film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Critique Zone of the Dead

Fiche     Critique    Acheter le DVD / BluRay

pub

Le premier regard sur la jaquette de ce Direct-To-Dvd  nous donne un avant goût du métrage concerné avant même son visionnage. Effectivement, elle est aussi moche que le film est mauvais ! Là ou certains distributeurs préfèrent tout miser sur un visuel « tape à l’œil » et parfois même de bien meilleure qualité que les affiches de film bénéficiant de plus gros budget – La véritable histoire de Blanche-Neige chez Emylia, Lost ou Timecrimes –, ceux qui nous présentent Zone of the Dead n'ont visiblement que faire de la visibilité du film sur les étalages de supermarchés. Directement débarqué de Serbie – avec une collaboration mineure de l'Espagne et de l’Italie –,  Zone of the Dead  est un métrage à « petit budget » qui redéfini le terme, son pays d’origine se voyant doté d’un P.I.B. qui n’excède pas le salaire d'un figurant de Plus belle la Vie. Ce premier film, réalisé par Milan Konjevic et par le producteur Milan Todorovic, n'est pas ce que l'ont pourrait considérer comme un bon film sur le sujet des zombies, mais se profile plutôt comme une série Z qui veut péter plus haut que son financement rachitique ne le permet.

 

 

Traversant la ville de Pancevo en Serbie, une équipe d'Interpol escorte des malfrats vers Londres pour qu'ils y soient incarcérés, mais se voit rapidement obligée d'arrêter leurs convois. C'est alors qu'une horde de zombie – mal maquillés – les attaquent avec toute la sauvagerie que leurs mauvais jeux d'acteur leurs permet, contraignant ainsi nos sympathiques agents à faire équipe avec les prisonniers… niais. Simple et pas efficace, le scénario ne décolle pas et nous laisse dubitatif devant ce « Shoot and Run » du pauvre. Filmé avec les mains menottées et les yeux clos – nota : penser à ouvrir au moins un œil sur deux pour filmer –, l'ensemble est froid, sans aucune émotion ni sens. A vrai dire, on comprend vite où est passé le budget du film : l'acteur principal. Et c'est une véritable surprise de voir ici Ken  Zombie Foree, sorti de son coma cinématographique et déjouant les seconds rôles lui collant à la peau depuis tant de temps – Devil Reject, Halloween nouvelle génération, L'Armée des Morts et sa zombification hommage –.

 

 

Ce choix devient alors un élément parmi tant d'autres, nous installant ainsi devant un métrage profondément « pld school ». Reprenant l'ambiance des films de morts vivants des années 80 – Le Retour des Morts Vivants 1, 2, 3, 4… 58, Toxic Avenger – plutôt que celle de la tendance actuelle, il s'encre automatiquement dans une période particulière du genre. Une fois encore, l'initié attend de savoir quel sera le choix du réalisateur sur la grande polémique qui fait rage : un zombie, ça court ou pas? Milan Todorovic nous répond : « les deux ». Pourquoi prendre parti dans un sens ou dans un autre et risquer ainsi de fâcher le geek intégriste? Les contaminés par contact direct courent comme des pitits lapinoux – mais en moins mignons – tandis que ceux infectés par la deuxième génération avancent comme un Lance Amstrong sans E.P.O.

 

 

Pour finir, notre fine équipe part se protéger dans un supermarché, lieu tellement apprécié par G.A. Romero dans sa mythique trilogie des morts vivants. Zone of the Dead pousse le plagiat en présentant une horde de barbaque-mobile déboulant d'une colline, s équence reprise plan par plan sur Night of the Living Dead. Bref, un hommage raté, qui hume le pot pourri, vraiment pourri. Les protagonistes tirent un peu partout sans vraiment viser, se cachent mal et se barricadent avec des cure-dents, se concertent pour prendre des décisions qui s'avèrent être souvent les plus mauvaises. Le tout certainement pour rallonger un scénario bien maigre.

 

 

Pas vraiment mauvais pour une série-z mais vraiment soporifique pour le spectateur lambda, Zone of the Dead laisse à se demander si le sens n'est pas plutôt d'exposer une star déterrée – extraite d'une génération bien plus productive, soit dit en passant – que du désir de mettre en place un long métrage digne de ce nom. Ça va se retourner sévère dans les tombes !

Auteur : MARC D'OC

Critique vue 5516 fois

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 80-44

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction