film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Jean Claude Van Damme peut-il encore être crédible ? Avec Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement, le réalisateur John Hyams contourne plus ou moins le problème en reléguant l’ex-idole bodybuildé au quasi-rôle de second couteau. Son métrage en profite pour se détacher partiellement de l’esprit nanardesque qui collait à la franchise depuis ses deux derniers opus. Radicalement éloigné du côté pop-corn idiot d’Universal Soldier : Le Combat Absolu et  nettement moins fauché que sa navrante séquelle, Hyams livre un film aux entournures étonnante. En s’imposant en actioner hard-boiled franc du collier, Universal Soldier 4 : La Jour du Jugement relance la franchise dans une voie inattendue, quitte à laisser certains aficionados sur le banc de touche.

 

 

Le temps du film d’action grand public semble désormais bien loin. Condamnée à une certaine confidentialité, la série initiée par le décérébré Roland Emmerich en profite pour s’affranchir de toutes prétentions ouvertement commerciales. Recherchés par le gouvernement, les cyborgs autrefois crées à partir des cadavres d’anciens combattants tentent aujourd’hui de créer un nouvel ordre. A leur tête, les renégats Luc Devereaux et Andrew Scott. Laissé pour mort, John se réveille à l’hôpital avec pour seul souvenir l’assassinat de sa famille par un commando d’UniSols. Ce dernier va remonter progressivement le fil des événements afin de retrouver sa mémoire disparue. En imposant d’entrée de jeu un synopsis proche des Jason Bourne, Universal Soldier 4 : La Jour du Jugement semble clairement vouloir s’affranchir du passé. Le travail de John Hyams s’avère à ce titre plus ou moins hybride. L’ensemble combine astucieusement des éléments issus du thriller, voire du film d’horreur, à un canevas rigoureusement respectueux des actioners eighties. Ultra-brutal, Universal Soldier 4 : La Jour du Jugement impose dès ces premières séquences une ambiance cradasse et poisseuse qui confère au métrage un cachet certain. Hyams se montre ici jusqu’en boutiste, capturant sur bandes un film d’une noirceur hallucinante, dénué de toute attache temporelle. Difficile en effet de dire à quelle époque se déroule ce Universal Soldier 4 : La Jour du Jugement, le métrage laissant planer un sentiment de désolation post-apocalyptique sans pour autant s’habiller de fioritures visuelles technologiques.

 

 

Pif, paf, pouf. Si le scénario de Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement tient globalement la route, l’intérêt est clairement ailleurs. En positionnant le nerveux et sautillant Scott Adkins au premier plan, Hyams livre un métrage qui bastonne sévère et s’autorise tous les excès. Bardé de sexe, de bastons en tous genres et de gros rouge qui tâche, son travail pousse la violence et le politiquement incorrect relativement loin. Dans le genre, Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement s’impose comme un gros B bourrin et clairement assumé. Sans pour autant se vautrer dans la pauvreté et l’action nanardesque qui caractérisait son prédécesseur. Bien tenu, ultra-rythmé – parfois jusqu’à l’épileptique -, ce quatrième opus s’avère en effet un brin plus friqué. Une petite rallonge qui fait toute la différence, Hyams pouvant ici s’autoriser quelques séquences de cascades burinées, à l’instar d’une course-poursuite furibonde parfaitement emballée. Côté script, le cinéaste adopte par ailleurs un angle assez bien trouvé. Si Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement n’est pas foncièrement plus fouillé que les épisodes précédents, Hyams remonte les événements à rebours en dévoilant quelques cliffhangers avec parcimonie. Un habile stratagème qui lui permet d’imposer à son travail un excellent suspens.

 

 

Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement n’est pourtant pas un film parfait. A trop vouloir se détacher des produits américains stéréotypés, Hyams livre un métrage à la réalisation parfois bancale. Le cinéaste use en effet de plans biscornus ou d’effets stroboscopiques qui rendent certaines séquences visuellement fatigantes. Ces hasardeux effets stylistiques restent cependant suffisamment rares pour ne nuire que partiellement à la lisibilité de l’œuvre, le réalisateur se rattrapant en captant ses scènes explosives avec une plus grande sobriété. Côté casting, Scott Adkins tient la barre du navire avec un indéniable charisme. Tout le contraire de Jean Claure Van Damme. Le belge se fend de son côté d'une abominable contre-performance en campant un UniSol neurasthénique à l’intérêt plus que limité. Carton rouge.

 

 

Bizarroïde mais pétaradant du feu de dieu, Universal Soldier 4 : Le Jour du Jugement est une excellente surprise. Radicalement éloigné du manichéisme hyper-prononcé qui caractérisait les précédentes œuvres, le film s’oriente vers une direction sauvage qui sied parfaitement à l’esprit de la franchise.

 

Auteur :

Critique vue 5946 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 88+11

Votre réponse :

korku 05-07-2013
J ai pas vue les précédent Universal Soldier mais celui la est violent limite gore bien foutu d'ailleurs et c Scott Adkins plutôt bon qui est l acteur principal et non Jean-Claude Van Damme qu'on voie peux.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction