film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Seul sur Mars

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Nous ne sommes que très rarement déçus par Ridley Scott. Réalisateur qu’on pourrait qualifier de « monstre » du cinéma, on ne présente plus ses films à succès, tant ils sont nombreux - Alien, Gladiator ou encore Blade Runner pour les plus connus -. Il fait partie des tout meilleurs, au même titre qu’un Steven Spielberg ou un Martin Scorsese par exemple. Une machine à blockbuster, en somme. Le réalisateur britannique s’attaque cette fois-ci à Seul sur Mars, un livre à succès écrit par Andy Weir.

 

 

Seul sur Mars raconte l’histoire d’un astronaute laissé pour mort sur la planète Mars, suite à une mission écourtée au cours d'une dangereuse tempête. Ce dernier, abandonné involontairement par son équipage, s’en sort de manière miraculeuse, mais le plus dur est à venir. Il doit maintenant appeler au secours ses potes à la NASA, qui le croient mort, tout en survivant assez longtemps jusqu’à l’arrivée d’une autre navette spatiale. Ridley Scott avait affirmé qu’on oublierait Interstellar après le visionnage de son film. Il n’a pas totalement tort, car Seul sur Mars s’avère être moins farfelu, mais mis à part le thème de l’espace, ils n’ont pas grand-chose en commun. Les trous de ver du long métrage de Christopher Nolan font place à la désertique planète Mars, là ou personne ne vit. Du moins pour l’instant…

 

 

Nous suivons la survie de Mark Watney, biologiste de métier - ça tombe bien - contraint de rester environ quatre ans sur cette planète hostile, d’après les premières estimations de la NASA. On pourrait croire que suivre son quotidien pourrait être ennuyeux, mais il se trouve que non, pas du tout. En effet, les péripéties qui surviennent permettent de suivre agréablement sa nouvelle vie, à travers des vidéos servant de carnet de bord, tout en découvrant ses formidables facultés de scientifique. L’ensemble parait en tout cas plus crédible que les théories métaphysiques de Nolan, qui encore une fois, n’était pas supposé détenir la stricte vérité. D’après les scientifiques reconnus, l’approche que propose Ridley Scott dans son film n’est pas si incohérente que cela, même si évidemment, les critiques cherchant à descendre le film à tout prix vont certainement se découvrir des talents cachés pour l’astronomie et la physique et crier au scandale. Néanmoins, avec une certaine ouverture d’esprit, on peut juger ce film crédible. On sent que le réalisateur n’a pas cherché de théories fumeuses pour illustrer le récit, exactement comme l’avait fait Andy Weir, l’auteur du livre. C’est pourquoi vous ne verrez pas de martiens verts dans ce film, mais uniquement de l’ingéniosité - beaucoup d’inventivité - afin de faire face à cette planète dangereuse.

 

 

Autre point très intéressant du récit : l’humour. Ce qui est assez surprenant quand on pense à la situation de départ. Un homme seul, croyant qu’il a été abandonné par ses coéquipiers à des millions de km de la Terre. Et pourtant, Ridley Scott choisit de doser l’humour de manière admirable, et évite à l’histoire de basculer dans une sorte de tragédie futuriste tire larmes. Non, Seul sur Mars n’est pas le Seul au monde de l’espace. L’esprit scientifique du personnage principal - Matt Damon, qui l’interprète à merveille - parvient à se focaliser sur son objectif numéro un sans sombrer dans la panique ou la folie. Et c’est tant mieux. Le déroulement des choses se suit de manière beaucoup plus agréable ainsi. On apprécie également la complexité de la prise de décision de la NASA afin de gérer ce cas unique, les différentes contraintes de budget et de temps qui s’y attachent. Et même un peu de géopolitique, pour le plaisir. Graphiquement, c’est du très bon. L’immensité silencieuse de l’espace nous rappelle  les magnifiques plans dans Gravity. Avec ou sans 3D, au passage. La musique colle bien à cette atmosphère, même si elle ne résonnera pas dans votre tête comme la bande son marquante de ce cher Hans Zimmer.

 

 

Un scénario attrayant, des acteurs qui collent bien à leurs personnages, des rebondissements, sans en faire des caisses. Sans être un chef d’œuvre ultime de la science fiction, voila ce qui constitue ce film sans grosse surprise mais globalement très satisfaisant. Ridley Scott, qui n’a presque plus rien à prouver dans son métier, peut ajouter Seul sur Mars à longue liste de pures réussites du cinéma.

Auteur : Quentin

Critique vue 5218 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 90-38

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction