film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Il était une fois un film qui devint instantanément culte dès sa sortie en salles en 1977. Un succès critique et surtout public phénoménal, faisant entrer le cinéma – et surtout celui de science-fiction – dans une nouvelle ère, le projetant dans une sphère plus vaste ou merchandising et produits dérivés prirent réellement forme. Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir de Georges Lucas est une œuvre maîtresse du genre et, même après de multiples visionnages, essentiellement et avant tout, un bon film.

 

 

La princesse Leïa fuit les troupes de l'Empire menées par Dark Vador, un homme masqué en armure noire aux pouvoirs Jedi impressionnants. Alors que sa capture est imminente, elle parvient à enregistrer un message via le droïde R2-D2, et ce dernier, accompagné de C-3PO, est capturé sur la planète Tatooine. Un fermier les achète alors et son neveu, Luke Skywalker, avide de rejoindre les rebelles luttant contre l'Empire, découvre le message de la princesse. Aidé d'un contrebandier, Han Solo, et du destinataire du message, Obiwan Kenobi, un chevalier Jedi, Luke se retrouve en lutte contre les forces de l'Empire. Un scénario linéaire, certes, mais qui repose avat tout sur des bases solides et reprises de grands classiques littéraires ou sérialesques. C'est la force de l'histoire de ce premier volet de Star Wars, certes parfois naïf mais qui, surtout, pose les bases d'une intrigue proche de toute tragédie grecque – le fils contre son père, qui de plus semble éprouver de forts sentiments envers sa sœur, leur lien de parenté ne se révélant que plus tard –. Connue de tous, l'histoire de Star Wars a également le mérite de développer un univers unique et jouissif, où créatures difformes, humains et robots se côtoient quotidiennement,  le tout sur fond de guerre interplanétaire. Mine de rien, le film possède un rythme assez soutenu, et fait montre d'un humour de bon aloi, essentiellement grâce à des personnages qui, s'ils paraissent étranger à l'histoire de la famille Skywalker, auront leur importance, tels Han Solo, Chewbacca ou encore les deux droïdes, véritable duo comique.

 

 

Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir a une aura que peu de films ont, surtout plus de trente ans après leur sortie. Le film, du fait de ses multiples ressorties et suites, a accompagné des générations de jeunes et moins jeunes dans son univers aux multiples ramifications – cinématographiques, aussi bien que littéraires, vidéoludesques, ou bien encore télévisuelles –. Dès lors, impossible ou presque de regarder d'un œil néophyte ce premier volet – le meilleur après le superbement sombre L'empire contre-attaque – qui balance les nouveaux codes d'un genre jusqu'alors limité à Star Trek et autres Buck Rogers. Lucas  a assimilé ses influences – films de guerre, Kurosawa, Tolkien – de la meilleure des manières, et si sa mise en scène n'a jamais été son point fort, il a eu au moins le mérite d'aller au bout de ses visions. Gâce à un équipe technique de première bourre – tous ou presque sont devenus des ténors dans leur domaine respectif –, il a donné une réalité tangible à un univers auparavant d'opérette, que l'on qualifie toujours aujourd'hui de Space Opéra. 

 

 

Qui dit Star Wars, dit personnages iconiques. Luke Skywalker et son sabre laser, Dark Vador et son armure impressionnante, Han Solo et son vaisseau, le Faucon Millenium, ou encore Obiwan dans sa robe de bure. Tout autant de symboles et d'images qui ont marqué les esprits. Et lorsque l'on revoit Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir, ses défauts – naïveté, mise en scène poussive – sont vite oubliés devant tant ces madeleines que Proust aurait dévorées à s'en étouffer. Des acteurs investis dans leurs rôles et à vie identifiés par ceux-ci – à l'exception de la star Harrison Ford –, un compositeur au sommet de son art – John Williams sera à jamais lié aux images de Star Wars de par ses thèmes, quand bien même il en a créé de meilleurs par la suite – et une équipe technique au top de ce qui se faisait à l'époque. Voilà le secret de la réussite de Star Wars, et si  ce premier volet procure un plaisir de gosse encore de nos jours – les apports technologiques de Lucas tant décriés ont au moins le mérite de ne pas démoder trop l'aspect visuel du film – c'est en grande partie du à une somme de talents. Et c'est là le principal mérite de Georges Lucas.

 

 

L'impact de Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir dépassera le milieu du cinéma pour ancrer l’œuvre de Lucas dans la culture populaire au même titre que Le Seigneur des Anneaux de Tolkien ou Les Dents de la Mer de Spielberg. Des œuvres intemporelles, qui parlent à presque tout le monde et ont avant tout la qualité de raconter une histoire prenante. Dommage que Lucas n'ait pas retenu ses leçons pour sa prélogie récente, car il aurait pu éviter bien des écueils, tel Jar Jar Binks – les fans comprendront –. Appartenant dorénavant au patrimoine universel – excepté les droits d'auteur bien entendu – Star Wars : Episode IV - Un Nouvel Espoir et ses suites viennent de débarquer en Blu Ray, pulvérisant tous les records de vente du support. Preuve s'il en est que Lucas avait déjà tout compris en 1977.

 

Auteur : TONTON

Critique vue 10642 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 80+18

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction