film d'horreur

rechercher un film d'horreur et fantastique

Rechercher par film :

 

Rechercher par acteur :

 

 

 

Test DVD The Green Inferno

Fiche     Critique    Bande annonce    Test DVD & Blu Ray    

Technique :

Contre toute attente, notre gérant d’« Hostel » Eli Roth n’a pas fait un remake de Cannibal Holocaust mais a préféré mettre en chantier un hommage direct à toute une vague de films sur le cannibalisme encré dans les années 80. Des reliques d'une époque où les coûts n’étaient pas plus mirobolants qu’actuellement, mais à laquelle les réalisateurs donnaient vraiment de leur temps et de leur personne. Grâce à une législation très souple en ces temps-là, les réalisateurs en manque de spécialistes d’effets spéciaux pouvaient acheter des morceaux de viande ou des carcasses découpées chez le boucher du coin. Parfois, le sacrifice des animaux était nécessaire au bon déroulement du tournage, à l'instar de cette scène de Cannibal Holocaust où une tortue géante est disséquée et consommée alors qu’elle est encore vivante. Il n' existait pas a cette époque de message du style «  aucun animal n’a été blessé pendant le tournage » déroulé à la fin du film. The Green Inferno est donc traité comme ces films italiens d’antan, et il n’est à ce titre pas étonnant de se retrouver devant un DVD aux couleurs criardes, voire légèrement saturées. Le rendu global du support offre son lot de verts quasi-fluorescents, couleur qui contraste avec le rouge éclatant des peintures de la tribu et le jaune canari du maquillage de leur chef. Malgré l'aspect satué de la photographie, la moiteur des lieux est bien retrasncrite à travers de nombreux jeux de filtres. Nous sommes bien loin de Vinyan et de ses couleurs ternes et mélancoliques. Il sera quand meme préférable de descendre le contraste de son écran dans le cas où vous l’auriez augmenté antérieurement. The Green Inferno peut être vu en Dolby Digital 5.1 dans sa version française comme dans sa version originale sous-titré, mais la version DTS 5.1 n’est disponible que pour cette seconde version. Ce qui est bien dommage, car la musique globale étant très discrète, l’ensemble des bruitages accompagnant l'environnement et les scènes de gore nous plongent dans l’ambiance angoissante du métrage.





 

Suppléments :

De ce côté-là, pas grand-chose d’intéressant. Après une bande-annonce, les crédits et quelques liens Internet pas vraiment utiles, les suppléments sont rares. Le support propose quand même une intéressante interview de 16 minutes avec Eli Roth. Ce dernier en profite pour revenir sur le sens profond de son œuvre ainsi que sur les différents niveaux de lecture. La seconde interview concerne l’actrice principale Lorenza Izzo, entretien qui malgré sa courte durée - 6 minutes - paraît bien long. Cette dernière n'a ni le temps ni l’envie de raconter autre chose que de banales anecdotes insipides. Les featurettes  sont les véritables déceptions de ce support. Elles concernent « les Villageois », « tourner en Amazonie » et « Sur le tournage ». D'une durée d'une minute, celles-ci n'offrent que des informations futiles et inutiles. Roth a fait le choix de partir en expédition dans des terres reculées pour y filmer un long-métrage avec les villageois d’une tribu hors du temps. Sans nous faire un plagiat de Rendez-vous en terre inconnue, on aurait aimé découvrir un peu le tournage, la mise en place des acteurs, les rencontres et surtout les images des anecdotes citées. Rien non plus sur l’affaire Kony 2012, qui concernait la traque sur Internet du criminel Joseph Kony et l'effondrement dans le scandale du mouvement lui-même. Une affaire de la cyber culture et des réseaux sociaux qui à fait le buzz lors de la sortie de The Green Inferno. Cette affaire a pourtant bien servi à la promotion du projet lors de sa sortie en salles. Ce n’est donc pas du côté des bonus que ce DVD se démarquera, mais grâce à un film aussi gore que profond, aussi débridé qu’intelligent.

Auteur : MARC D'OC

 

15 films au hasard

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique John Dies at the End

Critique 31

Critique Urge

Critique Dans le noir

Critique The Darkness

Critique Blood Father

dernières critiques de films d'horreur et fantastique


Critique Penny Dreadful (série)

Critique Superman - Intégrale des cartoons Max Fleisher (série)

Critique Le Top / Flop 2015 de la Rédaction