film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Time Lapse

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Quasi-tout a été dit depuis deux décennies sur les conséquences du voyage dans le temps. Cinéma, bande-dessinée et littérature auront creusé le filon jusqu’à plus soif. Le concept demeure pourtant passionnant lorsqu’il est exploité intelligemment, à l’instar du récent Predestination, hallucinant « mindfuck » articulé autour des possibilités / anomalies induites par les paradoxes temporelles. Le film, simple et passionnant, tendait à prouver que la science-fiction n’était pas qu’une affaire de gros sous. Avec Time Lapse, son premier long-métrage, le réalisateur Bradley King opère à son tour avec inventivité pour construire un « récit sur le temps » solide, à mi-chemin entre péloche fantastique, huis-clos et thriller.

 

 

Modeste petit film indé’ financé par des studios inconnus, Time Lapse s’est construit une excellente réputation en festivals spécialisés. La mignonette Danielle Panabaker a été révélée par la suite avec la très bonne série The Flash, reconnaissance qui aura probablement aidé Bradley King a accrocher quelques distributeurs à l’international. Le métrage s’est néanmoins avant tout fait remarquer aux yeux du public – notamment à l’occasion du Paris International Film Festival – pour la qualité de son synopsis, qui sans réinventer le genre parvient à imposer une base suffisamment intrigante pour retenir l’attention. King impose ses fondations avec peu de moyens : un appartement, trois acteurs, une étrange machine. Point. Amis de longue date, les protagonistes traversent la vie avec les difficultés bien connues d’une jeunesse désenchantée. Fauchés, ces derniers vivent de petits boulots – serveuse, concierge et parieur-glandeur –, de rêves inaccessibles ou occasionnellement de paradis artificiels. Leur quotidien se voit pourtant bouleversé lorsqu’ils découvrent chez leur voisin une invention capable de photographier l’avenir. En même temps que le cadavre dudit voisin. Les trois jeunes gens décident d’en tirer avantage. Un constat s’impose pourtant rapidement : sont-ils véritablement libres de leurs destinées respectives, ou se doivent-ils de respecter à la lettre les « prédictions » de l’appareil ?

 

 

Bradley King renverse la tendance du « film de voyage dans le temps », ce que Time Lapse n’est en définitive pas vraiment. Les actions des personnages n’ont en effet pas vraiment d’incidence fâcheuse sur leur passé / futur, mais le futur impacte à contrario dangereusement sur leurs actions présentes. L’occasion pour King de construire un déroulé tendu et de développer ses protagonistes avec un soin tout particulier. S’il use en effet d’un élément déclencheur purement fantastique – le fameux appareil –, Time Lapse tient en effet davantage du drame psychologique que du produit SF pur et dur. Bradley King brosse progressivement une ambiance de paranoïa ambiante induite par les différents vices des protagonistes. Des facettes « sombres » exacerbées par les possibilités qui leur sont désormais offertes, mais dont on découvre petit à petit l’ancienneté des fondations. Complexe dans sa construction narrative, le métrage déroule aussi habilement les questionnements que les éléments de réponse sans jamais sombrer dans les incohérences. L’ensemble retombe à ce titre parfaitement sur ses pattes en fin de parcours via un twist remarquable et inattendu, qui offre au métrage un dénouement presque proche du thriller en même temps qu'il répond avec brio aux ultimes interrogations laissées en suspens.

 

 

Time Lapse reste malgré tout perfectible. Le métrage n’évite malheureusement pas certaines longueurs, ainsi qu’un petit ventre-mou à mi-parcours. Si l’ensemble aurait probablement gagné à être resserré sur une petite heure trente, le film se tient néanmoins plutôt bien au vu du peu de budget dont dispose le cinéaste. Celui-ci ne se risque de ce fait à aucun moment dans la démonstration de style et témoigne d’une réalisation passe-partout, un brin impersonnelle mais acceptable. On regrettera également la direction photo un peu cheap et terne. Le jeune casting est pour sa part nickel-chrome.

 

 

Malin et relativement bien rythmé, Time Lapse est une excellente surprise. A la fois énigmatique et divertissant, le film ne prend jamais le spectateur pour un con – tout le contraire du minable Projet Almanac sponsorisé par Michael Bay – et impose de belles pistes de réflexion. Du tout bon. Finalisé depuis presque deux ans, le film n’est mis en lumière que trop tardivement – l’éditeur Condor se charge de la distribution en vidéo pour la France –. Mieux vaut tard que jamais.

 

Auteur :

Critique vue 8517 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 85+43

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction