film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique The ABC's of Death 2

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Il existe une infinité de façons de mourir. Par exemple, le risque de se tuer en tombant de son lit est de 1 sur 10000. Partant de ce fait, il existe autant de façons de les scénariser, et c’est pourquoi le visionnage de ces 26 nouveaux courts métrages peut se révéler très intéressant. Bon, sur la forme, cet  ABC’s of Death 2  ne change pas les règles du jeu de son prédécesseur, que l’on se doit de rappeler. Chaque histoire doit traiter de la mort, au sens large, avec un titre original commençant par la lettre attribuée à chaque auteur. Le budget de base de 5000 $ a été gardé. Aux réalisateurs de se montrer inventifs et novateurs. Mission partiellement réussie.

 

 

Premier point de différenciation : les réalisateurs. Ils sont bien moins connus. Le fantasme du cinéphile d’horreur rêvant d’un film compilé par John Carpenter, Wes Craven et Takashi Mike ne sera pas assouvi ici. Le film préfère laisser place aux découvertes de nouveaux talents, peu expérimentés ou uniquement  spécialisés dans le court métrage, ou même dans des domaines associés comme les effets spéciaux et le maquillage. On retiendra néanmoins la présence de Evan Louis Katz, réalisateur du dérangeant Cheap Thrills et producteur de Mortuary  et  A Horrible Way to Die, l’Israélien Aharon Keshales qui n’est pas passé inaperçu dans le monde du cinéma d’horreur low cost avec Rabies, Rodney Ascher, à qui l’on doit Room 237, le documentaire sur Shining. Le plus connu de cette liste d'invités est certainement Vincenzo Natali, révélé par la saga Cube. Pour nous, les Français chauvins, on notera la présence de Julien Maury et Alexandre Bustillo, auteurs du viscéral A l’intérieur, qui avait marqué une renaissance du cinéma gore français. Finalement ça nous fait du beau monde !

 

 

Une fois de plus, on peut se prendre au jeu et s’amuser à deviner à l’avance qui propose quoi. Des variantes de style, tantôt futuristes, tantôt gores. Des variantes dans les langues utilisées sont également de bons indices. Cependant, on peut analyser une évolution dans le choix des courts métrages. Là où le premier du nom était davantage une vitrine de tous les styles horrifiques sur le marché, le deuxième opus propose plus d’idées exploitables. Bien entendu, ce regard reste assez subjectif, tant cette nouvelle anthologie n'est rien de plus qu’un assemblage d’histoires sans la moindre connexion entre elles. Il reste quelques segments au fond douteux ou carrément bizarres, comme l’animation glauque de Deloused, mais on ne retrouvera pas de WTF Japonais, mis à part le Youth. Ou alors est ce peut être le fait d’avoir vu le premier qui réduit considérablement l’effet de surprise. En tout cas, cette suite, qui n’a rien d’une vraie suite, ressemble un peu moins à une publicité du cinéma d’horreur d’une heure trente.

 

 

Attention, ne vous attendez quand même pas à une construction classique. C’est toujours aussi décousu, mais cela a le mérite de vous faire découvrir de nouveaux noms qui tenteront dans les années à venir de refaire parler d’eux. C’est d’ailleurs la principale problématique des films à sketchs. Comment être marquant lorsqu’on ne dispose que de cinq minutes de temps de métrage ? Manque de développement, contrainte de devoir choquer le spectateur pour marquer le coup : il est parfois tentant d’imaginer une version longue de certains segments, tant les idées sont farfelues et débordent d’inventivité.

 

 

Si les récits sont à peine plus homogènes que dans le premier opus,  The ABC’s of Death 2  n’en demeure pas moins meilleur. Il est bien difficile de comparer deux films aussi peu linéaires sans tomber dans le piège de comparer les 52 courts métrages accumulés. Néanmoins, les qualités restent les mêmes. Cette suite garantie, à l’image de son prédécesseur, des réflexions voire des frissons pour tout fan d’horreur en quête de renouveau. Alors messieurs, peut on espérer un troisième buffet, un jour ?

Auteur : QUENTIN

Critique vue 4389 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 95-19

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction