film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique The Secret

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Pascal Laugier est à l'origine d'un des plus grands chocs cinématographiques de ces dernières années. Que l'on aime ou pas Martyrs, difficile de contester que cela reste et restera comme un coup de poing dans la gueule de par les thèmes évoqués et la brutalité des images. Aussi, du nouveau film de Laugier – après son abandon malheureux du remake d'Hellraiser –, nous étions presque en mesure d'attendre plus fort et plus extrême. Mais le réalisateur surprend son monde en changeant complètement d'orientation, ce dernier livrant un métrage plus soft tout en gardant cependant son envie de livrer sa vision du monde. The Secret n'est certes pas Martyrs, nous sommes prévenus, mais il le vaut tout autant.

 

 

Cold Rock est une  petite ville minière isolée des Etats-Unis dont de nombreux enfants ont disparu sans prévenir depuis des années, et n’ont jamais été retrouvés. Alors que presque tous ses habitants croient que ses enlèvements sont le fait d'un mystérieux être, The Tall Man, Julia, infirmière veuve n'y croit pas. Jusqu'à une nuit terrible où, son fils de 6 ans est enlevé sous ses yeux par un étrange individu. Elle se lance alors à sa poursuite sachant que si elle le perd de vue, elle ne reverra jamais plus son enfant. Laugier ne prétend pas réinventer le genre, juste apporter son point de vue personnel, le tout englobé dans une forme des plus appréciables. The Secret commence donc assez doucement jusqu'à une trentaine de minutes où le film va soudainement accélérer radicalement et changer d'orientation. Le cinéaste se fend d'un twist – le procédé peut faire peur tant il semble convenu, mais se profile ici comme le tournant du film – qui va en scotcher plus d'un, tout en amenant de nouvelles et nombreuses questions. Car si l'identité du Tall Man du titre original nous triture pendant une bonne partie du film, elle devient presque secondaire tant Laugier positionne ses personnages au premier plan, et perturbe par le déroulement de son intrigue. L'affrontement des « deux mères » est à ce titre révélateur du point de vue du réalisateur, qui préfère miser sur l'émotion plutôt que sur une violence quelconque. La force de Pascal Laugier est déjà d'avoir situé ce twist en milieu de métrage – même si ce choix confère au métrage une fin plus convenue – ainsi que de raconter une histoire ancrée dans l'Amérique profonde, histoire aux protagonistes touchants car humains avant tout. Alors certes, ole film témoigne de certains clichés comme le flic dépassé – du moins le croit-on au début –, le beau père alcoolique ou la gentille tenancière du café. Mais ces êtres en perdition sonnent vrais et vont devenir essentiels, alors que le film se dirigeait à l'origine davantage vers un mano à mano Jessica Biel / Tall Man. On ressent presque errance, autant due aux rapts d'enfants qu'à l'abandon progressif de la petite ville par ses habitants. The Secret dépeint fort justement cette bourgade aux allures de bidonville, au sein de laquelle l'entraide semble nécessaire à la survie. 

 

 

The Secret réserve donc bien des surprises et il devient difficile alors de s'attacher à certains personnages dont les intentions demeurent longtemps masquées. Cela touche presque tout le monde. Seuls les plus « innocents » semblent y échapper, à l'instar la jeune fille incarnée par Jodelle Ferland. Apparemment muette, elle matérialise le point de vue de Laugier en servant de guide. Celle-ci s'avère d'autant plus touchante que sa misérable vie est exposée de manière presque non innocente. C'est par elle que va se révéler le thème central du film, qu'il vaut mieux taire car unique dans un thriller de ce calibre. La morale prêtera induscutablement à discussion, Laugier s'étant vu dès la sortie de son nouveau projet taxé de donneur de leçons. Si le film permet au moins de disserter sérieusement, la démarche reste positive et relativement absente des métrages actuels. Que l'on trouve cette fin malsaine, honnête ou polémique, on ne peut nier qu'elle éveille la sensibilité de tous. Le souci est que Laugier amène assez confusément le « choix » de la jeune fille, qui est traité de la même manière que les autres rapts d'enfants. Mais il est assez intelligent pour faire passer la pilule jusqu'au questionnement final, qui oblige le spectateur à réfléchir sur tout ce qu'il vient de voir. Tout comme Martyrs, mais différemment, The Secret se termine sur une question à la portée universelle.

 

 

Ceux qui attendaient un film aussi fou et brut de décoffrage que le précédent seront forcément déçus par The Secret, tant Laugier met en scène une intrigue policière sans autre élément fantastique que l'ambiance du film et son mystérieux kidnappeur. Porté par une Jessica Biel excellente – on n'y croyait plus –, The Secret possède un casting de premier choix, où la trogne de ce bon vieil homme à la cigarette de X-Files – William B. Davis – se ballade, de même que la prometteuse Jodelle Ferland – déjà très convaincante dans Silent Hill –. Mais le véritable point fort du film est sans conteste la mise en scène de Pascal Laugier. Tour à tour énergique, classe ou discrète, elle rend le film beau et plaisant à suivre, s'attardant même de superbes séquences nocturnes.

 

 

The Secret est passionnant à suivre. Pour peu que les râleurs habituels – ils se reconnaîtront – soient d'humeur charitable, ils pardonneront à Laugier quelques bêtises, comme l'évidence de son parti pris sur les intentions de certains personnages ainsi qu'une morale prêtant à discussion. Mais cela est suffisamment bien amené et dissimulé au sein d'une intrigue à rebondissements pour ne pas s'en offusquer outre mesure. Après tout, on se plaint constamment du manque de personnalité de nombre de metteurs en scène. Aussi, quand on en tient un, et un bon qui plus est, autant le soutenir. Et le surprenant succès du film en salles – pour le genre – promet de revoir rapidement Pascal Laugier.

Auteur : TONTON

Critique vue 24415 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 97+36

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction