film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique The Descent

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Prendre l’ascenseur et se retrouver confiné vous oppresse? Ce film va vous faire frissonner, puisque c’est sans porte de sortie que nous entrons dans une grotte où six jeunes femmes se retrouvent pour  une expédition de spéléologie. Cependant, l’expédition va tourner en véritable mission de survie. Suite à l’éboulement de pierres sur un des boyaux de la caverne, les six jeunes femmes doivent chercher un autre moyen de sortir. Mais il s’avère que sortir n’est plus la première urgence. En effet, si elles pensent n’être que six, le nombre de « créatures » peuplant les grottes est en réalité bien plus conséquent et effrayant. Une chose est certaine, on semble bien décider à prendre les jeunes femmes pour des proies, une chasse va donc commencer…

 

 

Une chasse à l’homme, jusqu’ici rien de très original. Pourtant, Neil Marshall arrive à nous surprendre. Mieux, à nous faire véritablement peur.  Mais c’est une peur particulière. Certes, nous tremblons aussi au fur et à mesure que les situations se succèdent,  mais pire encore, nous suffoquons, nous manquons d’air. Dès les premières scènes, nous ressentons à merveille cette sensation. Les personnages avancent en rampant, se hissant tellement les espaces sont étroits. La suite n’est que plus angoissante lorsque comprenant qu’elles sont pourchassées, la grotte n’est plus un endroit synonyme de plaisir mais d’effroi. Les dédales déjà angoissants paraissent encore plus petits et plus inquiétants. L’atmosphère se fait lourde et pesante et puisqu’au début nous ne savons pas non plus qui ou quoi traque les jeunes femmes, nous paniquons avec elles.

 

 

Désorientés, perturbés et obligés de trouver une nouvelle sortie, les personnages ne savent pas où et vers quoi ils se dirigent. Ils doivent donc en plus du danger qui les menace faire face à la dangerosité de la grotte elle-même. Dans la précipitation, se retrouver face à un précipice et devoir le franchir n’est pas chose aisée. En plus de la traque, Neil Marshall utilise donc l’enfermement et l’appréhension que nous avons face à lui pour accentuer ce sentiment de claustrophobie qui traverse tout le film. Un autre facteur est également important : la lumière, ou plutôt l’obscurité. Qui n’a jamais ressenti une gêne ou un sentiment d’insécurité face à la noirceur de la nuit ? La grotte est le  lieu idéal, voire parfait pour laisser à notre peur la possibilité de se développer au degré le plus élevé. Et qui dit peur, dit nécessairement réactions face à  cette dernière. Là aussi, pari réussit pour Neil Marshall. La panique envahissant les héroïnes, elles se retrouvent séparées à des endroits différents de la grotte, vivants des situations différentes, à des niveaux de stress différents.

 

 

Soumis à un moindre stress, nous pouvons et aimons voir la crainte, l’inquiétude et l’horreur se dessiner sur les visages pour le moins crispés des spéléologues. En effet, de l’horreur il y en a. Sur la défensive, les personnages vont se défouler sur ceux qui les traquent : beaucoup de scènes violentes et sanglantes qui raviront les amateurs du genre.

 

 

Neil Marshall nous propose un film efficace : suspens, horreur et grand frisson sont au rendez-vous. Impossible pour vous, après le visionnage du film, de s’aventurer dans des grottes sans avoir l’impression d’y être traqué. Si vous n’êtes pas claustrophobes, vous allez le devenir !

Auteur : ANNE LAURE

Critique vue 5108 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 88-5

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction