film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Banane Metalik - The Gorefather (CD)

Série TV - CD - Jeux vidéo - Livres - Dossiers

pub

Banane Metalik est à classer dans le patrimoine rock / métal français. Inventeur du gore’n’roll, le groupe s'est directement inspiré de nombreuses références du cinéma d’horreur - trilogie de George A. Romero, Brain Dead - intégrées à un genre musical proche de Berrurier Noir et des Sheriff. De cette union contre nature naissent les Banane Metalik en 1989. Leurs performances live quasi théâtrales ainsi qu’une maîtrise indéniable de l'ensemble des styles musicaux abordés ont marqué au fer rouge l’esprit de ceux qui ont eu la chance d’assister à l’un de leurs concerts. Les Maquillages de circonstance et décors élaborés font de ce groupe masqué l'un des précurseurs à Slipknot, Mushroomhead et même Daft Punk en matière de mise en scène.

Surfant allégrement entre rock'n'roll agressif et punk garage, Banane Metalik soigne ses shows et libère son énergie sur scène. Une énergie qui transparaît très bien sur chacun de leurs albums. Leur première galette bénéficiait d’un son crunchy et baveux à souhait pour renforcer l'environnement cinématographique désiré. Petit à petit, les instrumentations  se sont faites plus complexes, plus élaborées. Des instruments à cordes, dont principalement des violons ainsi que des nappes symphoniques, sont venus donner plus de consistance aux morceaux.

 



Leur nouvel LP s’ouvre sur « The Gorefather », libre interprétation instrumentale du thème du film Le Parrain de Francis Ford Coppola. Un titre d'ouverture qui assume le rôle de générique au métrage auditif qui va suivre. Le second morceau est basé sur le même concept, en interprétant à la sauce Banane la sonate pour piano #2 de Chopin, plus connue sous le nom de « La Marche Funèbre ». Remodelé à la sauce punk, le thème principal de l’oeuvre devient extrêmement dynamique, ce qui n'était pas évident vu le matériel de base. Passons rapidement sur le choix inattendu de la troisième plage de cet album, un standard de France Gall qui devient ici « La Poupée de Sang ». Ce morceau aurait bien plus sa place sur un album de Didier Wampas. Heureusement la prochaine piste est nettement plus intéressante. Des cantiques religieux, des corps de violons ainsi que des rajouts d’orchestraux viennent agrémenter à merveille cet interlude. « Ave Banana » propose pour sa part un chant screamé sur des chorales à base de « Ave Maria » mélancoliques et tonitruants à la fois. L’ambiance est résolument soignée, et c’est  bien l'intention des Banane Metalik qui justifient ainsi le sous-titre de cet album, Gore'n'Roll Soundtrack, soit une bande originale de film gore. Cet album s'achève donc sur un titre, « Gore'n'Roll clan », dans le plus pur style Banane Metalik : un bon vieux punk rock « qui fait plier les genoux » et une mélodie qui trotte dans la tête.

Ce nouvel album des Banane Metalik laisse un goût agréable en bouche, une envie d’y revenir, mais reste bien court avec ses six titres. Le groupe nous préparerait-il un projet cinématographique ? Un court métrage ? Vu la maîtrise du sujet, cela serait bienvenu, et il suffit de jeter un coup d’oeil sur leurs clips pour s'en convaincre. Quoi qu’il en soit, Banane Metalik est bien de retour avec ce The Gorefather (A Gore 'n' Roll Soundtrack). Le groupe reste égal à lui-même et gagne en sagesse comme en qualité, démontrant ainsi que comme le vin, le sang aussi se bonifie avec l'âge.

Auteur : MARC D'OC

Pseudo
Commentaire

Sécurité

Combien font : 92+48

Votre réponse :

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction