête de police, même si très classique, est plutôt sympathique, les premiers « flashs » du médium Hopkins sont surprenants et le tout est emballé de façon assez rythmée. C’était de bon augure, dommage.

 

 

Le réalisateur de Prémonitions, a bien choisi ses acteurs secondaires : Jeffrey Dean Morgan, habitué des séries TV et seconds rôles ciné depuis quelques temps, a une vraie gueule qu’il prête à Joe Merriwether, flic un peu perdu dans son enquête. Abbie Cornish, joue sa partenaire très sceptique à l’idée de faire appel à un médium… Afonso Poyart a vraiment axé son métrage sur la psychologie des personnages. Il multiplie donc les gros plans sur ces acteurs : Dean Morgan et son rictus omniprésent, Hopkins et son absence quasi-totale d’expressions faciales – mais avec ce regard toujours glaçant –, Farrell et ses yeux de chien battu… Les gros plans sont également très présents sur les objets ou encore les pieds des acteurs. La musique joue un rôle primordial dans l’ambiance anxiogène que le réalisateur insuffle à son film. Elle est parfois omniprésente, accentuant le côté paranormal ou parfois complètement absente  pour accentuer les effets chocs.

 

 

Prémonitions s’annonçait comme un thriller à la Seven : angoissant, véritable confrontation entre deux acteurs d’exception. Malheureusement cela tombe vite à plat. La tension n’est pas assez présente et le rythme s’essouffle sur la deuxième partie du film. Cela reste cependant un métrage sympathique, très ancré dans la réalité malgré le côté paranormal sans compter qu’ il est toujours agréable de revoir Anthony Hopkins à l’écran.

Auteur : FLORA

Critique vue 8478 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 88+1

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction