film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Maul Prisonnier - Joe Schreiber (Livre)

Série TV - CD - Jeux vidéo - Livres - Dossiers

pub

La folie Star Wars (re)déferle sur le monde. Alors que les goodies et autres produits dérivés en rapport estampillés « Réveil de la Force » se multiplient sur les étalages des magasins, les éditions Pocket poursuivent la distribution des ouvrages dérivés de la lucrative franchise de LucasFilms / Disney. La mythique saga imaginée par George Lucas aura en effet donné naissance à d’innombrables recueils au cours des trois dernières décennies, l’éditeur présentant désormais cet « univers étendu » sous la forme d’une frise chronologique au début de chaque ouvrage. Ouf. Maul Prisonnier, courte histoire rédigée par Joe Schreiber, se situe pour sa part quelques années avant l’Episode I. Bardé de références amusantes, le livre n’est pas indispensable mais développe de manière intéressante la personnage du sith Dark Maul.

Maul est probablement l’un des méchants les plus sous-employés de la franchise cinéma. Si ce dernier  marquera son retour dans les comics ainsi que la série d’animation The Clone Wars, le seigneur noir n’aura malheureusement connu qu’un rôle anecdotique au cours de l’Episode I. Le look du personnage marquera pourtant durablement les esprits, son aura inquiétante justifiant l’orientation sombre et violente de ce Maul Prisonnier. Schreiber plonge ici l’alien Zabrak dans l’endroit le plus malfamé de la galaxie, Engrenage Sept. Un pénitencier stellaire qui abrite la pire racaille des planètes de l’espace, dont un mystérieux marchand d’armes répondant au nom d’Iram Radique. Chargé par Dark Sidious de prendre contact avec le terroriste, Maul va devoir se soumettre à la loi de la directrice Sadiki Blirr, qui monétise les combats entre prisonniers auprès des principales grandes chaines. L'auteur Joe Schreiber a l’expérience des romans horrifiques, un passif qui transpire assurément dans son écriture. Celui-ci multiplie ici les détails sordides, voire gores, et exacerbe la brutalité du Zabrak à l’extrême. Usant de chapitres courts et multipliant les passages bourrins jusqu’à plus soif, Schreiber livre un bouquin relativement trépidant, habillé d’un excellent suspense malgré la relative simplicité du synopsis initial. Maul Prisonnier titillera en ce sens les références des geeks acharnés, l’auteur s’affranchissant ici de références à peine dissimulées à des œuvres comme New-York 1997 / Los-Angeles 2013 ou Death Race. L’ensemble sort pourtant légèrement du cahier des charges Star Wars.

Si Joe Schreiber n’oublie jamais de multiplier les liens avec les épisodes cinéma via ses personnages – Maul évidemment, mais également Jabba, Sidious voire Plagueis –, le livre trouverait plus franchement sa place dans l’univers décadent de Riddick que dans celui de George Lucas. Maul Prisonnier s’inscrit en effet plus volontiers dans la fantastique terre-à-terre que dans le registre de la SF grandiloquente, tant l’auteur fait ici preuve de minimalisme. L’ouvrage témoigne par ailleurs d’une noirceur qui tranche radicalement avec le ton grand public propre à Star Wars. Joe Schreiber exfolie en effet intégralement le manichéisme souvent propre à la série pour privilégier les affrontements sans pitié ni morale, les têtes explosées et les corps hachés menus. De quoi déstabiliser le lecteur qui s’attendait à un récit de SF « classique » et accessible. Le traitement de Dark Maul désamorce enfin partiellement le mysticisme qui entourait le personnage, du moins pour ceux qui se seront limités au visionnage de La Menace Fantôme. Présenté par George Lucas comme un guerrier quasi-mutique, sans peurs ni émotions, Maul devient ici un jedi noir avec ses faiblesses et ses doutes, contraint de lier des alliances afin de survivre.

Maul Prisonnier est une œuvre à l’orientation audacieuse, bien rythmée  mais presque en décalage avec « l’esprit » Star Wars. Les décus de l’Episode I auront cependant plaisir à retrouver le Zabrak, autrefois sacrifié au profit d’un montage grand-public qui privilégiait l’esbroufe visuelle au développement des personnages. A découvrir pour ceux qui souhaiteraient pousser l’expérience au-delà des simples films de la série.

Maul Prisonnier par Joe Schreiber
438 pages – 8.80 €
Disponible aux Editions Pocket

Auteur : BEN

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 76+15

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction