film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Twin Peaks - Saisons 1 & 2 (Série)

Série TV - CD - Jeux vidéo - Livres - Dossiers

pub

Twin Peaks – oublions le titre utilisé à l'époque, Mystères à Twin Peaks –,  c'est un générique. Twin Peaks, c'est une foule d'images dérangeantes. Twin Peaks, c'est une musique qui envoûte. Twin Peaks, c'est un monde à part. Et si vous entrez dans ce dernier, qu'il ne vous rebute pas, alors vous découvrirez un univers unique, délirant, terrifiant, passionnant, prenant, émouvant. Pour résumer – et Dieu sait que c'est on ne peut plus difficile avec Twin Peaks –, nous avons affaireà un soap mâtiné de fantastique, le tout enveloppé dans un cadre policier et desservi par un humour loufoque qui permet souvent de désamorcer des situations glauques. David Lynch et Mark Frost – les deux créateurs du show – ont atteint un sommet télévisuel qui ouvrira certainement la porte à de multiples autres shows fantastiques dans la décennie à venir – X-Files, Millenium, Buffy, Roswell ou Alias –.

 

 

Le cadavre d'une jeune lycéenne, Laura Palmer, est retrouvé nu dans une bâche en plastique au bord d'un lac de la petite ville de Twin Peaks. L’événement va déclencher dans cette bourgade isolée du Nord des Etats Unis une suite d'événements qui vont conduire l'agent du FBI Dale Cooper, dépêché sur place, à se confronter aux secrets les plus sombres des habitants, pendant que des phénomènes étranges frappent les uns ou les autres. Ce résumé ne rend pas grâce à l'intrigue développée tout au long des deux saisons que compte la série. Car dès le pilote – qui a connu une sortie vidéo en France avec une fin ajoutée pour l'occasion, sous le titre de Qui a tué Laura Palmer ? –, on se retrouve face à une multitude de personnages qui ont pour point commun d'avoir tous connu Laura Palmer. Et l'enquête va révéler que cette dernière était loin de l'image de la lycéenne parfaite que les apparences laissaient croire. Cocaïnomane, partouzeuse, délurée, et surtout – attention spoiler – victime des attouchements et viols de Bob. Et c'est là l'horreur dans sa pire expression car on touche un thème rare et sûrement unique sûrement,  celui de l'inceste. Car Bob, ce mystérieux être au comportement théâtral, possède l'esprit et le corps de Leland Palmer, le propre père de Laura. Ce qui sera plus explicite dans le film préquelle – Twin Peaks, feu Marche avec Moi – est ici dévoilé après quelques épisodes. Bien dommage d'ailleurs car dès lors la série déviera vers un ton moins sombre, plus centré sur les autres personnages. Il va de soi que cette intrigue, aussi forte soit-elle, ne pouvait servir d'élément unique. Certaines autres dévoilent les facettes d'une ville où le sexe et la violence règnent. Que ce soit Léo et Shelly Johnson, Bobby Briggs, Catherine Martell et bien entendu Dale Cooper, chacun se trouvera face à ses pires démons ou bien embarqué dans une histoire des plus sombres. Les scènes dévoilant la fameuse Red Room,  pièce au carrelage zébré et dont les murs sont composés de gigantesques rideaux rouges. Les lieux semblent exister dans une autre dimension ou univers, peuplée de curieux personnages excentriques et qui jouent un rôle crucial dans le meurtre de Laura Palmer.

 

 

Le charme de Twin Peaks tient justement dans cet équilibre permanent entre séquences développant l'intrigue centrale et les autres parfois traitées de manières plus légères – comme Nadine Hurley et son obsession des rideaux, ou celles impliquant la famille Horne qui fait office de Rockfeller de Twin Peaks –. Quoi qu'il en soit, jamais la série ne lasse, quand bien même certains personnages nous attirent moins. L'étrange a envahi la ville et cela ne surprend pas de constater que Dale Cooper s'y sente si bien, lui qui a de bien curieuses manières d'enquêter. Car il ne faut surtout pas oublier que Twin Peaks est une série fantastique au dénouement toujours dénué de réponses claires, et remplie de blancs et de questions. Car comme souvent chez Lynch – et on sent là sa patte –, rien n'est simple, tout est dans le décalage. Une simple séquence prend alors des allures horribles, du jamais vu même comme celle de l'enterrement de Laura où son père s'étale lamentablement sur le cercueil – culpabilité latente ou excès théâtral de Bob? – ou les rêves de Dale Cooper, autant d'indices amenés de manière extrêmement étrange. Car il s'avère que l'on se fiche un peu de trouver le coupable du meurtre de Laura, tant on se sent bien dans cette étrangeté fascinante. Certes, on attend avec impatience les apparitions de Bob ou du nain de la Red Room. Mais on se surprend à apprécier également les autres lignes scénaristiques. Concernant cette Red Room, on sait maintenant que certains éléments – le maïs sortant de la bouche du nain – venaient carrément de rêves de David Lynch, ce qui ne surprendra guère ses aficionados quand on a déjà vu Lost Highway, Blue Velvet ou Eraserhead, dont Twin Peaks est le mix ultime.

 

 

Impliquant de nombreux metteurs en scène et scénaristes, Twin Peaks garde pourtant de bout en bout la patte de son créateur fou, comme s'il veillait tout du long sur son bébé. A ce titre, si la seconde saison accuse une petite baisse de régime dans son tiers central, cela semble du au fait que Lynch s'en était allé tourner son barré Sailor et Lula. Les épisodes que Lynch a lui même mis en scène, et parfois écrits, sont les meilleurs que compte la série, et les plus mémorables. Le pilote et l'épisode final font preuve d'une maîtrise et d'un sens de la dérision mêlé à de l'horreur pure uniques. Shooté comme un soap opéra décalé, la série se démarque par l'utilisation détournée des procédés standards télévisuels de ce genre. Cela fait d'autant plus ressortir l'horreur et l'étrangeté de certaines scènes. Qui dit Twin Peaks, dit David Lynch mais également Angelo Badalamenti, fidèle compositeur du réalisateur depuis Blue Velvet, et jusqu'à Inland Empire. Ses thèmes jazzy, sombres ou légers, illustrent tellement bien les séquences qu'il est impossible d'en imaginer d'autres sur le show. Le thème central et celui de Laura Palmer font partie des plus belles musiques de Badalamenti, et seul le soundtrack de Twin Peaks, feu Marche avec Moi, fera mieux, en ne retenant que la face sombre du programme. Comment parler de la série sans évoquer ses acteurs qui ont pour certains faits carrière. Même si certains resteront liés à leur personnages de Twin Peaks, d'autres auront été vu ailleurs, que ce soit Kyle MacLachlan, Sheryl Lee, et bien entendu David Duchovny – dans un personnage complètement fou bien entendu – que le public a découvert là quelques années avant qu'il ne revienne en agent du FBI plus conventionnel dans X-Files.

 

 

Il existe des livres entiers consacrés à la série, tant ses thèmes, ses personnages, ses intrigues foisonnent et s'entremêlent pour le plus grand bonheur du spectateur.  Il reste aujourd’hui bien difficile d'en faire le tour en quelques lignes. La première diffusion en France de la série sur feu La Cinq était à ce titre un moment rare et marquant. Difficile alors d'attendre chaque lundi – puis jeudi – la suite, tant Twin Peaks dépareillait dans cet univers télévisuel aseptisé. Si la série reste culte aujourd'hui, elle le doit aussi bien à ses qualités d'écriture et de mise en images, qu'à son monde inédit. Il paraît en effet bien difficile d'imaginer de nos jours un programme aussi habitée, quand bien même certains s'en réclament et s'en approchent comme The Kingdom de Lars Von Trier ou Lost. Amateurs d'étrangeté, curieux de nature, ou bien jeunes fans de Lynch, ruez vous sur Twin Peaks, vous ne le regretterez pas. Plus de vingt ans après, de multiples interprétations et analyses égrainent encore la toile, preuve du culte d'une série disponible chez nous en coffret DVD chez TF1 vidéo, édition de très bonne qualité. Et pour conclure, comme il est dit dans la série, dans une ville comme Twin Peaks, personne n'est innocent.

Auteur : TONTON

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 56-19

Votre réponse :

klimrod5106 01-05-2016
quelqu un pourrait il m axpliquer pourquoi, en plus des 2 saisons officielles en dvd, j ai vu et enregistrer une 3 eme saison en épisodes a la télé ??? jamais sorti en dvd ???

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction