film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique The Hole 3D

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Réalisateur plutôt prolifique à ses débuts et géniteur de classiques du genre comme Piranhas, Hurlements, Gremlins, L’Aventure Intérieure ou encore Panic sur Florida Beach, Joe Dante n’avait pas côtoyé le monde cinématographique depuis près de 7 ans (son Les Looney Passent à l’Action ne compte pas parmi ses meilleurs travaux, un flop total). Durant ce petit break, le cinéaste a principalement œuvré sur des épisodes dans diverses séries. Pour son grand come-back au cinéma, Joe Dante s’essaie à un retour aux sources avec The Hole 3D, conte horrifique old-school plein de bons sentiments. Malgré une prise de risque inexistante et une originalité difficilement perceptible, The Hole 3D se profile principalement comme un sympathique divertissement, ni plus ni moins.

 

 

Une mère célibataire et ses deux fils s’installent dans leur nouvelle maison. Un jour, alors que ces derniers visitent le sous-sol, ils découvrent une trappe cadenassée abritant un trou sans fond. C’est alors que va débuter l’apparition de phénomènes étranges. Avec l’aide de leur voisine, ils se rendent compte qu’ils vont devoir affronter leurs peurs. Rien de bien original là-dedans, mais Joe Dante annonce clairement sa volonté : raconter une histoire qui fera trembler les petits et raviver les souvenirs des grands. Ceux n’ayant pas été biberonnés aux contes horrifiques enfantins risquent de s’ennuyer sévère. En effet, The Hole 3D semble ne pas trouver ses marques. Trop enfantin dans l’ensemble pour embarquer totalement les plus grands et presque trop flippant par moment pour toucher le jeune public. Difficile donc de se positionner clairement faute à un scénario hésitant et sans grande surprise. Quand des métrages comme Gremlins 1 & 2 savaient faire frémir les plus jeunes et rire les adultes, The Hole 3D se frotte de trop près à un premier degré qui n’est pas toujours de mise.

 

 

La famille présentée ici, censée être le socle de l’histoire et sur laquelle le « trou » va s’appuyer pour les terroriser, est probablement aujourd’hui l’une des plus banales du cinéma, forgée avec le temps. La mère célibataire qui change de ville comme de chemise, le petit enfant naïf et l’ado en pleine crise qui ne parle pas à sa mère et s’enferme dans sa chambre lorsqu’elle tente de rencontrer d’autres hommes. Pour couronner le tout, on a droit à la voisine aux formes attrayantes et au vieux fou exilé qui habitait la maison où ils se sont installés. Ces personnages aux contours flous et cet air de déjà vu ne permettent pas de ressentir quoi que ce soit vis-à-vis des protagonistes, on préfèrera suivre leurs frasques avec une certaine distance, malgré nous. A côté de ça, nous sommes en présence d’un trou censé faire ressurgir les peurs de ceux qui l’ouvrent. Un concept intéressant qui se trouve étonnamment bâclé au profit de ficelles vues et revues à travers des années de cinéma – faux jump scares, pantin diabolique, fantôme du passé, et autres –. Avec quelques explications balancées sur un coin de table – voire parfois aucune –, les peurs se matérialisent uniquement dans le but de mettre sur pied quelques scènes flippantes, ce qui en soit est compréhensible, mais en faisant table rase de tout fond au profit de la forme.

 

 

Le scénario, pourtant mince, distille ses informations sans jamais s’y attarder obligeant ainsi le spectateur à conclure rapidement pour passer à autre chose. Si le manque de consistance nuit au film, Joe Dante découpe intelligemment son métrage en faisant monter la pression petit à petit pour finir son récit dans un tout autre registre, purement fantastique celui-ci. Cependant, le basculement trop brusque de l’horreur vers le fantastique – une fois que les protagonistes ont compris comment déjouer le trou – fait naitre un certain étonnement et notre crédulité en prend un sacré coup. Heureusement, n’est pas Joe Dante qui veut. La forme est très soignée et malgré la présence de toutes les ficelles du film d’horreur pour jeune public, The Hole 3D parvient à s’imposer comme un divertissement honnête pouvant se vanter de contenir quelques scènes très réussies – le passage dans les toilettes du restaurant –. Est-il nécessaire de s’attarder sur la 3D tant le film ne tente même pas de nous convaincre de son utilité. Mis à part quelques effets totalement inutiles, la version plate suffit amplement.

 

 

The Hole 3D n’est donc pas la pellicule à laquelle on aurait pu s’attendre mais s’avère suffisamment intéressante et respectant les codes du divertissement horrifique mainstream pour – espérons-le – remplir son rôle de film de transition qui ouvrira les portes à Joe Dante sur des projets bien plus ambitieux.

Auteur : TIBO

Critique vue 7402 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 93-18

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction