film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique World Invasion : Battle Los Angeles

Fiche     Critique    Bande annonce    Acheter le DVD / BluRay

pub

Soyons direct : Vous aimez les bons films de guerre du genre rentre-dedans tel La Chute du Faucon Noir ? Independance Day vous colle des boutons et vous rigolez encore du président Pullman sauvant la planète ? Alors foncez voir World Invasion : Battle Los Angeles (oui, ils auraient pu faire plus court comme titre). Peu de chances que vous le regrettiez, tant au niveau de l’intensité que de l’immersion. Le mot est lâché, mais pas par hasard ni racolage, juste par choix de mise en scène. Des intentions de départ qui se ressentent indéniablement lors du résultat final. Un fait rare et plutôt cher de nos jours.

 

 

 

Oubliez tous les petits malins sur les forums qui lâchent des commentaires du style « Independance Day au moins y’a de l’action et c’est divertissant ». Il est clair d’entrée de jeu que les deux films ne boxent pas dans la même catégorie. C’est comme tenter de comparer Twilight au Dracula de Coppola. Ok, y’a des vampires et ça se veut romantique, mais cela s’arrête là. World Invasion : Battle Los Angeles est un film de guerre, et a toujours été vendu comme tel. Alors oui l’envahisseur est extra-terrestre, mais il aurait été russe où coréen que cela revenait quasi au même. Le film de Jonathan Liebesman commence direct dans l’action en nous présentant de manière succincte les différents protagonistes de l’histoire et essentiellement le personnage incarné par Aaron Eckhart, un marine confirmé, sergent de son état sur le point de rendre les armes pour retourner à la vie civile. Mais un évènement d’une ampleur sans précédent va le contraindre à reporter cette décision. En effet, alors que l’on annonce des chutes de météorites un peu partout sur la planète, il s’avère que ce que l’on pensait être un phénomène naturel est purement et simplement une colonisation de la terre. Los Angeles étant une des cibles des belliqueux aliens, les marines basés à proximité n’ont pas d’autre choix que de s’y rendre. Commence alors une bataille sans précédent. Ce qui est bien avec ce film – mais que certains regretteront car peu propice à l’identification- c’est que l’on ne perd pas de temps. Le film commence à peine que l’invasion est là. Le temps que les soldats se préparent, visionnant aux infos l’évolution de ce qui n’était qu’une chute de météorites, et prennent conscience que la simple évacuation de civils prévue va se transformer en guérilla urbaine,  nous voilà parachutés à leur côté sur le champ de bataille. Et dès lors, c’est simple – si on oublie un léger temps mort au 2/3 du film, histoire de souffler – vous n’allez plus décoller de votre siège dès lors que l’immersion vous prend.

 

 

C’est peut-être le point qui fera lâcher certains spectateurs en cours de route. Le parti pris de la mise en scène – shakycam tout du long, soit une caméra sans cesse en mouvement, portée à l’épaule, style documentaire – peut provoquer de légers désagréments tant on croirait regarder un documentaire réel sur une troupe de marines. Un seul et unique point de vue qui peut gêner mais qui aura le mérite d’être respecté jusqu’au bout, Cloverfield étant par exemple bien plus difficile à suivre. L’immersion sera le mot pour qualifier le film de Liebesman. Sa mise en scène étant ce qu’elle est, dès lors que l’on s’y fait, on se prend au jeu assez rapidement. Car World Invasion : Battle Los Angeles rappelle un FPS nouvelle génération. Pour les profanes, un jeu de tir style Call of Duty. Donc ça défouraille, les soldats meurent, l’ennemi est invincible au départ puis un point faible est trouvé. Que du classique – les mauvaises langues diront clichés – pour un film qui ne prétend pas autre chose que d’être un pur divertissement et qui réussit pleinement son coup, provoquant de par le style de mise en scène quelques frayeurs bien réelles – la première  rencontre avec un alien – renforçant encore plus l’immersion. A ce titre, difficile de se plaindre de ne pas voir énormément ces ennemis,  le but étant avant tout de ne nous montrer un seul et unique angle de vue.  Un choix d’autant plus efficace qui crée une réelle frayeur de découvrir ces extra-terrestres en même temps que la troupe de marines. On notera avec plaisir le soin du détail apporté aux comportements des envahisseurs – au détour d’une scène, on en voit un aider un collègue alors que l’on aurait pu les croire froids et insensibles –  même si certains regretteront probablement leur look peu original malgré un réel souci de réalisme, si tant est qu’on puisse l’employer dans ce cas. Le défaut principal du film viendra d’ailleurs non pas du choix de mise en scène mais du scénario qui ne nous épargne pas certains clichés éculés, du genre le bon soldat qui se sacrifie ou l’héroïsme patent de ces soldats pourtant terrifiés. Mais cela se noie dans l’ensemble d’un film essentiellement porté sur l’action et dont on regrettera qu’il n’ait pas duré un petit quart d’heure de moins. 

 

 

Il va de soi que pour rendre crédible ce genre de film, il faut une équipe technique impliquée à 200 % et sur World Invasion : Battle Los Angeles, il ne fait aucun doute que chacun a donné le meilleur de soi. Ainsi, décors, effets spéciaux et photographie sont à mettre en première ligne dans l’aspect réaliste du film. C’est simple, on croirait visionner un reportage sur l’armée américaine au Moyen-Orient, cela étant encore plus véridique de par la réalisation étonnante en scène de Jonathan Liebesman. Réalisateur du très bon Killing Room, il a surtout commis les mauvais Nuits de Terreur et Massacre à la Tronçonneuse : le Commencement. Mais il faut croire qu’il tient à se racheter depuis deux films. A l’instar de [Rec]  et contrairement à Paranormal Activity, son choix de mise en scène a essentiellement pour but de nous rapprocher au plus près de l’action, et de ce point de vue, c’est donc parfaitement réussi. Un mot sur les acteurs. Si ce n’est le toujours excellent Aaron Eckhart – que l’on voit enfin avec plaisir en tête d’affiche  –, le reste du casting n’est pas transcendant et l’on retiendra la prestation brève mais marquante de Michelle Rodriguez.

 

 

Amateur de films bourrins, mais non décérébrés – on n’est pas chez Michael Bay –, rejoignez les marines de World Invasion : Battle Los Angeles et laissez-vous entraîner dans un maelström guerrier de première bourre ou les ennemis – féroces et motivés – sauront vous effrayer de par leur nature et leur détermination dans l’extermination de notre race. Original par son traitement, le film mérite amplement son succès et fait honneur aux genres auxquels il appartient, le film de guerre et de science-fiction.

Auteur : TONTON

Critique vue 3924 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 78+30

Votre réponse :

Tonton 01-04-2011
Oui c'est exactement ça ! j'en attendais pas spécialement de miracles et du coup j'ai pris mon pied. Mais faut pas non plus chercher de la réflexion dans ce qui est avant tout un film de SF bourrin
BEN 30-03-2011
UN bon petit film du dimanche soir. Quelques passages peinturlurés d'un héroïsme assez puant, mais au final ce Battle LA remplit ses objectifs. Con mais divertissant.

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction